Découvrez mes passions au quotidien

Amy Amy Amy !

Lundi 25 juillet 2011

Je remonte cet article pour dire toute ma tristesse ! Tristesse de voir ce gâchis d’une si grande et belle artiste…Tristesse de voir comment on peut détruire sa vie…mais aussi colère que son entourage l’ait laissé à ce point filer vers la destruction ! Mes dernières lignes sonnaient un peu comme une prémonition et comme Janis, Jim, Jimmy et d’autres, le talent n’aura eu d’égal que cette auto destruction inexorable !!! Doit on y voir comme une malédiction, je ne suis pas loin de le penser même si d’autres artistes sont aussi marquants de leur époque et n’ont pas éprouvé le besoin ou l’envie de sombrer dans l’outrance. Cela reste un mystère pour moi…à croire que ces artistes maudits transcendent leur douleur dans un cri ou un geste aussi rapide que funeste ! Il faut alors en saisir la force instantanée et garder au plus profond de soi l’émotion ressentie. J’espère que quoi que nous devenions, elle a trouvé la paix…Andy Allo, la nouvelle « muse » de Prince et lui ont enregistré un petit hommage posté sur la page FB d’Andy…

[audio:love.mp3]

amy1 Le 4 mars 2008

Depuis que j’écris sur ce blog vous avez compris QUI ravit musicalement la moindre de mes journées ! C’est vrai, hormis les artistes soul ou funk dont je vous parle depuis peu (et qui ont disparu pour la majorité…) je parle peu de mes autres goûts musicaux, qui sont, c’est vrai, très restreints. Je pourrais vous parler de John Butler Trio, découvert il y a 4 ans (pas du tout le même style musical que Prince mais je kiffe…) ou (je sais, je vais peut être faire sourire…) de Mylène Farmer pour qui je voue une admiration secrète et sans bornes. Mais je garde ça pour mon jardin secret…Non, aujourd’hui je veux vous parler d’une artiste qui fait aujourd’hui la une des journaux tout autant pour son talent que pour ses frasques, Amy Winehouse. Je sais ça peut sembler opportuniste de parler d’elle parce que justement elle fait beaucoup parler d’elle dans un registre plutôt malheureux mais pas du tout ! Je ne connaissais pas du tout cette chanteuse il y a encore quelques mois. J’entendais parler d’elle, de sa voix, de son talent qui semble faire l’unanimité, mais j’avoue que je n’ai pas cherché à savoir, à écouter au moins ! Un jour j’ai vu sur forum bien connu ;-) un bout de vidéo qui la montrait lors d’une interview sur MTV, apprendre en direct que Prince aimerait chanter avec elle et sa réaction, toute de surprise et d’excitation mêlée, m’avait fait dire : Tiens ???

http://www.mtv.com/overdrive/?vid=148037

En gros elle dit : « Quoi !!! je ne savais pas ça, Prince va étudier la Bible, il veut devenir Curé ? » puis elle dit quand même : « J’espère que je pourrais faire ce show, je laisserais tout tomber pour ça ! Ca ne me fait pas dire « OOh je vais devenir dingue », non ça me donne l’envie de le faire demain et nuit après nuit ! Maintenant il faut cela se confirme ».
Lors de sa tournée londonienne, Prince l’a effectivement invitée à venir un soir chanter avec lui « Love is a losing game » qu’il a repris fréquemment pendant ces 21 concerts et afters. Rien que pour vous, la preuve sonore :

Et puis il y a eu cette soirée sur Canal + (non…pas un samedi soir, bande de p’tits cochon(ne)s…), une soirée animée par la délicieuse Emma de Caunes, une musicale où j’ai eu la joie de voir également Ben Harper, mais où j’ai vu débarquer cette espèce de petit « scarabée choucrouté », qui tenait à peine dans ses vêtements, s’installer, telle un moineau parisien sous la pluie, devant son micro et…chanter. Que dis-je chanter…Amy Winehouse ne chante pas, elle vit devant nous et cette énergie qui sort de ce petit corps chétif, pour elle ça s’appelle chanter !
Back to Black

