Découvrez mes passions au quotidien


One Nite in…1974

2 avril 2008

avataroni2L’autre jour à la télé, la « toujours sémillante » Amanda Lear présentait une émission dédiée au disco, et ayant zappé sur l’émission par hasard, j’y suis resté ! C’est en partie à cause de cette émission qu’est né cet aspect du site. En effet, je me suis aperçu qu’on affublait de l’étiquette « disco » bon nombre d’artistes, et non des moindres, sous le prétexte fallacieux que ça passait en discothèque ! Je vais donc vous raconter une petite histoire…Elle démarre en 1974, puisque c’est cette année là que j’ai découvert ce qu’on appelait une « Boîte ». file-800A l’époque, malgré toute la bonne volonté que je mettais à devenir le nouveau Rocheteau, force était de constater que j’étais plutôt ce qu’on appelait communément une « brelle ». Bref, d’arrière latéral, je fus propulsé au poste d’ailier avant de rejoindre provisoirement le banc de touche où je finis par rester (sur la touche…) mais avec un bâton décoré d’un drapeau ! C’est vrai, j’étais un bon juge de touche…C’était les grandes années de notre petit club local et toute la famille ne vivait que par le foot. Mais rien ne valait le dimanche, car après le match de l’équipe A, on repassait au local pour « boire un coup » et après, les grands (20/25 ans) partaient vers un endroit tenu secret et qui portait un patronyme quelque peu étrange « Le Pop Club ». 1974 donc, fut une grande année car j’eus l’extrême privilège d’y faire ma première sortie, merci papa, merci maman ! Plantons le décor ! Le Pop Club, c’était en fait un bistrot avec un étage qui avait été transformé en piste de danse, piste qui mesurait en tout et pour tout 10 mètres sur 10 et à laquelle on accédait par un escalier étroit. Alors c’est vrai que la première fois j’ai pas vraiment apprécié dans la mesure où, comme un con, j’ai bu de la bière et que j’ai fini ma soirée à genoux entre deux chaises à vomir ce que j’avais ingurgité, mais par la suite j’ai appris à me mesurer et surtout, j’ai tendu l’oreille. Oui j’ai tendu l’oreille car du plafond me venaient des sonorités inconnues (à l’époque j’étais à fond dans le Floyd, Deep Purple et Led Zep), sonorités qui résonnaient bizarrement au fond de moi et file-801qui, quelque part, m’appelaient déjà de tous leurs vœux. Alors un jour, j’ai laissé ma bière et je me suis risqué dans l’escalier et plus je montais, plus je percevais la voix caverneuse d’un homme qui susurrait des mots d’amour sur fond de violons et de percussions, « Can’t get enough of your love Baby » qu’y disait et je vous prie de croire que quand vous montiez ce fameux escalier sur les premiers accords de ce titre, ça vous faisait des « guillics » au ventre et les ailes vous poussaient dans le dos. Car là haut, il y avait un « mec qui met les disques » (nous on ne parlait pas encore de DJ…) qu’était un passionné. Un passionné de soul music très exactement, bercé visiblement aux sons de Tamla Motown et de Stax, les grandes maisons de production d’alors et qui faisait virevolter sur ses platines tout ce qui se faisait de mieux à l’époque en musique de danse. Oui parce que pour revenir à notre folle Amanda, on dansait aussi, avant l’arrivée du disco, sur du bon son, on a su traverser cette époque très courte finalement, et on a poursuivi notre « dancing-road » après ! file-802La voix caverneuse c’était donc un géant noir avec une tête énorme qui s’appelait Barry White. Vous allez me dire, bein oui…Barry White tout l’monde connaît ! oui, c’est sûr mais y’avait pas que lui et je bénis aujourd’hui ce « driver du vinyl » dont je ne connais même pas le nom et qui m’a fait découvrir cette musique. Le défi de cette première compile, hormis l’auto obligation de la limiter à 12 titres, fut de retrouver certains titres car si je me souviens parfaitement de Barry White, de Bohannon ou de Stevie Wonder, j’ai un peu galéré pour d’autres, ne me rappelant que du titre ou du groupe, voire de la mélodie…

Voici donc cette compile !

