Découvrez mes passions au quotidien


Sheila E « Devotion »…Part 2

3 décembre 2007

Elle prépare, à cette époque « Writes of passage », mais il faudra attendre 2000 pour que sorte finalement cet album. Comme on dit : c’est le jour et la nuit avec ce qui a précédé, dans la mesure où on est plus du tout dans le même style de musique et surtout parce qu’il s’agit d’un album instrumental. Tout d’abord, il s’agit d’un travail d’équipe et quelle équipe. Aux percussions : la Miss ! A la guitare : Ray Obiedo (excusez du peu) Aux instruments à vents : « Mister » Eric Leeds. Aux synthés : Renato Neto (tiens !). A la basse : Marc Vanwageningen. Plus, le petit frère Peter Michael aux percussions également. Ce disque est vraiment un disque de groupe car chacun apporte sa pierre à l’édifice, les titres étant de l’un ou de l’autre, quand ce n’est pas des uns et des autres. La ligne directrice c’est : le groove ! Je ne vais pas vous faire l’analyse de chaque morceau, sachez simplement qu’on est en présence de performances de très grands musiciens, que ça swingue, que ça « jazz/funk » à chaque instant et tout ça est très agréable. Bien sûr l’approche est différente de ce que je peux vivre avec Prince, mais ça me plaît beaucoup parce que j’y retrouve des accents de Madhouse ou de Santana, des choses qui me plaisent quoi ! Mention spéciale à « Protocol » et sa basse sautillante ! Sheila n’y chante donc pas. Peut être a t-elle voulu mettre en avant ses talents de musicienne, elle qui se considérait comme une piètre chanteuse avant que Prince ne l’incite à se libérer. Virus princier ou hasard créatif elle sort son album suivant, et dernier à ce jour, « Heaven » en 2001, à savoir l’année suivante. L’équipe est quasi inchangée mais Sheila s’implique plus dans les titres ainsi que Lynn Mabry (j’en parle plus loin…). On reste dans la même ambiance, « soul/jazzy » très agréable, une musique qui vous « parle » par sa qualité ! Bien sûr, dés que des accents familiers vous sautent aux oreilles « Slight accent » par exemple (où es tu Madhouse ?…), ou « Bahia » (gracias Papà), un sourire s’esquisse sur votre visage, mais le disque est tout de même beaucoup plus divers que le précédent et mélange habilement les genres. On attend maintenant le suivant avec impatience…

3444618

Pour l’anecdote, Sheila accompagnera l’ex-batteur des Beatles Ringo Starr sur sa tournée 2001 et participe même en 2002 au single « Work it out » de Beyonce Knowles, qui fait partie de la bande originale d’un Austin Powers. Toujours en 2002, Sheila E participe à la Celebration organisée par Prince à Paisley Park, son royaume. Pour faire rapide, depuis 2000, il organise une grosse semaine de musique, chez lui, avec des invités divers, des concerts, sa présence…ou pas et à en croire les témoignages, des perfs mémorables. Un soir Sheila est à l’honneur. D’abord à travers un jeu de questions-réponses avec le public où elle peut développer ses techniques de jeu, revenir sur son enfance et sa jeunesse et aussi évoquer ses soucis de santé ainsi que son engagement au sein de son association. Ensuite, c’est au tour de la musique d’envahir la salle pour une prestation « grandiose » nous dit-on ! Elle rejoindra Prince lors de son passage en fin de soirée, juste pour être là, présente, comme une véritable amie…Pour finir cette année en beauté, elle participe à la tournée US « One Nite Alone », tournée qui nous a valu le seul enregistrement officiel live de Prince à ce jour.

3444622

En 2003, elle participe à un concert-charité réunissant la plupart des anciens collaborateurs de Prince, « Family Jamm » ça s’appelle… L’événement est présenté par Carmen « the playmate » Electra (!…) et il est destiné à la création d’un centre de protection des enfants maltraités, une constante pour Sheila qui s’implique beaucoup sur ce terrain, elle même ayant été victime de violences sexuelles d’une baby-sitter malveillante. Sheila déclarera qu’il est fabuleux que d’anciens compères du « genius » rejouent ensemble de la sorte, après vingt ans de séparation. The Family était également de la partie. Malheureusement tous ces musiciens qui doivent, pour la plupart, leur exposition médiatique à Prince, n’auront pas la joie de le voir à ce concert…(Prince…tu es un voyou !!!!…comme dit la chanson…). Elle participe ensuite à une nouvelle tournée avec Ringo Starr.