Rehab

You know I’m not good

Alors oui, certains ne l’aiment pas, la trouvent surestimée voire fabriquée, répètent à l’envi qu’elle est toujours défoncée, leur place n’est pas ici, pas la peine de venir en parler !!! Le petit quart d’heure passé ce soir là, j’ai eu la révélation de son talent. Dés le lendemain, j’ai téléchargé illégalement ses deux disques, achetés depuis rassurez-vous, et je le dis bien haut, cette femme est un cran au dessus de ce que vous pouvez connaître. Il y a des artistes comme ça, qui émergent un jour, qui sont évidents, indiscutables, ils ont nom Aretha, Otis, James, Edith…et Amy en fait partie. Je vais parler un peu d’elle, sans tirer sur l’ambulance, les médias en font suffisamment, c’est vrai que c’est plus facile d’encenser des chanteurs neurasthéniques et c’est tellement plus facile de chasser la détresse et la douleur !
amy2 C’est le 14 septembre 1983 qu’Amy Jade Winehouse a vu le jour, à Enfield en Grande Bretagne. Attirée très tôt par la musique, Amy se produit sur scène très jeune et à 13 ans elle reçoit sa première guitare, ce qui la conduit à écrire ses premières chansons. Renvoyée de son école de Théâtre pour sa conduite (déjà), elle intègre la BRIT School for Performing Arts & Technology. Parallèlement à ses études, elle travaille comme journaliste people (!). Son petit ami de l’époque Tyler James envoie une démo à une maison de disques, ce qui lui permet de signer, à 16 ans, un contrat avec Island/Universal. Le 20 octobre 2003, à tout juste 20 ans, Amy sort son premier album « Frank ». Hormis deux reprises, l’ensemble du disque est co-signé Amy. C’est le carton en Angleterre ! Les récompenses pleuvent et l’œuvre est saluée par la critique. Comme j’ai été scotché par la qualité de l’album « Back to Black », j’ai trouvé « Frank » un peu en dessous, mais tout juste car si vous l’écoutez ne serait-ce qu’une fois, vous ne pourrez plus vous en passer ! Au passage ça veut dire que vous devrez écouter les deux parce que l’autre je vous dis pas…Néanmoins, Amy aura plus d’une fois l’occasion de dire qu’elle ne peut plus écouter ce disque car elle n’a pas pu le faire comme elle le souhaitait. Elle chante les titres en live mais ne peut plus écouter les versions studio. Même si elle en est fière, ce n’est pas réellement SON album semble t-il. Marrant car ça rejoint le credo de quelqu’un que nous connaissons bien…J’ai, bien sûr, des titres qui me touchent plus que d’autres, comme « You sent me flying » et ses envolées vocales, « There is no greater love » et son ambiance cabaret/jazz, « Help yourself » et son côté Cotton Club, le triptyque « Amy Amy Amy » et surtout MON titre, celui qui me fout la chair de poule « In my bed » ! Y’a pas d’explications, c’est comme ça, tout ne s’explique pas ! L’album s’est aujourd’hui écoulé à près d’un million d’exemplaires et Amy a remporté un Grammy Award en 2004 pour le titre « Stronger than me ».

amy3 Courant 2005, Amy rencontre Mark Ronson. C’est un producteur de musique d’origine anglaise , artiste et co-fondateur de Allido Records . En 2006 , il publie son premier album « Here comes the fuzz » . En 2007 , il publie son deuxième album « Version » . Forte de cette rencontre, Amy accouche de son futur album « Back to Black » en octobre 2006. C’est un succès immédiat aussi bien en Grande Bretagne qu’aux Etats Unis ! Impossible de résister à ces sonorités des années 50, à cette voix devenue plus rocailleuse, plus vieille ! (Amy n’a que 23 ans et pourtant…) et à ces mélodies retenues dés la première écoute. L’album est excellent de bout en bout, difficile de choisir un titre qui émergerait au dessus des autres…bon si…quand même…le morceau-titre est un pur bonheur de douleur exacerbée ! J’aime aussi « Just friends » et le groove de « Tears dry on their own ». Je ne vais pas faire l’étalage des classements de singles, ni celui des récompenses obtenues. Sachez seulement que l’album approche les 4 millions d’unités vendues, qu’il a été salué dans de nombreux pays et qu’il a été récompensé lors de nombreuses cérémonies (5 Grammy Awards…) ! Nombre d’artistes ont émis le vœu de travailler avec elle, au rang desquels, hormis Prince, on retrouve Pete Doherty, Georges Michael, Missy Elliott, Timbaland ou encore Damian Marley. Aux dernières nouvelles, elle travaillait à son futur album, mais sa vie personnelle étant très perturbée, on imagine qu’elle souhaite se reconstruire même si cela va certainement lui prendre du temps. On a dit qu’à l’instar de Kurt Cobain, elle avait les gènes du suicide et que son attitude était une entreprise d’autodestruction. J’ose espérer que ça n’est qu’une déclaration de plus parmi tout ce qu’on peut entendre sur elle et qu’elle n’aura pas le destin d’une Janis Joplin…

