Découvrez mes passions au quotidien


Tenue correcte exigée…

24 septembre 2009

avataroni4A l’époque, les boîtes sont légion…nous n’avons que l’embarras du choix ! La seule question du vendredi…du samedi…voire du dimanche c’est : OU ??? La seule question qu’on ne se pose pas c’est la tenue ! En effet, nous sommes des jeunes hommes bien faits de notre personne et le costard est de rigueur…on est à fond dans le trip « CHIC » et on écume les magasins de la Belgique toute proche pour trouver les oripeaux qui vont satisfaire notre besoin de « classe » ! Mes années 80 sont marquées par ce besoin de « paraître » mais aussi par cette envie de « respect » !! Notre entourage est parfois aviné…s’égare dans des conciliabules incompréhensifs à moins d’être soi même défait et nous avons très vite saisi que la sobriété est gage de « pécho » !!! Si l’allure et l’attitude suivent, on est les rois de la piste !!! Et je peux vous garantir, sans forfanterie, qu’avec David et Nabile (mes frères de dance floor…) on a brillé, mais brillé…crown-heights-affair-sure-shot-del

Nous avons été aidés en cela par des groupes dont je vais commencer à parler un peu ! Ce ne sont pas, pour quelques uns, les plus connus (mais je vous garantis que c’est du lourd…) mais pas les plus manchots ! Je vais évoquer dans les…semaines qui viennent…des groupes tels : Loose Ends…ONE WAY…CHIC…mais aujourd’hui je vais vous faire (re)découvrir deux groupes qui ont incarné à merveille ce style de dance-music que je qualifie volontiers de « musique de danse intelligente » !!! Deux noms…le premier relativement connu quand même « CROWN HEIGHTS AFFAIR »…et le second « UNLIMITED TOUCH » !

CROWN HEIGHTS AFFAIR… »C.H.A » pour les intimes démarre sa carrière en 1967 sous le nom de Nue Day Express ! A l’origine du groupe Donnie LINTON (basse) auquel s’adjoignent Philip THOMAS (chant), William ANDERSON (guitare),  Arnold WILSON (basse), Stan JOHNSON (claviers) et Raymond ROCK (percussions). Ils sont bien vite renforcés par  Darryl GIBBS (Trompette), James BAYNARD (Trompette), Julius DILLIGARD Jr (Trombonne) . Ils sortent un premier album en 1973, après avoir écumé les clubs, qui porte le nom du groupe, devenu C.H.A pour la circonstance. L’époque est aux groupes très très complets et Howard YOUNG (claviers), Tyrone DEMMONS ( Trompette) et Raymond REID (Trombonne) apporte leur pierre à cette couronne déjà bien parée !!! Le groupe va avoir deux périodes, l’une assez disco…par moments très « Miami Sound »…dans l’air du temps en fait, entre 1974 et 1980, puis une période beaucoup plus funk !

Huit albums vont sortir entre 1974 et 1983 ! J’en ai tiré la substantifique moëlle pour n’en conserver que la crème de ce qu’il faut écouter…à crown-heights-affair1savoir « rien » sur le premier album Crown Heights Affair en 1974 ! « Dreaming a dream » et « Foxy Lady » sur Dreaming a dream en 1975 ! « Dancin » (oui…j’ai remarqué aussi…) et « Far out » (spéciale dédicace à TB1 ) sur Do it your way en 1976 ! « Galaxy of love » (gros carton…dans le style love boat…) sur Dream World en 1978 ! « Dance lady dance » (vulgarisé par Silver Convention sous le titre « Fly Robin Fly »…) et « You don’t have to say you love me » sur Dance Lady Dance en 1979 ! C’est alors qu’on entre véritablement en scène car jusque là c’est encore trop « Travoltien » à notre goût. Vont suivre l’album Sure shot en 1980 avec le HIT « incontournable » « You gave me love »…vous l’avez en tête c’est sûr !!! Le riff de départ est IM-PA-RABLE !!! Mais également le morceau titre « Sure shot » qui signe le virage à venir du groupe. Si je dis virage, c’est que l’album suivant (Think positive en 1982) est une TUERIE ! et je pèse mes mots…!!! Le choix est difficile…mais écoutez « Somebody tell me what to do », « Love ripp off », « Think Positive » (Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargh…..cette intro….) « I got somethin for ya » (brrrrrrrrrrh….) « WINE & DINE YOU » (l’hymne…), « Your love makes me hot » et vous avez l’hymalaya du groupe (j’ai mis six titres sur les huit…) !!! Le dernier album du groupe avant le split en 1983 s’intitule Struck Gold et j’en ai tiré péniblement « Rock the world » (le rap gâche tout…) et « Heavy lovin » mais le charme est déjà passé comme pour beaucoup de groupes qui vont tour à tour s’effondrer vers le milieu des années 80 ! Bert REID (l’âme du groupe) et William ANDERSON ont senti le vent venir et, dès 1981, vont alors aller prêter main forte…

unlimitedtouch1à Sandy ANDERSON (basse), Tony CINTRON (percussions), Phil HAMILTON (guitare), Lenny UNDERWOOD (claviers) et Stephanie JAMES & Audrey WHEELER aux chants, pour donner naissance à UNLIMITED TOUCH ! Deux disques seulement pour ce groupe avant son clash, lui aussi en 1983, décidément…

le premier Unlimited Touch (1981) est une merveille ! Rien à jeter !! J’en ai extrait trois « Feel the music », « Private Party » et « Happy ever after » mais l’album complet est à posséder (à bon entendeur…). Il incarne exactement ce que je disais en préambule, à savoir une musique qui donne envie de « séduire » par la danse…la danse n’est-elle pas une parade amoureuse ??? Le second et (déjà) dernier album s’intitule Yes I’m ready (1983) il est légèrement en dessous mais impossible de passer sur le morceau titre « Yes I’m ready » et surtout sur « No one can love me »…

Ces années sont loin mais les sons restent…reste aussi l’envie de « briller » et même si un quart de siècle a passé, dans la tête j’ai toujours ce besoin viscéral de bouger dés que des sonorités « qui me parlent » viennent me chatouiller les oreilles…

Avant les deux gros pavés que je prépare sur ONE WAY et sur CHIC, je vous parlerais d’un diamant insuffisamment connu…LOOSE ENDS !

And now, Ladies & Gentlemen… à vos costards…et à vos talons aiguilles !

Mots-clefs : ,

Laisser une réponse