Découvrez mes passions au quotidien


Arras 2010 : Soleil, Fête et bêtes d’orage !!!

27 juillet 2010

orNon ce n’est pas le titre d’un vieux film de Comencini, mais ces trois mots résument à eux seuls la journée passée, où devrais-je dire, la fin de journée de ce 9 juillet 2010. L’annonce du concert m’avait mis en émoi car à ce moment là, trois dates se profilaient et celle çi, ARRAS, à une heure de chez moi, laissait présager un bon moment, en tout cas, si je me référais à mes deux derniers concerts (Montreux et Grand Palais). Travail oblige, nous ne sommes partis qu’en tout début d’après-midi, sous une chaleur étouffante et un ciel plombé de gris. Première désillusion, le parking carré Or est une foutaise ! J’ai bien vu quelques panneaux l’indiquant puis…plus rien. Où c’était mal fichu où je suis passé à côté. Au passage, lors de mes vaines recherches, j’ai du « laisser passer » un véhicule de la maréchaussée qui ouvrait la route à une énorme limousine noire…la même que…j’ai pas eu l’temps de lui faire coucou…Qu’importe, on trouve à se garer, à 2 km du site quand même et on arrive tranquilles dans la queue déjà importante, sur le coup de 16 heures. Il fait chaud…très chaud…et en bon gars du Nord, la chaleur j’aime pas trop, je ne me sens bien qu’entre 20 et 24 degrés ! Là, on est à plus de 30 et le soleil fait son apparition pour élever encore la sensation de chaleur mais c’est moins étouffant. Voilà pourquoi le soleil est dans le titre de cet article !thrips

L’attente va être longue, épuisante pour mon corps qui surchauffe trop vite et lentement un mauvais pressentiment s’insinue en moi : je ne vais pas kiffer ma race ! Déjà la photo de ce petit monstre qui illustre cet avant propos ne reflète pas le haut degré d’emmerdement maximum qu’il peut engendrer. Ces gentilles bestioles qui pullulent les jours d’orage dans certaines régions françaises se sont donné rendez vous à Arras afin de parcourir nos corps à la recherche d’on ne sait pas quoi ! Toujours est-il que ça gratouille, que ça démange, que ça se met à dévaler votre cuir chevelu tels des amazones pourchassant des mâles en rut, bref, des chieuses. D’où leur présence dans le titre de cet article. Toute l’eau a déjà été bue, le pulvérisateur d’eau a déjà bien fonctionné et nous sommes encore derrière les premières barrières. Au fil des minutes, nous commencons à progresser. Premier barrage où le contrôle est on ne peut plus léger, mettage du bracelet Carré Or (ca y est…on est des VIP…) et course modérée vers le site. Nous sommes canalisés pour arriver finalement à environ 10 mètres de la scène, sur la droite et…stationnement.

photo0431Il nous faut encore attendre ! J’ai toujours aussi chaud et ça en devient désagréable (d’où ce look à la Fonzie…), en plus j’ai le soleil pleine figure côté droit. Les filles souffrent en silence mais elles sont tellement impatientes qu’elle supportent. Ma copine découvre l’ambiance « concert » et s’étonne de certains égarements du public présent (bousculades…passages en force…discrétion peu présente…) Bref, je suis bien content de voir arriver MINT CONDITION, mais mon plaisir sera de courte durée. Le son est pourri, limite insupportable et ça ne rend pas hommage au groupe qui m’a l’air trés bien. Mention spéciale à une reprise du « Atomic Dog » de Clinton qui pète un max. A écouter dans d’autres conditions. Puis arrive le « vieux » Larry GRAHAM qui va donner une leçon de funk à l’assemblée. C’est carré, ça donne, le son est déjà meilleur et y’a pas à dire, même si on lui prête une responsabilité dans les délires religieux du Kid, à la basse, Larry reste un tueur ! Tous les classiques y passeront de « Family Affair » à « Dance to the music » !