20ten Tour 2nd part

Jeudi 4 novembre 2010

19/10/2010

C’est reparti…

Voilà pourquoi je reste fan de cet homme ! Ressortir un titre vieux de près de 20 ans et le sublimer pour marquer un démarrage de show qui d’après les premières informations a été grandiose ! Un peu comme il avait démarré à Montreux…Savourez (le démarrage est long, ne vous inquiétez pas) mais vite…voire très vite…avant que la vidéo ne disparaisse !!! Trop tard c’est fait…mais je laisse quand même le lien ! Bergen 18/10/2010…nouvelle vidéo…prions qu’elle reste un peu plus longtemps…

23/10/2010

prince20102010Copenhague…comme vous avez de la chance ! A voir la set list des titres, j’aurais voulu être danois (comme j’aurais voulu être Berlinois en juillet d’ailleurs…) Pourquoi il a pas fait ça à Arras ??? Bon on se console déjà avec des sons (The Bird et Jungle Love à Berlin…mazette !!) donc je suppose que ça viendra en son temps. Il y a eu un after de folie paraît il avec peu de titre mais allongés à l’extrême, un « Dreamer des familles » et surtout un « Sticky like glue » à tomber par terre !!! Faut dire qu’il a l’air en forme le bougre ! Costard croisé à l’ancienne (qui a dit que le costard croisé c’est pour les vieux monsieurs un peu bedonnants ???) et petits gants pour protéger ses doigts des morsures nordiques ! Faut dire que ça caille, fallait gratter les pare brises ce matin !! En plus je rêve pas !!! Prince courre !!! C’est pas tellement le fait qu’il courre en costard croisé qui me sidère, c’est qu’il courre…tout court !! Aurait-il pris des cours ??? Dans la cour de son hôtel ;-)   Bon c’est pas bientôt fini tes conneries Didier…

Bon allez une petite vidéo de « Peach » pour quelque temps…en espérant qu’elle seront pas virées trop vite !!! Quand je vous dis qu’il a la pêche ! (Par contre, il a ressorti son pyjama de soie…) et hop…déjà virée !!! mais bien vite un autre se pointe…allez monsieur le sheriff…laisse là un peu vivre que diable…Copenhague 20/10/2010.

24/10/2010

Bein ça continue…set list classique mais avec suffisamment de bonnes surprises pour que ce soit chaque fois un concert différent ! Et de toute façon quand on voit ce qui suit, il faut toujours se dire qu’il faut voir Prince au moins une fois dans sa vie !!! Herning 22/10/2010

04/11/2010

En attendant Anvers et Arnhem où je n’irais faute de temps, d’argent et travail oblige, Monsieur Prince fait une escapade italienne de deux jours à Rome et à Milan! Set list classique mais y’a quand même « Shhh » et « If I was ur girlfriend » que j’aurais bien aimé entendre à Arras mais ça viendra, je suis patient !!! Allez…savourez…Rome 02/11/2010

04/11/2010

Milan 03/11/2010 Concert trés funky parait-il !! Bon, on peut pas être partout ! le problème aujourd’hui c’est qu’on récupère photos, sons et vidéos à une vitesse intersidérale et ça fait baver ! Avant, fallait attendre des mois voire des années pour voir quelque chose. Signe des Temps !!!

Prince à Montreux : VENI…VIDI…VICI !!!

Lundi 20 juillet 2009

2009-07-19t123146z_01_btre56i0yt800_rtroptp_2_entertainment-us-montreux-prince-dmn350

Premier Set

Second set

Ce sont les trois mots qui me viennent à l’esprit maintenant que la pression est retombée…sauf qu’un pronom personnel détone dans le dicton : JE suis venu…J‘ai vu…mais IL m’a vaincu ! Mais reprenons les choses telles qu’elles ont commencé…

Descendu la veille chez mon frère du côté de Montbéliard (Merci Patrice…Merci Florence…) j’étais frais et dispos samedi 18 juillet pour entamer mon périple, si minime soit-il, vers le Saint des Saints ! Conciliabules matinaux avec mon frère pour l’itinéraire évitant le péage annuel (des p’tits malins les suisses…), réglage de l’oncle Tom Tom et me voilà parti à 9 heures…sans carte d’identité !!!

« Quoi ??? t’as pas de carte d’identité ??? » me dit mon frère,

« ouh là tu sais qu’ils peuvent t’empêcher de rentrer !!! »

« M’en fous, quitte à passer par les alpages, je rentrerais en Suisse ! ».