Durant ce début de troisième millénaire Sheila a trouvé une occupation très importante dans sa vie et je vais en parler un peu plus en fin d’article, mais…!!! chaque fois qu’il l’appelle…il semble qu’il lui fasse l’effet du joueur de flûte de Hamelin et c’est ainsi qu’elle participe à nouveau à des perfs princières TV à l’occasion de la tournée « Musicology », en 2004, mais uniquement aux percus, les fûts étant sous l’emprise titanesque de John « the killer » Blackwell. En bonne « pipelette pipole » que je suis sachez que Sheila participe à un concert au bénéfice de la fondation « Save the music », concert diffusé mondialement sur VH1, avec une ribambelle de « divas » allant d’Ashanti, Patti LaBelle à Debbie Harry en passant par (encore elle…) Carmen Electra, et il semble qu’elle s’y soit bien amusée…En 2005, Sheila est invitée sur une tournée de Gospel « Sisters in Spirit » avec Yolanda Adams, Martha Munizzi, Kelly Price, Juanita Bynum et RiZen. Toujours en 2005, Sheila donne plusieurs concerts au Japon (Shibuya’s Duo Exchange Club), pays qu’elle affectionne tout particulièrement depuis les premières tournées princières en 1986 voire même auparavant puisqu’elle y est déjà venue en 1978. « J’aime le Japon ! » dira t-elle, « Pour moi c’est comme une deuxième maison…j’aime la nourriture et surtout l’art de vivre des Japonais et leur respect de toute chose ! Nous aimons jouer de la musique et nous aimons ce cadeau de Dieu ! Jouer au japon est tellement agréable, juste jouer et prendre du bon temps ! »

Puis vient le temps de cette fameuse soirée des NAACP Awards 2005. Bien sûr Sheila se démultiplie dans son travail qu’il soit musical ou social mais…la flûte a retenti encore une fois et c’est pour une remise de prix récompensant les artistes de la communauté black US, qu’elle va encore une fois, éclabousser la soirée de sa classe, aux percussions, en accompagnant un Prince « des grands jours » qui nous fait la totale. Encore une fois ce soir là, elle démontre toute sa puissance, baguettes en main, mais aussi toute sa beauté (le noir te va si bien aussi…). Oui, les années ont passé…oui la minceur quasi juvénile des 80’s a disparu…oui elle arrive à une âge où beaucoup de femmes laissent un peu s’étioler leur féminité, mais pour moi elle est encore plus belle qu’aux premiers jours, « uneu faammeu » comme disait Nicole Croisille… et ce n’est pas sa contribution suivante avec Prince qui va me démentir, bien au contraire. Car non contente d’accompagner à nouveau le sieur Ringo Starr sur sa tournée 2006, la demoiselle décide d’aller aider « le Prince de Minneapolis » dans sa conquête du royaume d’Angleterre, conquête qu’il achèvera de la plus brillante des manières à l’été 2007. C’est à l’occasion des Brit Awards 2006 que nous la retrouvons à nouveau derrière sa majesté pourpre, pour une exercice de style qui, à mon avis, a été un élément déterminant de cette bataille d’Angleterre. Ce soir là Wendy et Lisa ont également fait le déplacement et ça fait quelque chose de les voir toutes les 3 autour lui. Sheila E est sublime, un peu plus amincie qu’aux NAACP, avec une nouvelle coupe de cheveux et elle l’accompagne sur les quatre titres, prend la batterie sur Purple Rain et fait le show sur Let’s go crazy. Les anglais étaient sur le cul et je pense qu’il a gagné ce jour là ses lettres de noblesse ! Mais dans toutes ces dernières apparitions, celle que je préfère, c’est encore celle des ALMA Awards 2007. www.3121.com et elle répond à une question sur la nature de sa relation avec Prince et sur le « talent » qu’aurait eu leur progéniture. Elle répond ceci : « Premièrement, Prince et moi sommes amis. Nous somme très proches et je l’aime sincèrement. Votre question sur le moment où nous allons enfin avoir des enfants est drôle ! Prince parle toujours de ses chansons comme de ses enfants, toutes les chansons que nous avons créées ensemble sont donc nos enfants. Mais si par un délire imaginaire nous avions un enfant, nul doute qu’il serait chéri, très talentueux et très beau… !!! » Elle dit également que lui et elle font de la musique très naturellement, sans « prise de tête » car ils ont reçu un don de Dieu et qu’ils referont de la musique ensemble car ils n’ont jamais cessé de le faire ! Elle dira aussi que le secret de leur entente et de leur collaboration depuis si longtemps, c’est qu’ils se sont toujours considérés comme « en compétition » au contraire de beaucoup de ses productions qui ne furent que des faire-valoir…

sheila-prince

C’est une cérémonie qui récompense cette fois ci, les artistes issus de la communauté « latino » et j’y ai consacré un article. Elle me plait parce que ce soir là, Prince était là mais que c’était aussi la soirée de Sheila. Un peu tendue tout le long de la perf (douleurs dorsales ?), elle reste « pro » et assure jusqu’au bout. Il la prend tendrement par le cou pour chanter et repart avec elle la main dans la main. Elle vient justement de donner une interview pour le site