Il est plus de 21 heures 30 quand je sens le frémissement qui parcoure le public, annonciateur de l’arrivée des musiciens et du maître de cérémonie. J’ai déjà pu écouter ce qui s’est passé à Roskilde et à Berlin et je ne suis donc pas surpris d’entendre les premières mesures de Venus de Milo couvrir la clameur qui monte de la foule. Il n’est pas encore là car le niveau de décibels reste supportable mais je sais, sans le voir, qu’il pénètre la scène car la clameur se transforme en hurlement primaire, comme dirait Bigard, et il apparaît, dans sa tenue presque virginale, Hohner dans les mains, pour démarrer l’intro de Let’s go crazy intro qu’il perdure comme s’il freinait encore l’énergie qu’il va libérer. Et CA part, la version est classique mais tellement dynamique qu’on voit tout de suite qu’il a une pêche d’enfer et que ça va être chaud (no…no…let’s go). L’ennui avec les sons qui circulent c’est qu’on est tellement gourmand qu’on sait déjà ce qui va suivre et sans surprises, il enchaîne un Delirious trés primesautier puis revient à Let’s go crazy ! Des sons se baladent dans tout ça mais je ne cherche pas à les reconnaître. 1999 nous ramène presque 30 ans en arrière et je me dis : « Et voilà…30 ans de carrière et la magie opère encore sur des titres qui ont 25 ans ou plus et qu’il a du jouer des centaines de fois, mais rien à faire, le riff est tellement prenant que tu pars au 1/4 de tour et pour le coup la version est hautement entraînante. Little Red Corvette me propulse dans le passé récent ! Montreux 2009 et ces concerts d’anthologie, c’est presque la même version et des frissons me parcourent.  Les sons sortant de sa guitare accompagnent la nuit qui doucement s’installe. Mais ces frissons ne sont pas totalement dûs à mon émotion…j’ai du prendre un coup de chaud et je ne tiens plus. Décidément, je ne suis pas fait pour la chaleur et ma copine ne le supporte plus non plus. Nous devons battre en retraite vers la buvette aux sons de Take me with U ! Je vais entendre plus qu’écouter Guitar bien que je perçoive le traitement guitaristique proprement hallucinant qu’il lui fait subir (ça le fait rire le bougre…) puis des fragments de Hot Summer car il faut absolument que je me procure de l’eau et du soda sucré pour à la fois me rafraîchir et ne pas friser la syncope. Nous sommes assis dans l’herbe et assistons à l’évacuation de plusieurs personnes victimes de malaises et je peux me requinquer sur une version mortelle de Controversy assaisonné de Sexy dancer passé à la moulinette CHIC. Ce « Sexy dancer » est vraiment intemporel…comme semble l’être PRINCE d’ailleurs. Il est dans une forme exceptionnelle, danse, saute, sourit, virevolte partout. Opération ou pas, quelle énergie et quelle joie de vivre et de jouer. D’où le troisième mot du titre de cet article…c’est la Fête…comme si c’était « la Ducasse » comme on dit chez nous ! Nous sommes tous à la Ducasse de PRINCE…et c’est bon même si je ne le vis pas comme j’aurais voulu. It’s time to get funky !!! Mais je l’ai toujours été  ;-) )photo0435