Mais la pluie battante qui s’abat sur le canton de Vaud réfrène les ardeurs toutes relatives des douaniers suisses qui me font signe de passer allègrement et je leur adresse mon sourire le plus angélique…Tout ça pour arriver vers midi trente à Montreux ! Découverte du paysage…le lac Leman…les montagnes…les vignobles…le fric…et miracle, il arrête presque de pleuvoir. Première difficulté : trouver à se garer ! Mon choix se portera sur « Le Parking de la Gare » (j’y reviendrais :-) …) Je sors du parking, avec mon pépin quand même, et me dirige vers l’Auditorium Stravinski que je viens de dépasser quelques minutes auparavant. Je téléphone à Alice de Nice

« T’es où ? »,

« A Aoste ! »,

« Comment ça à Aoste…t’es pas à Montreux ? »,

« Bein non quelle idée…j’arrive aujourd’hui ! »,

« Ah… ! je croyais ! »

Bref !!!

Je passe devant le lieu des futurs forfaits où une gigantesque affiche annonce la venue du Prince et me dirige derrière l’Auditorium car j’entends de la musique et parce que je sens l’odeur du kebab !!! En effet, j’ai faim !!! et comme je sais que ce soir je n’arriverais pas à manger (dans ces cas là mon estomac est réfractaire…) je suis les stands à l’odeur…afin d’en repérer un qui satisfasse mon palais délicat ! Je jette mon dévolu sur une marchande de hamburgers (pas sur la marchande…) et lui soutire deux énormes « classics » que j’aurais le plus grand mal à dévorer ! Essayez de manger deux hamburgers en tenant un parapluie et en écoutant un groupe de jeunes jazzmen ma foi forts sympathiques et très entraînants !! Il est 15 heures…je passe par le Tropical où il n’y a déjà plus personne, je file donc vers l’Auditorium en me disant « je vais aller faire la queue avec les autres » ! Mais j’oublie…j’ai dit à Alice, son mari Stéphane et à Stéphanie que je les attendais devant la salle !!! Qu’à cela ne tienne, je ne ferais pas faux bond à mes amis et je me mets à poireauter…

« You sell tickets…You search tickets ! » Non, ce n’est pas le nom d’un nouveau titre princier ou le cri de guerre du schkopiteux en rut, mais pendant une heure, cette phrase va rythmer mon attente. En effet, des petits malins jouant d’abord les ingénus « cherchant », soit disant, des tickets, dévoilent bien vite leurs vrais visages de camelots à la manque cherchant à se faire du fric sur le pèlerin un peu niais qui va se laisser tenter. Je dois dire que dans leur genre ils sont pas mal et ils cherchent absolument à me racheter les miens ! « C’est ça, tu sais l’effet que ça fait un parapluie ouvert dans le c… ». Dans ces cas là, faut pas le chercher le corbac, ou il rejoue les oiseaux d’Hitchcock !!! Ils en seront pour leurs frais à brader des tickets en fin de soirée…

Le premier visage connu et toujours sympathique est celui de Laurent « Calhoun » avec qui je bavarde quelques minutes, puis je repère Chak qui, lui, doit me repérer à mon joli tee-shirt estampillé « princepassion » ;-) Arrive LaRouge, toujours aussi détachée, relax et M!les dont je fais la connaissance et avec qui je discute un bout de temps…et toujours pas de Niçoise…encore à se maquiller certainement…

Je croise d’autres schkopiteux mais je ne connais pas tout l’monde…je reconnais quand même Vincent2Paris ;-) qui, comme d’hab, n’est jamais à une boutade près, accompagné de Nicolas…l’autre Nicolas…celui que je confondais avec l’autre Nicolas…Bref ! Heureusement que je rencontre V2P d’ailleurs car il m’informe d’un scoop : le tir du feu d’artifice de 22 h 30 sur le lac avec éclatade de lovesymbol dans les cieux alpins ;-)…Tout ce petit monde est cool…ne semble pas fébrile mais je m’y connais en nature humaine, je sais que chacun a une petite boulette dans le ventre qui commence à naître car l’heure approche. Bon ! Alice ! t’es où ??? « J’arrive…je prends le bus ?!? » Ma niçoise débarque enfin (oui…c’est MA niçoise..) et on ne perd pas de temps pour aller grossir la file qui doucement se crée derrière les barrières ! Tu fais quoi de ton pépin ??? Ah oui c’est vrai…direction le vestiaire où on rigole bien car le mec plutôt que de me donner un ticket de consigne me rend mon parapluie !!! Passage des portiques…vérification des tickets…fouille…attente…ouverture des portes…course intelligente vers le coin gauche de la scène et waiting…il est 18 h 00…!1st Set

Après avoir enduré plus d’une heure de fado (j’en peux plus…), les facéties des éclairagistes, les lumières se baissent enfin et la voix, décidément un peu nasillarde par instants, s’élève et présente un trio que l’on connaît déjà mais qu’on fait mine de découvrir…John BLACKWELL à la batterie…Rhonda SMITH à la basse…Renato NETO aux claviers et synthés…et My name is…prince2m