 

B.T Express-Express !

La preuve qu’un violon peut être funky !

Barry White-Can’t get enough of your live, babe !

Je l’ai dit, une intro en béton, comme souvent avec Barry et une rythmique d’enfer.

Eddie Kendricks-Boogie down !

La voix de satin du chanteur en titre des Temptations qui se la jouait en solo.

O Jay’s-For the love of money !

Là j’ai eu un peu de mal car j’avais oublié le titre, pas le groupe qui fut un des grands groupes de ces années là !

Ohio Players-Skin tight !

Comme celui là d’ailleurs, avec ses pochettes de disques très « hot »

M.F.S.B-T.S.O.P !

Alors là c’est la crème du son de Philadelphie. C’est dans le titre d’ailleurs The Sound Of Philadelphia. Vous connaissez c’est sûr. MFSB c’est pour Mother Father Sister Brother.

Yvonne Fair-Funky music sho nuff turns me on !

Une production Norman Whitfield, donc un petit bijou de groove ! j’ai eu du mal à la retrouver c’t’Yvonne.

Stevie Wonder-Higher ground !

Bon, c’est Stevie quoi !

The Undisputed Truth-I’m a fool for you !

Un groupe de chanteurs, mais quels chanteurs !!!

KC & The Sunshine Band-Sound your funky horns !

Les grands spécialistes du Miami Sound, on va les retrouver souvent car question jeu de jambes, ils n’ont pas leur pareil pour ramener « your funkin’ ass on the dance floor » !

Curtis Mayfield-Ain’t no love lost !

Vous voulez véritablement écouter « la voix d’un ange » ?

Rendez-vous pour « One Nite in…1975 »

 

Mots-clefs : , , ,

13 commentaires sur “One Nite in…1974”

  1. Ta soeur dit :

    Alors la frérot, je m’y revois car moi aussi j’avais la chance d’avoir un frère plus âgé de 16 mois et donc si les parents disaient oui à Didier ils disaient oui à moi aussi !!! je passerais sur la 1ère sortie pop club ou tu as vomi dans le bar eh oui t’as oublié de le dire même que j’ai fait celle qui te connaissait pas… quant à la musique elle était sublime et moi aussi j’avais « les guillics » merci d’avoir rappelé ces bons moments ps : tu as retrouvé la photo super !!! c’est bien celle la que je voyais ! BISOUS

  2. Didier dit :

    Oui j’ai retrouvé cette photo, celle où je posais tel un Robert Redford en herbe !!! Par contre tu m’a mal lu soeurette car je parle bien de cet épisode vomitif qui a mis à mal les premiers émois du clubber invétéré que j’allais devenir…

  3. Thierry dit :

    Yes.
    Du vécu, de l’historique, du « il y a longtemps »… Bravo pour cette initiative, plus vraie que nature. Docteur D. invente la machine à remonter le temps, et c’est excellent. Pas mal aussi TA photo d’époque. Et merci pour la compil’ « old school » version clubbing. Bizzz.

  4. Catherine dit :

    Ah cette photo, trop mortel en plus en regardant de plus prêt on a même remarqué qu’il fumait déjà à cette époque. Que faisait la pauvre petiote Patricia dans son coin??? Oups j’oubliais vous n’avez pas la photo en entier suis-je bête. EN TOUT CAS BONNE INITIATIVE. BONNE CONTINUATION

  5. Didier dit :

    Je me doutais bien que t’allais te moquer gentiment de mon look « californien » (sauf qu’ici c’est pas la côte Ouest, c’est plutôt « Bord du ris »). Non, vous n’avez pas la photo en entier car côté avatar c’était trop petit…oui je fumais à l’époque mais j’ai arrêté depuis…et oui Patricia n’était pas si pauvre que ça car elle arborait un « maguenifique » tee-shirt à « smocks », si si je vous montrerais…Merci pour les encouragements !