Shelby J nous gratifie d’une reprise de Angel toute en puissance…quel organe…et suit une version inédite, qu’il a quelque difficulté à démarrer, en duo avec Shelby, de Nothing compares to U qui nous change un peu des dernières versions entendues…celle là est un peu plus bluesy teintée de gospel je trouve ! Après avoir totalement émergé de notre coup de chaud, on se rapproche de la scène mais on est plus aussi prés et on se contente de l’écran géant. Néanmoins j’exulte intérieurement aux premières notes de Mountains… j’adore ce titre, comme tout « Parade » d’ailleurs, et quelle n’est pas ma surprise de constater que le mix avec Shake your body des Jacksons est parfait. Bon…PRINCE laisse le soin aux choristes de chanter la chanson mais bon…petit hommage à « Maïkeule » au passage…l’hommage se poursuit d’ailleurs, celui qu’il fait à l’une de ses influences majeures : Sly & The Family Stone ! Avec la présence une fois encore de Larry Graham, membre du groupe à l’époque, ça semble en même temps normal mais aussi…récurrent ! Un peu trop même, car même si le set Everyday people et I wanna take you higher est trés entraînant, plaisant, et qu’il transforme ARRAS en chaudron, personnellement ça commence à me saouler un peu. J’aurais préféré qu’il me fasse « Shhh » ou encore « A love bizarre » avec Sheila aux percus mais malheureusement Monsieur décide et nous on aura eu Larry…ce double hommage est suivi par un Alphabet Street trés enjoué, comme PRINCE, qui continue à jouer comme jamais avec le public (on en reparle ensuite …) c’est vraiment la fête !!! Serait-ce fini ??? Je commence (un peu) à en avoir l’habitude, on est toujours à deux rappels minimum mais les « encore » se situent actuellement plus vers trois, quatre, voire cinq mais là c’est miraculeux. Je me dis donc : « Ouais c’est ça…Good Night…il est 23 heures passés, c’est trop pour repartir  » ! Et il revient…comme prévu…et démarre un Kiss qui met Arras en ébullition. Moi j’apprécie comme je peux mais le coeur n’y est plus depuis un moment, je me contente de ressentir les ondes positives qui s’échappent de cette foule…de cette marée de têtes levées vers la scène et éclairées à intervalles réguliers par les éclairagistes qui, par contre, ne comprennent pas trop bien les instructions de Maître…la version de Kiss est très bonne et me rappelle les versions données lors des concerts de 86 avec cet espèce de dédoublement de la guitare par les synthés et ces incursions du remix au sein du titre. Trop fort ! Il poursuit ce premier rappel avec l’incontournable Purple Rain ! Il aura ainsi joué, coup sur coup, les deux titres que toute personne associe directement à l’Artiste quand on lui en parle. Tout a été dit sur ce titre, invariablement il provoque une communion d’esprit avec le public, comme si à chaque fois on se prenait à s’imaginer être dans le public du First Avenue, à écouter pour la première fois le titre du Kid…

p1030997aJe ne sais pas quelle mouche a piqué notre homme pour qu’il revienne pour le second « encore » avec Dance Disco Heat ! J’ai entendu qu’il l’avait joué au Danemark et en Allemagne et nous y avons droit également. Il s’agit d’un titre disco datant de 1978, reprise de Sylvester, artiste disco de la fin des années 70 et qui fût une figure importante du mouvement disco avec l’immortel « You make me feel » ! Va savoir pourquoi il décide de cette reprise ?!? c’est le titre idéal en tous cas pour faire remuer les « ch’ti ass » d’un soir, les faire jumper sur des parties de « Housequake » et même nous faire reprendre en choeur : « Tonight…I love everybody & everybody loves me » ! On est, au moins, contents de savoir qu’il nous aime…et là ! Enorme surprise (en tout cas pour moi) PRINCE descend de la scène, se dirige vers le public massé en première épaisseur et se met à prendre un mini bain de foule…allez juste les doigts…mais c’est proprement hallucinant venant de quelqu’un qu’on imagine hyper protégé et surtout qu’on perçoit depuis quelques années, comme un artiste qui a mis une « certaine distance » avec le public. Bref, je suis sidéré et j’espère que les filles en prennent plein les yeux et les oreilles. 10 minute de folie !!! Vont suivre un Peach pêchu comme jamais et il en profitera pour présenter ses musiciens qu’il affuble à nouveau du patronyme de NPG pour New Power Generation. Il me semble qu’il n’en avait plus parlé depuis un moment…puis surtout un des quelques titres que je voulais entendre en live Ol’Skool Company qui vient combler mes oreilles après l’avoir attendu en vain en Suisse et à Paris (non…je n’étais pas à La Cigale…) je ne boude pas mon plaisir et on rigole bien sur les déhanchements quelque peu perturbés d’une fan légèrement enbierrée…

