Découvrez mes passions au quotidien


Rose Royce

29 juin 2009

avataroni6[audio:06-what-you-waitin-for.mp3]

Ca fait un bout de temps que je dois écrire leur « petite » histoire, comme pour les autres (et tous ceux à venir…) !

Plus j’écoute la compile que j’ai préparé et plus je me dis la même chose : CA ROULE !!! Vous l’avez remarqué, y’a jamais de temps mort sur ce que je vous prépare…y’a que du bon…du qui fait gigoter les gambettes…mais là, je sais pas si c’est l’utilisation toute particulière des percussions mais « CA ROULE » ! Je vous défie de rester immobile à l’écoute de ces pépites ! Mettez le titre « en écoute » à fond dans votre salon et vous verrez…MIRACLE ! Vous décollez…si…si…à 1′ 42…le miracle se produit…lévitation tibétaine ou farce de Gérard Majax, mais vous décollez !!!

On ne peut pas parler de Rose Royce sans parler d’un homme : Norman WHITFIELD ! C’est lui, en effet, qui introduit le groupe dans son écurie à la fin des 70′s. Le groupe s’est formé à Los Angeles au début des années 70 par l’association de Kenny COPELAND (trompette) Henry GARNER (batterie) Freddie DUNN (trompette) et Michael MOORE (saxo) et c’est en jouant derrière Edwin STARR qu’ils feront la connaissance de WHITFIELD. Auto-baptisé « Total Concept Unlimited », ils deviennent « Magic Wand » avant de choisir enfin un nom qui sonne juste : « ROSE ROYCE ». Le groupe associe également Terry SANTIEL (percussions) Lequeint JOBE (basse) Rose NORWALT (chant) Kenji BROWN (guitare et chant) et Michael NASH (claviers). Voilà donc nos neuf musiciens et chanteuse qui se retrouvent à la solde du sorcier de la Motown, à jouer derrière The Undisputed Truth ou encore Yvonne FAIR, sans oublier un mythe : The Temptations !

file-509Depuis 75, WHITFIELD travaille à un album solo du groupe car il croit en eux. Parallèlement, un projet de film « CAR WASH » voit le jour et MCA Records, à la recherche d’une bande originale, entre en contact avec WHITFIELD, celui-ci les convainc que c’est CE qu’il a préparé pour Rose Royce qui peut servir de musique pour le film. Fin 1976, le film sort sur les écrans et c’est tout de suite un carton, grâce surtout au morceau titre qui est une véritable ode au « remuage de fesseps » ! L’anecdote raconte que Whitfield a écrit le riff de Car Wash sur un emballage de « Fried Chicken » lors d’un match de basket !!! Mais il y a bien d’autres pépites sur cet album comme « Daddy Rich », « Put your money where your mouth is » ou encore « You gotta believe ». Le disque truste les classements en tous genres et trois titres en font la une. L’époque est à la production continuelle ET annuelle, quitte à réutiliser les ficelles qui fonctionnent…s’en plaindra t-on ??? Moi non !!! En 1977, le nouvel opus s’appelle « Rose Royce II : In full bloom » et les ficelles fonctionnent à nouveau, en moins commercial néanmoins, le disque est court mais comporte une sacrée brochette de très bons titres…difficile de faire un choix (pour ceux qui sont intéressés, l’intégrale est disponible…) !

Comme l’empire, « Rose Royce III : Strikes again » en 1978. Toujours sous la houlette groovy de Norman, le rythme s’essoufle pourtant et le « handclap » ne suffit pas à masquer la relative faiblesse de l’ensemble. Mêmes les petits cris perçants habituels de Rose ne parviennent pas à vous donner les petits frissons des premiers titres. A noter le titre « Love don’t live here anymore » repris plus tard par la Madone ! Un an passe…et débarque « Rose Royce IV : Rainbow connection », album disparate mais assez intéressant et qu’il faut écouter plusieurs fois pour en saisir toutes les nuances car c’est un peu un cocktail de toutes les sonorités qui vont hanter les cinq années suivantes et puis…rien que pour « What you waitin’ for », moi je dis ENCORE ! En 1980, sort (déjà) un Greatest Hits…sans doutes pour rejouer la fibre Car Wash et laisser passer une année avant en 1981 « Golden touch ». Rien de transcendant ! Trop de productions sans doutes et il faudrait parfois savoir se résoudre à éliminer, condenser, mais c’est plus facile à dire…la preuve, la même année voit sortir la dernière collaboration du groupe avec Whitfield, mais quelle collaboration !!! Ce disque est un petit bijou et combiné aux deux précédents, il aurait pu faire aussi bien que Car Wash. Un pétard WHITFIELDIEN en tête avec « RR Express » soit 12 minutes de « Psychédélic Funk » qui « roule » comme je le disais en début d’article. On y retrouve ce côté envoûtant et hypnotisant qu’avaient certains titres des Temptations.file-510

Le gourou parti, les Rose se retrouvent comme des poules échappées d’une basse-cour, ça court partout sans savoir où aller…ça picore à tous les râteliers (Cameo, DTrain, Brass Construction, Prince, etc…) et ça donne en 1982 « Stronger than ever » ! Alors je sais pas si ils sont plus forts qu’avant, ce qui est clair c’est qu’on voit nettement que c’est un groupe de musiciens mais pas forcément de compositeurs. C’est sympa, sans plus, à l’instar de ce que de nombreux groupes vont sortir à l’époque en matière de musique de danse. « Music magic » en 1984 n’a vraiment rien de magique, on frise plutôt la mascarade tellement c’est faible…mais vraiment faible ! Où sont mes Rose ??? Tout juste sauverais-je « Work it » pour son riff de basse mais j’enrage de voir ce gâchis par rapport à la fin des 70′s ! La suite ( 1985 : The show must go on, 1986 : Fresh cut ) est aussi molle et le groupe continue à s’inspirer des autres pour (re)faire ce qui existe, déjà, en mieux. Clin d’oeil à Maître Norman, ils reprennent « Just my imagination » en 86 mais même ça…ça craint !

1989 : Perfect lover est le dernier album officiel du groupe et continue de surfer sur les mêmes postulats ! Néanmoins, il a beaucoup plus de qualités que les précédents et un style semblait faire surface, au carrefour de ONE WAY, CAMEO et SOS BAND…il n’aura malheureusement plus de suites. Malgré tout, le groupe continue de tourner ! Aujourd’hui encore, malgré les nombreux changements de personnel, GARNER, COPELAND et DUNN, le trio fondateur, est toujours là et ils ont produit en 2003 un live « Live in Hollywood », live qui fait quand même la part belle aux productions de « Norman le Grand »…mais quand même…ils tournent…

Ah…j’oubliais…la compile MY BEST OF ROSE ROYC E !

Mots-clefs : , ,

Laisser une réponse