Commencent alors à planer quelques notes orientalisantes avant les premières mesures de « When Eye lay my hands on U » ! Je SAIS, à cet instant, que je vais vivre une grande soirée. Le quatuor tisse une toile sonore qui va emprisonner les 3 500 insectes insignifiants installés dans la salle. Prince semble en grande forme, plus beau que jamais, coupe façon NewPowerSoul, costard rouge, guitare déjà chauffée à blanc, il fait de ce titre, obscure balade héritée de l’époque NPGMusic Club, une bulle de sensualité violente qu’il laisse finalement éclater sur les premières notes de « Little Red Corvette » ! Je ne l’ai jamais entendu jouer ce titre de cette manière, avec cette espèce de gravité qui donne le frisson, celui que je ressens depuis le démarrage du set, celui qui démarre à la base du cou et qui se propage au reste de votre corps pour finir par embuer les yeux…et ses « slow down » sur fond de clapclap m’achèvent…

Il embraye sur « Somewhere here on Earth » ! C’était déjà un de mes titres préférés de Planet Earth et là, sa voix semble encore plus limpide même si je prise peu ses trémolos. Renato est fidèle à lui-même et le duel entre les deux hommes sera continuel…il y a certainement une grande complicité entre ces deux là et beaucoup de respect, un peu comme avec Leeds et Sheila…mais cette voix…cette voix ! La première « giflette » personnelle arrive avec « When the lights go down »…c’est pas possible…je ne peux y croire ! Un titre d’un disque oublié de la majorité des fans…je zieute Alice qui, comme moi, ne semble pas en revenir de ce qu’il aligne…la guitare s’échevèle en solos santaniens…j’aimerais que « Maîtresse Rhonda » joue avec moi comme elle joue avec sa basse et John, pour une fois, cogne ses fûts avec une délicatesse inusitée…Renato lui nous entraîne vers un « Willing & Able » qui va permettre au Kid de jouer un peu avec nous au « tennis vocal » entre le côté cour et le côté jardin ! Et là…je n’en crois pas mes oreilles de romantique invétéré…peut pas me faire ça…cet album tant décrié et pour moi si important car il y a tant de titres où sa voix est si belle…« I love U but I don’t trust U anymore » emmène Montreux sur un nuage avec peut être l’intention de l’y laisser…mais NON ! Le ceprin ne veut pas d’une cohorte de marchands de sable et se charge de nous faire redescendre vite fait bien fait et de quelle manière. Il attaque un « Spoke to me » (j’y crois plus à cette set-list…je suis en train de me liquéfier sur place) qui donne des rougeurs à mon autre joue. Renato est virevoltant, Prince lui répond par banderilles scintillantes et le public assiste, médusé, à l’empoignade, aux impros jazzy !!! Aaaaaaaaah le mot est lâché !!! Prince a-t-il fait du jazz ? On s’en tape ! Il y a belle lurette que le Festival de Montreux n’est plus 100 % jazz ! Une preuve ??? Programmation 2009, entre autres bien sûr ;-) : Steely Dan, Lily ALLEN, Alice COOPER, Wycleef Jean, Third world, Ray PARKER, Status Quo, Kool & the Gang, etc…etc… allez fermons la parenthèse ! Revenons à cet échange musical entre deux artistes surdoués soudain relayé par les entrechats manuels du cogneur de service ! Ah ! Enfin un titre de Lotusflow3r, « Love like jazz »  malheureusement pas celui que j’attendais mais bon, ça permet de se calmer un peu après ce qui vient de se passer et c’est ma foi fort agréable. Prince se lâche un peu à la gratte et embraye sur une reprise d’un titre de sa brunette « All this love » et comme d’hab il réussit à faire d’un titre moyen écrit pour sa dulcinée ( ?) une merveille de groove qui lui permet de nous faire participer…mais, également, de me faire passer l’envie d’être le jouet de Rhonda…

Je ne sais pas encore que la tuerie de la soirée va arriver car il nous dit Bonne nuit ! Aaaargh !! Non !!! Mais non…il revient et entonne « Empty room »…alors…j’avais un peu de mal au début avec ce titre…le trouvant un peu trop « larmoyant » puis à force d’écoutes, j’ai découvert la puissance de ce morceau et les potentialités d’en faire…presque un hymne ! Le 18 juillet 2009…il est quoi…20 h 15…et les cieux s’ouvrent pour laisser monter cette ode à la musique…le solo en devient distordu tout de rage dévoilée, presque faux par instants et nous sommes tous abasourdis. Je ne regarde pas Alice, ni Stéphanie car j’ai trop peur de craquer. Et comme seul Prince en est capable…après ce diamant brut taillé sous nos yeux, il nous balance la daube à 2 balles écrite pour sa mucho caliente…« Elixer » ce qui permet à Alice de me sortir une vanne ma foi, de bon aloi… « He licks her »…sacrée Alice !prince6