Pour la deuxième fois consécutive nous avons droit au tonnerre annonciateur habituellement de fin de concert, mais aujourd’hui on ne peut jurer de rien et après nous être dit que p1040014bcette fois c’est fini, la rythmique si particulière du titre Forever in my life retentissent sur l’esplanade classée Patrimoine mondial de l’UNESCO mais qui ce soir est le patrimoine d’un artiste qui reste définitivement le showmen qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie ! Des partants reviennent en galopant vers la scène et nous vivons avec les filles ces derniers titres car elles aussi, pensaient que c’était fini. J’adore ce titre et là aussi, je ne boude pas le plaisir qui est le mien devant ce quasi a capella. Il en reste d’ailleurs à cette version dépouillée et il l’enchaîne avec un 7 tout aussi envoûtant avant de terminer sur quelque chose d’inédit…qui ne sortira peut être jamais sous quelque forme que ce soit ! On tient peut être là une perle à savourer de temps en temps. Obligé de baptiser ce titre Let go…let God car ce sont les uniques paroles que PRINCE nous fera répéter en une sorte d’incantation divine, genre : « Laisse béton, Laisse faire l’éternel » ! C’est pas trop mon genre mais le trip est prenant car le petit riff de guitare qui accompagne ce onzième commandement est hypnotisant et quand tout s’arrête…bein justement on a pas envie que ça s’arrête. Quatre minutes de magie !!! Mais la messe est dite…cette fois il ne reviendra plus…il est minuit et c’est l’heure où les carrosses redeviennent citrouilles et les chevaux des souris !!! c’est l’heure de quitter le lieu…tranquillement, des sons plein la tête et des images aussi. Celle qui me reste est celle d’un homme heureux, qui nous gratifié de beaucoup de marques de sympathie et d’amour mais aussi de ses mimiques et blagues qu’on ne le voyait plus trop faire. Par contre je décide que c’est la première et dernière fois que je le vois dans ces conditions. Je me contenterais de petites salles (Olympia ou Zenith) ou d’afters si j’arrive un jour à m’en faire un ! Bilan mitigé pour moi, vous l’aurez compris, mais je n’étais pas dans les meilleures conditions. Bon je me console en me disant qu’il a dit vouloir vivre en France et faire toutes les salles de Paris à la rentrée. Y’aura bien une petite date pour moi…

PS : J’ai déjà raté le New Morning où j’aurais donné cher pour y être mais c’était pas possible…trop juste…trop court…trop loin…

PS2 : Photos de PRINCE « piquées » à JC08 du forum schkopi…Merci ;-)

Mots-clefs : , , ,

12 commentaires sur “Arras 2010 : Soleil, Fête et bêtes d’orage !!!”

  1. Willy dit :

    Salut Didier,

    Tu étais où à Arras, je t’ai cherhcé…….
    J’étais là avec mes amis et amies depuis
    9h30 du matin.
    Résultat……Prince à vue à 4 mètre
    et 30 cm quand il est descendu de scène
    pour faire des tapes au main
    concert TERRIBLE, donc Nice j’arrive

    Santé

  2. Didier dit :

    Hello !

    Bein on était à droite de la scène, à peu près à 10 mètres, mais je raconte tout ça…
    A bientôt sur Paris j’espère !!!

    Robustesse !

  3. Fauve dit :

    Très bon récit Jules la Spatule ( j’avais envie de la ressortir celle là ça faisait longtemps ^^ ) .

    Ce fut un très bon moment malgré la chaleur avec un Prince beau , généreux et heureux d’être là … à refaire avec 10degrés de moins :)

    Il me faudrait juste 10cm de plus et éviter de me retrouver derrière des blacks de 2m ( qui ne veulent pas bouger d’ailleurs … les bougres … une fois devant eux c’est pas mon 1m53 qui allaient les gêner ) ^^.

    Par contre c’était sympa d’être propulsée au 2ème rang juste derrière les grilles grâce à la descente de scène du Prince !!

  4. Didier dit :

    J’avais oublié cette feinte…Jules la Spatule :-)

    Content que ça vous ai plu ! Pour un deuxième concert de Prince, c’était assurément une autre ambiance que celle du Grand Palais, mais il est toujours au top sur scène !
    Désolé pour les cm qui te manquent mais dis toi que tu es presque aussi grande que lui ;-)
    Merci pour le com !