  6. Thierry dit :

    Doctor Fink officiait derrière sa Majesté, Dr. Funk nous rafraîchit la mémoire ou nous éclaire de ses lumières (et de ses souvenirs). J’aurais aimé avoir un grand frère comme toi, pour me montrer la voie (du funk, bien sûr). Malheureusement, j’ai dû me façonner tout seul. D’où certaines lacunes. Mais maintenant, j’ai trouvé ce bon Dr. Funk pour me soigner… J’adore ces articles. Encore, encore…

  7. Didier dit :

    Merci pour ce nouveau nom de baptême, ça me plaît assez (en toute modestie bien sûr). Et c’est vrai que j’ai envie de faire découvrir tous ces artistes qui ont egayé ma « jeunesse festive » ! Je vais lacher un peu notre petit ami (tout en restant à l’affût…) et j’ai encore quelques trucs à dire sur lui, mais il y a tant de références passées qui servent aujourd’hui de base à quasiment 100 % de ce qui se fait en matière de « r’nb »…

    Je travaille aussi sur un gros article sur ma déesse : « SHEILA E » et je commence aussi à compiler des infos sur Eric LEEDS, ce merveilleux musicien !

    Mais pour tout de suite et après cette rapide consultation…je trouve qu’il ne s’agit que d’une très légère carence en vitamine O.S (comme Old School…) et je vous prépare une nouvelle ordonnance, cher ami ! Ce sera S.O.S Band et ses producteurs très très connus de la galaxie princière…

    Puis ce seront One WAY, Con Funk Shun, Cameo, Bar-Kays, Gap Band, Mystic Merlin, Slave, Lakeside, Zapp, Vaughan Mason, Brass Construction, et tant d’autres….il me faut juste un peu de temps

  8. Ton autre soeur dit :

    Attention aux photos que tu vas mettre mon frère…..quoique je pense qu’en ce temps là le smock était vide…..lol….super ton blog…à ton image parrain…

  9. Didier dit :

    Tu verras… ;-) pour le smock valait mieux car t’étais vraiment petite…Merci pour la visite et le com !

  10. Bruno dit :

    Bravo Didier pour ce premier article émouvant. Pour ma part, à l’époque, j’étais resté bloqué sur Deep Purple, Whitesnake, Rainbow, Led Zep… Le Funk n’était pas encore de la musique… Les boîtes ? Pas pour moi. Moi c’était groupes de rock avec mes potes et moi derrière les Drums. Jusqu’au jour où les « Enfants du Rock » m’ont fait découvrir « Le Nain Pourpre »… C U SooN BRN

  11. Didier dit :

    Encore un de ces « petits graisseux » dirait notre ami Francis…lol !! derrière les fûts ça excuse quand même, mais ravi que tu sois passé du côté obscur. Perso je ne suis jamais retourné au hard et pourtant je connaissais les solos du Deep par coeur, je veux dire en « air guitar » et le Made in Japan a du tourner dix mille fois sur ma platine mais que veux-tu Barry a eu raison de moi…à vie…puis l’autre est arrivé…

  12. Zerrouki dit :

    hello,

    Musicien et surtout passionné de zic. J’ai lu avec ravissement que tu avais retrouvé l’album de The Family (projet annexe de Prnce), je n’arrive pas à mettre la main dessus aussi (je l’avais à l’époque enK7) et c’est une perle rare c’est vrai !

    Un petite faveur, entre passionnés ça serai super, super coooolllll !!! que tu me dises où je porrais le dénicher moi aussi.

    En remerciant par avance,

    Musicalement,

    Mamen

  13. Didier dit :

    Salut !
    En fait j’ai récupéré les fichiers MP3 car c’est, effectivement, un disque très très difficile à trouver ou alors il faut mettre le prix et en général ce sont des imports japonais !!!

    http://www.amazon.com/gp/offer-listing/B000091NOB/ref=dp_olp_3

    Moi j’y ai renoncé…ou j’attends le coup du sort…genre mec qui se débarrasse de sa collection… :-)
    Peace

Laisser une réponse