Bon faut bien qu’il se repose aussi ! Passons vite. La suite remonte bien vite le niveau « In a large room with no lights » car même si le titre ne me transporte pas, les trois dernières minutes sont à couper le souffle !!! On le croit à nouveau parti…un peu déçu par la durée si courte mais tellement ébloui par la densité de cette heure passée, mais non, il lui reste le carré à abattre, comme au poker, et quel carré, le carré du séducteur, le carré du « Who wants to B in my bed tonight ?», et les nommés sont « Insatiable », « Scandalous », « The beautiful ones » et « Nothing compares to U » ! Que dire ? pas de perf musicale mais LA perf vocale de la soirée ! Et moi…désolé mais Scandalous y m’retourne toujours…pas la peine de nous dicter Prince…et la voix a presque toujours 20 ans…les dernières minutes sont proprement magiques et il s’en va…

Passé cette mandale sonore, je me dis : « Ouh Ouh…t’as un deuxième ticket !!! Tends l’autre joue mon gaillard !!!» On sort tranquillement en se demandant comment tout ça va être géré, entre les 1st set, les two sets, les 2nd set…je croise Raphy qui est retombé en enfance et me saute au cou…ça va je suis pas le seul à avoir apprécié le concert ! La gestion va être…disons le…catastrophique…mais bon, je dirais que ça me passe au dessus de la tête ! Dans le no man’s land où on nous a parqués avec Stéphanie, je retrouve Vincent et plein d’autres, Flokhan, Jonathan, Reflection (le ch’ti exilé…) et d’autres (pardonnez mon manque de mémoire, la prochaine fois je prendrais des notes…) Tous sont sur le cul et ont une seule hantise je crois…un second set identique ! Après nombre d’allées et venues avec Stéphanie car nous avons perdu Alice et Stéphane, nous finissons par nous retrouver tous les quatre assis par terre dans l’auditorium à essayer de digérer ce que l’on vient de vivre et à extrapoler sur la suite. Je retrouve LaRouge qui m’avoue avoir été scotchée par ce premier concert ! Le carnet à spirales est déjà chaud bouillant et quand on voit ce que ça donne : RESPECT ! Je salue également Olivier (TB1) et Alice essaie de retrouver Christophe, que j’avais croisé à Nice et que j’ai vu aussi dans l’après midi avec David, un autre « fanmeetingueur » niçois ! Il n’a pas fait le premier concert le bougre et se prépare, sans le savoir, à une gifle monumentale ! On est moins bien placés qu’au premier concert mais on se rabattra sur les bigscreen et le kiff va être monumental, mais on ne le sait pas encore !!! Stéphanie…réveille toi…ah, tu dors pas ;-)…Il est minuit Docteur Prince !!! 2nd Set

Timing quasi respecté cette fois et à nouveau présentation des musiciens avec quelques variantes dans la formulation…gage d’un autre show ?? Aïe…les premières mesure de « When Eye lay my hands on U » résonnent à nouveau dans l’auditorium Stravinski et je lance une moue dubitative à Alice qui doit penser la même chose que moi : « C’est mal barré ! »…Les cris de joie des nouveaux spectateurs se mêlent aux quelques sifflets de ceux qui se disent qu’il va faire le même show ! La version est un peu plus longue, un peu plus électrique et pêchue, un peu plus âpre aussi…le signe d’une suite qui va nous changer ?? fin de titre…j’attends les premières mesures de Little…et ô surprise il balance…euh…bein un truc que je connais pas !!! Je sais aujourd’hui qu’il s’agit de « Stratus » de Billy Cobham, ex batteur de Miles Davis et du Mahavishnu Orchestra qui a bercé mes premiers mois de service militaire ! Je connais pas mais ça déménage sévère, Morris Hayes s’est déjà réinstallé et là, je sais qu’on part pour autre chose. L’auditorium aussi qui retient son souffle sur le solo purement stratosphérique que le sieur dispense, Renato prend le relais pour un passage psychédélique avant que Blackwell ne fasse à nouveau montre de toute sa maestria, je le suis sur l’écran géant, ce mec est un monstre ! et le riff repart de plus belle avec un Prince qui nous interpelle pour des « Oh Oh » prémisses d’un « All shook up » qui doit donner des « suaires » froides au vieil Elvis, les solis se succèdent à vitesse grand V et Montreux arrive à la rescousse ! La suite me crucifie sur place car les accords distordus qui arrivent balance le titre qui me rappelle que longtemps je n’ai écouté que du rock…avant de le connaître quoi ! « Peach » A ce moment là du concert, je me dis il peut reprendre le premier…m’en fous…j’ai mon compte ! Et il demande si on aime…pfff ! Sacré Prince ! Nos cris de rameur biélorusse le rassurent je crois car la version s’éternise ;-) Le public ne s’y trompe pas d’ailleurs et laisse éclater son kiff !