  5. Willy dit :

    Salut Didier,

    C’est toi sur la photo ?!!
    Tu es sûr que tu as 50 piges…?!!!
    Tu fais plutôt 40 ans sur la photo.
    En tout cas avec ce tee-Shirt je ne pouvais
    pas te rater, dommage….
    Sinon je reviens du concert de Nice qui était
    mieux que celui d’Arras.
    Sinon tu as des news sur des éventuels concert
    à Paris, moi je suis seulement au courant d’un
    concert probable à Monaco le 9 août.
    @+

  6. Didier dit :

    Hello Willy,

    Oui, Oui c’est bien moi et merci !!! J’ai même 52 ans, comme lui et faut croire que sa musique me permet de freiner les attaques du temps qui passe ;-)
    Dommage effectivement, tu ne pouvais pas me rater, encore fallait-il qu’on tombe l’un sur l’autre…mais y’aura bien un concert sur Paris à la rentrée où l’on se verra !
    Car il y en aura…en tout cas d’après ce qu’il a déclaré mais tu sais mieux que moi que le bonhomme est changeant ! Il aurait même été question qu’il s’installe à Nice et certais extrapolent sur une reprise du Festival de Jazz par Prince lui même. Je dirais : Wait & See…
    D’autant qu’il se raconte beaucoup de choses quand on ne sait rien. Coluche disait, à propose des journalistes : « S’ils n’ont rien à dire, ils n’ont qu’à fermer leur g….. »
    Belle maxime que beaucoup devraient méditer !!!
    Il y aura d’autres dates ! Monaco, je ne sais pas, il y était déjà l’an dernier mais il peut y revenir. Chaque année, ça fantasme sec ! Apparemment il est reparti à Minneapolis, ça m’étonnerait qu’il revienne d’ici la rentrée mais qui vivra, verra ! Mon prochain objectif c’est un after !!!
    A+

  7. JCO8 dit :

    Avec plaisir pour les photos :)

    Très sympa ton petit compte rendu. J’ai adoré ce concert, j’ai aussi trouvé un Prince très en forme et heureux d’être là. « Forever In My Life » et le final de « 7″ m’ont bien fait planer moi aussi.

  8. Willy dit :

    Salut Didier,

    Jusqu’à présent je n’avais pas encore
    lu ton « report » du concert d’Arras
    car étant de la fête la seule chose qui était
    dans mon esprit étant comment on a fait
    pour se rater….
    Donc voilà ma petite réaction.
    Comme tu le dis l’attente a été longue
    mais cela s’est passé agréablement pour
    moi si on occulte tes « chiantes bestioles »,
    les Thrips.
    Mes amis et moi (moi plus facilement car
    venant d’une île) ont réssisté à la chaleur
    à coup d’eau, de thé glacé, citronnade maison
    et de……………………………bière.
    On était au barrage gauche de l’entrée.
    Quand ils ont ouvert le premier barrage
    (mise des bracelets) pour nous coincer au 2ème
    barrage plus près de l’entrée cela m’a bien énervé
    et je crois que pas moi seulement.
    Aussi quand ils ont annoncé à des excités par des heures
    d’attentes et d’adréaline de ne pas courrir,
    CELA M’A BIEN FAIT MARRER.
    Et mon mini-marathon à une vitesse folle est là
    pour le prouver.
    Résultat, entrainés dans mon sillage, on était
    à 4 mètre de vue de Prince et derrière seulement
    2 personnes du barrage de sécurité.
    L’attente près de la scène, dûe à ma place, fut
    jouissive.
    Le concert de MINT CONDITION fut pour moi acceptable
    mais comme tu le précises le son était pourri.
    L’ingenieur s’est fait la main sur eux pour trouver
    un meilleur son pour Prince.
    Par contre, j’ai pris mon pied avec Larry Graham
    car il a fait le concert que j’attendais de lui,
    peu de chant et beaucoup de basse car moi j’aime
    le bassiste, qui est un tueur funky, pas le chanteur.
    Et je te rejoins quand tu dis
    « même si on lui prête une responsabilité dans les « délires »
    religieux du Kid, à la basse, Larry reste un tueur ! ».
    Mais quand THE ONE arrive pour commencer son concert c’est
    l’extase, le voir de si près c’est FANTASTIQUE.
    Contrairement à toi j’ai évité avec soin de ne rien écouter
    de ses concerts danois et allemand.
    Je ne vais pas donner mon impression pour chaque titre
    car tu l’as déjà fait si bien et tes impressions embrassent
    les miennes.
    Mais 4 choses m’ont vraiment marqué :

    * Sa forme, sa joie de vivre manifestée par sa façon
    de danser, de sauter comme une pile Wonder,
    ce qui n’était pas le cas à Londres en 2007 ou
    au Grand Palais à Paris l’année dernière qui faisaient
    qu’amplifier les rumeurs de problèmes de hanche.
    Car là, si ennui de hanche il y avait, c’est plus la cas.