A partir de mars 2007, elle tourne avec C.O.E.D (Chronicles Of Every Diva) les divas étant, hormis Sheila, Kat Dyson (tiens…), Rhonda Smith (tiens…) et Cassandra O’Neal et de temps en temps Candy Dulfer (et re-tiens…). Ne serait-ce pas plutôt the « Club Of the Ex Devoted » du Purple Kid ? Non…idiot…tu vois le mal partout, d’après Sheila elle même, l’idée lui trottait dans la tête depuis très longtemps, créer un groupe de filles pour montrer aux « mecs » qu’elles les valent bien !!! Dans son interview à 3121.com, elle dit d’ailleurs qu’un CD de ce groupe, qui est son objectif du moment, risque bien de sortir.

Tout récemment, elle a encore accompagné Prince pour un concert événement au Target Center à Minneapolis puis à un aftershow dans « l’antre » du boss, à savoir au First Avenue. Ca se passait le 07/07/07…

Je veux compléter cet article par un élément important de la vie actuelle de Sheila E, à savoir son engagement pour les enfants maltraités. Sheila crée en 2001, avec Lynn Mabry, une fondation « The Elevate Hope » destinée à œuvrer pour l’enfance maltraitée à travers une forme de résilience par la pratique musicale ( www.lilangelbunny.org ), devenue depuis www.elevatehope.org . Elle participe également activement au travail de cette association avec Lynn Mabry, elle aussi victime d’abus sexuels. Elle s’investit fortement dans ce combat au point de refuser des propositions musicales, car elle-même a été la victime d’abus sexuels à l’âge de 5 ans. Sheila a déclaré en 2003 qu’elles utilisaient la musique comme une thérapie pour ces enfants qui, pour beaucoup, ont subi de telles violences qu’ils ne parlent plus. La musique devient alors un moyen d’expression et de communication. 59788-sheila-8

Son credo : « Il y a tant d’enfants qui ont besoin de notre aide, et nous faisons en sorte de les aider à se reconstruire et à vivre en société et cela à travers la pratique artistique. C’est, pour moi, une autre manière d’accomplir la volonté de Dieu, une autre raison de vivre ! Je pense que nous sommes là pour venir en aide aux gens. Nous devons donner un peu de nous-mêmes pour vivre dignement ! ». Elle a reçu de nombreuses marques de distinction et honorifiques soulignant son engagement sincère auprès des enfants. Elle a également développé une ligne de percussions destinées aux enfants « The Sheila E. Player’s Series » avec la firme TOCA. « C’est si difficile d’asseoir un enfant face à un thérapeute et de lui demander de raconter son histoire » raconte Lynn Mabry « Nous pensons qu’à travers la musique, les enfants parviennent à extirper leur douleur et à en parler ». Certains d’entre vous ne connaissent peut être pas Lynn Mabry ? Lynn est née à Vallejo dans le Nord de la Californie de parents tous deux musiciens. Lauréate d’un casting à Oackland à l’âge de 16 ans, elle est embauchée pour faire partie des chœurs derrière…Coke Escovedo, un des oncles de Sheila E. Le cousin de la mère de Lynn n’est autre que …Sly Stone et celui-ci lui demande de venir chanter « en famille » sur un album. A partir de là, sa carrière va démarrer, après quelques dates avec Parliament/Funkadelic et le grand George, elle est définitivement adoptée par le gourou du PFunk. Avec Dawn Silva elles deviennent « Brides Of Funkestein » et sortent un album « Funk or walk » Plus tard elle chantera pour Georges Michael, Stevie Nicks et Fleetwood Mac, Talking Heads, Rita Coolidge et Bette Midler. C’est aujourd’hui la manager de Sheila. 59788-lynnmabrysm

En 2004, leur travail est récompensé par un « Angels Across America Award » qui salue leur travail auprès des enfants et la thérapie originale mise en place. Les deux femmes avaient l’ambition en 2004 de créér un centre « The Compassion Care Center » afin de proposer un lieu d’accueil, pas forcément de séjour, où les enfants pourraient être aidés à travers la musique et les arts en général. Le projet est toujours en cours car il nécessite beaucoup d’argent.