prince7La suite est un pur bonheur…que dis-je…retire ces mots tout de suite Didier…la suite est un shoot d’adrénaline pure à 100 % et pas coupée…trois minutes interstellaires qui ont du me mettre la bave aux lèvres et surtout me font devenir mauvais lorsque je lis « quelque part » des inepties aussi profondes que « ces concerts c’est du foutage de gueule »…c’est surtout qu’il y a des claques dans la gueule qui se perdent car à ce stade de débilité profonde c’est tout ce que ça mérite (ouah ça fait du bien…) « Spanish Castle Magic » car il s’agit de ce titre (Jimi Hendrix bien sûr…) renvoie tous les dubitatifs du génie princier à leurs chères études et les assidus du comparatif avec le Roi de la Pop à leurs chères études…aussi ! Le solo est meurtrier…assassin…Prince est habité par le fantôme de Jimi…possédé l’espace de deux minutes…et il nous laisse groggy !!! et le rock règne en maître ce soir car la suite n’est autre que « When you were mine » dans une version très guillerette qui permet à chacun de retrouver la banane après le coup de batte qu’on vient de prendre ! A ce stade là, personnellement j’ai oublié depuis longtemps le fric dépensé…les kilomètres depuis le pays ch’timi…le coup de fatigue qui va venir après certainement et surtout j’essaie d’oublier le manque qui va indubitablement s’installer quand tout CA va être terminé !!! Il le sait peut être car il reprend alors une partie de la première set-list…histoire de nous calmer ou comme m’a dit Alice, pour monter un beau DVD ;-) Vont suivre « Little Red Corvette », « Somewhere here on Earth », « Spoke to me », « I love U but I don’t trust U anymore » et « Love like jazz » dans des versions relativement similaires, les techniciens en musicologie y verront certes des différences, mais je ne suis pas musicologue, je ne suis qu’un homme ;-) Quelques minutes plus tard, je vais me demander si j’en suis encore un par contre…les premières notes sont reconnaissables entre des milliers, il l’a tellement joué celle là, normal vu le titre, chaque ville y a droit « All the critics love U in…Montreux » ce que je ne sais pas (encore) c’est qu’il va la mixer avec des nuages de « Housequake » et qu’au fil des secondes, cette perf va s’installer comme un must qui risque d’être resservi dans nombre de débats…je suis halluciné…incapable de jumper…si…mon estomac jumpe lui…je sens les regards de mes amis mais ils doivent se dire que je ressemble à un échappé de Saint Anne gavé d’anxiolytiques et me laissent planer !!! et ça dure…ça dure…ça n’en finit plus tellement c’est bon…je tape des mains comme un zombie et lui chante ses solos comme s’il était 20 heures et qu’il démarrait son set…dix minutes de folie pure…dix minutes d’orgasme musical…Stravinski a écrit L’Oiseau de Feu et Prince lui écrit son nom en lettres de feu dans cet auditorium entièrement dévasté par ce qu’il vient de vivre !!!

Comment le laisser partir après ça ??? Heureusement les nouveaux disciples de Raël ;-) se chargent de le rappeler à nous à coup de « Ahoum » (c’est nouveau ça…) et effectivement il revient nous balancer à nouveau le titre offert quelques jours auparavant sur le site officiel du Festival « In a large room with no lights » avec toujours son final sous acide qui me ravit et là surprise, Prince qui avait déserté la scène, revient s’installe dans un coin…au pied des enceintes et nous balance un solo habité au possible…ce mec est vraiment unique ! Ca fait l’ombre d’aucun doute !! Le public est littéralement hypnotisé avec Renato en plus qui part en vrille…huit minutes de magie cette fois !!!

Fallait il le faire ? Sujet de philo pour le bac 2010 J Bein ouais…il le fallait…impossible de ne pas la faire…entendue des centaines de fois mais chaque fois différente…ça finit par relever du surnaturel « Purple Rain » l’hymne de milliers de fans et des autres…le commun des mortels qui me chante Purple Rain quand je leur parle de Prince (en général ça suit ou ça précède Kiss…) ! Cette fois ci la version est classique mais empreinte d’une espèce de solennité qui lui rend un peu la puissance de la version du film…cette presque dernière demi-heure est gravée dans ma chair à jamais car elle représente à elle seule l’essence de ce que cet homme m’apporte…le groove…la magie…et l’amour !prince8