    * la descente de Prince en bas de la scène pour faire
    des tapes aux mains. J’ai trouvé cela surréaliste
    car il n’avait jamais fait cela avant.

    * Sa prestation de « Ol’Skool Company », mon titre préféré
    de « MPLSound », et pour moi un « classic ».
    Avec un de mes potes, on l’a tellement attendu et même
    déssespéré de l’entendre que quand il l’a enfin interprété
    et de quelle façon, il nous a tué sur place.
    DEMENTIEL.

    * Son faux lancé de guitare dans le public, j’ai vraiment cru
    qu’il allait la lancer. Eh bien saches qu’à Nice il l’a
    lancé….

    Résultat le Kid de Minneapolis (car à 52 ans il s’est amusé
    comme un enfant, comme tu l’as remarqué, blagues et mimiques)
    nous a fait un concert de hits/best of à la « hit and run »
    que je me suis surpris à adorer alors que j’aime pas trop
    ce genre de concert mais comme on sait assister à un concert
    c’est pas la même (ambiance, adréaline, tension, exitation…)
    qu’écouter un concert.
    PRINCE A FAIT UN GRAND CONCERT.
    D’ailleurs une amie dans mon groupe qui ne connaissant pas
    du tout la musique de Prince a adoré le concert.

    Pour le préchi précha religieux, il l’a toujours fait et
    le fera toujours, seulement comme il est temoin de jéhova
    maintemant, cela marque plus (souvent négativement) l’esprit
    qu’avant quand il chantait « God » en 1984 ou « God is love » en 1988.

    Que tu ne veuilles plus assister à des concerts tels qu’Arras,
    je te comprends car en lisant ta résolution, une scène me vient
    à l’esprit vers la fin du concert, une jeune dame qui nous
    demande si elle peut se mettre devant nous car n’ayant rien
    vu du concert (à part les écrans) car étant trop loin
    (carré non or), et voulant nous embrassé quand on lui dit oui.
    Des concerts comme Arras sont des concerts frustrants car
    beaucoup ne voit pas Prince (sauf pour ceux qui viennent
    pour l’ambiance bière).
    Et voir Prince sur écran géant où est l’intérêt, une bonne
    vidéo dans son canapé fait aussi bien l’affaire.

    Pour le New Morning (n’y étant pas car partant pour NIce
    au même moment), tu n’as rien raté, certes le concert
    était démentiel, (téléchargement sur « purplekisstwo »),
    mais les conditions étaient pires que celles d’Arras
    que tu déplores, attente interminable (6 à 8 heures),
    bousculades, tensions, bagarres avec les videurs accédés,
    fermeture des portes avant le remplissage de la boite pour
    cause de frictions et renvoi de pleins de frustrés.
    Ta petite famille n’aurait pas supporté cela,
    même moi je l’aurait pas supporté.

    Moi aussi, j’espère un Zenith, un Bataclan, surtout pas un bercy,
    un Olympia, il ne le fera jamais, trop petit à moins
    qu’il en fasse plusieurs de suite.
    Pour l’instant on s’y éloigne sérieusement….
    La Croatie, le Danemark, la Pologne et la Russie
    ayant pour l’instant (selon les rumeurs) la primauté.

    En attendant je m’amuse avec le nouvel opus de Prince.

    Wait & C

    May We Live 2 C The Dawn

  9. Didier dit :

    Salut Willy !

    Désolé, je rentre seulement de vacances ! Je suis entièrement d’accord avec tout ce que tu dis ! Je relis ça tranquillement et je te réponds ;-)

  10. Didier dit :

    C’est normal de saluer les fans qui « assurent » ;-)
    Final grandiose, en effet !!!

  11. FAB dit :

    salut didier
    je n »avais pas vu prince depuit 10 ans,et la deux d’affile,j’ai etais gaté
    et en plus ,j’ai atrapé une des baguettes qui on etais envoyé
    longue vie a toi
    fab

  12. Didier dit :

    Hello Laurence !

    C’est vrai qu’on a été gatés ! Comme au bon vieux temps où il venait chaque année en France (et que je n’allais pas le voir…)
    Longue vie à toi aussi ;-)

Laisser une réponse