Je terminerais par une excellente nouvelle venue jusqu’à nous par l’entremise rougeoyante de notre « Purple Miss », j’ai nommé BhanlaRouge, à savoir la sortie potentielle d’un album exclusivement familial de la Tribu Escovedo, ce qui, soit dit en passant, devrait déboucher sur un volcan groovesque qui déversera des torrents de lave « mucho caliente ». Le mieux c’est encore de lire l’interview complète de Sheila E réalisée par « Madame » BhanlaRouge ! c’est ici : http://pagesperso-orange.fr/blrsites/SheilaEInterviewFR.html

Ma compile

The Belle of St Mark (Album The Glamorous life – 1984)

Shortberry Strawcake (Album The Glamorous life – 1984)

Dear Michelangelo (Album Romance 1600 – 1985)

A love bizarre (Album Romance 1600 – 1985)

Boy’s club (Album Sheila E – 1987)

Soul Salsa (Album Sheila E – 1987)

Hon e Man (Album Sheila E – 1987)

Sex Cymbal (Album Sex Cymbal – 1991)

Loverboy (Album Sex Cymbal – 1991)

Droppin’ like flies (Album Sex Cymbal – 1991)

Paragon (Album Writes of passage – 2000)

Protocol (Album Writes of passage – 2000)

Slight accent (Album Heaven – 2001)

Bahia (Album Heaven – 2001)

Revelation (Album Heaven – 2001)

Elle n’engage que moi, bien sûr et le plus sûr moyen de vous faire une véritable certitude sur son talent…c’est d’acheter ses albums… o Pour la bonne forme je tiens à dire que « The Vault » de Pier Nielsen m’a bien aidé ainsi que les sites www.sheilae.com et www.peteescovedo.com mais également www.schkopi.com de Raphy et http://onenation.free.fr de Laurent « Calhoun ». Je remercie également Willy et Thierry mes « correcteurs »…

Le reste vient de recherches nombreuses d’articles voire de bribes d’articles qui m’ont aidé à reconstituer cette histoire ! (visitez par exemple la page de Jeff http://freemind83.vox.com/library/post/escovedo-sheila-aka-sheila-e.html si vous voulez tout savoir sur ses participations « actives » avec d’autres artistes).

Voilà…J’espère que cette histoire vous a plu…

sheilae6

Mots-clefs : , , ,

10 commentaires sur “Sheila E « Devotion »…Part 2”

  1. Willy dit :

    Salut Didier;

    Bel article….
    Rien à rajouter, on s’est déjà tout dit
    hors caméra.

    @+

  2. Alex (de Marseille) dit :

    Bon je vais me faire l’avocat du diable.
    La question est : Prince garda-t-il Sheila E a ses côtés plutôt parceque c’était une femme qu’une excellente batteuse ?
    Sheila E je la préfère aux percus que derrière les fûts.

  3. Mayumi dit :

    Thank you for your comment on my blog.
    Your blog is great!!

  4. Etienne dit :

    Super, merci …c’est très divertissant, je suis fan désormais de vos rubriques.

  5. Juniorthierry dit :

    Hello Didier.
    Tout comme Willy (j’aime bien l’expression « hors caméra » – LOL), tu sais déjà tout le bien que je pense de cet article. Mes rares critiques ont été corrigées, je n’ai donc rien de plus à dire que « chapeau » !
    A bientôt, ici ou ailleurs.

  6. Didier dit :

    Merqui ! Tu connais mon souci de ne pas dire n’importe quoi et j’ai toujours dit que je ne me considérais pas forcément comme une sommité en connaissances princières mais plutôt comme un passionné qui raconte son histoire ! Toi et Willy m’avaient donc aidé à peaufiner cet article que je voulais parfait, à l’image de celle dont je parles !
    Ciao !

  7. Didier dit :

    Ouaah…! quel honneur Alex, que de voir une « sommité princière » venir fréquenter mon modeste forum et poser une question très pertinente même si, comme tu de lis, quelque peu diabolique !

    Je ne suis pas certain que ce soit l’attirance traditionnelle H/F qui ait prévalu dans leurs relations (même si je veux toujours y croire…). La preuve c’est que leur amitié dure, par delà les années. Il l’a dit et elle l’a dit, c’est la musique qui les rapproche et les maintient en contact. Maintenant, je peux aussi admettre qu’à l’époque, avoir une femme à la batterie, c’était pas si courant. L’a t-il gardé plus pour sa plastique que pour ses baguettes ? Très franchement, quand on sait que c’est lui qui est allé la chercher, je serais tenté de dire non…mais ça n’est que pure interprétation. Tu sais plus que moi que l’homme est imprévisible, qu’il a un mode de fonctionnement qui nous échappe, donc, aller réfléchir à sa place, j’y tiens pas trop (lol)

    Aux percus oui, c’est indéniable ! Merci pour ta visite !

  8. Didier dit :

    Yes ! my little japanese girl, it’s my pleasure. Your blog is fantastic…like Sheila isn’t it ?
    Many thanks for your visit !
    Peace

  9. Didier dit :

    Mon cher Etienne, je vous interdis de me vouvoyer !!!  ;-) ) Merci !

Laisser une réponse