Il faut partir !! La sortie sera lente car on est tous fatigués…il est tard et certains commencent déjà à parler d’after au Jazz Café ! Stéphanie retrouve son sac et son chauffeur, bisous bisous, ravi de t’avoir retrouvée pour ces moments magiques, Stéphane part chercher la batmobile d’Alice avec qui je dévore un paquet de biscuits en attendant ! En parlant de biscuits…j’ai ramené quelques friandises du Nord à Alice car on lui a volé mon dernier envoi (oui…je tiens à ce que tout l’monde sache…) et je décide donc de les emmener à ma voiture pour leur donner. Le problème c’est que j’ai oublié où est le parking !!! C’est ce qu’on appelle un truc « à la Didier »…en même temps ça met du piment car avec moi y’a toujours un souvenir qui met la banane…après coup…parce que ce soir là, mes amis sont morts de fatigue et je pense qu’ils apprécient moyen le coup que je leur fais ! J’ai oublié de dire qu’on est allé au Jazz Café…trop de monde…pas sûrs que Prince vienne…trop de babaches bouré(e)s…donc on a décidé de repartir. Je dis à Stéphane : « Facile on va refaire le parcours que j’ai fait ce matin et on va retrouver mon parking ! » Et effectivement, on va le retrouver et je me rends compte qu’il est situé sur une rue parallèle à la rue principale…

Voilà pour l’anecdote…je deale ma cargaison à ma niçoise…smac…smac…et me voilà reparti…il est 4 heures du matin et j’ai trois heures de route jusque chez mon frère. Alice aura beau m’appeler pour me dire que Prince est finalement au Jazz Café, il est trop tard et je reprends la route ! En fin de compte il a pas joué !!!

A 5 heures 30, je me fais contrôler par la Polizeï !

« Bonsoir Monsieur, coupez votre moteur, Papiers du véhicule ! »

J’obtempère !

« Vous revenez d’où comme ça ? »

« De Montreux…du Festival ! »

« Ah…z’êtes allé voir Prince ! » (j’en crois pas mes oreilles…)

« Oui ! »

« C’était bien ? »

« Très…inoubliable ! »

« Avez-vous consommé de l’alcool ? »

« Non ! »

« Des produits stupéfiants ? »

« Encore moins…juste du coca ! » (j’aurais bien dit PRINCE mais il l’aurait peut être mal pris…)

« Attention…le coca ça excite ! »

« Justement c’est pour éviter de m’endormir ! »

« Bon allez…soyez prudents Monsieur…il est tard ! »

« Merci…au revoir ! »

Sympas ces flics suisses ! Mais il a raison…je fais les derniers kilomètres au radar…le pied devient lourd sur la pédale mais il faut croire que j’ai une bonne étoile et à 7 h un quart, après quelques mots avec Pat et Flo, je m’écroule dans mon lit d’où je n’émergerais qu’à 14 heures. Et retour din ch’Nord en fin d’après-midi !

La rumeur courrait d’un possible Olympia et il semble que les négociations se poursuivent…une chose est sûre…si ça se fait j’y retourne et cette fois, quitte à faire le pied de grue toute la journée devant les portes, JE SERAIS AU PIED DE LA SCENE !!!

PS : les liens des shows orientent vers des fichiers « bruts »…je pense que dans les jours à venir nous aurons des choses beaucoup plus abouties ;-)

Re PS : Je salue ici publiquement « Lex » du forum schkopi à qui j’ai « piqué » ces magnifiques photos pour illustrer mon propos. Thanks Man !!

Keziah et la caravane…

Vendredi 26 juin 2009

tiquits

Non ce n’est pas le titre d’un conte de Grimm ou d’une fable de La Fontaine mais le résumé un peu rapide de ma soirée du 19 juin !

Certains de mes lecteurs me connaissent un peu plus que d’autres et savent que je me plains régulièrement de la « relative » disette musicale de l’endroit où je vis ! So…quand j’ai appris que Keziah JONES venait à Maubeuge…je ne pouvais faire l’impasse sur une visite au « Monsieur »…pour moins de 25 euros franchement difficile de faire la fine bouche…surtout quand je vois les prix de certains…

En « vedette américaine », un groupe que je ne connais pas « CARAVAN PALACE » ! Arrivé dans la salle, j’aperçois une décoration scénique assez improbable où côtoient ombrelles 19ème…vieux phonogrammes…poste à galène visiblement transformés en instruments électroniqu ! Peu à peu, les musiciens entrent, s’installent et le mélange se poursuit…clarinette…violon…guitare…contrebasse…je m’attends au pire et O surprise, le groove s’érige en LOI pour la soirée !!! Durant les trois premiers titres délivrés par le groupe, je comprends que j’ai affaire à quelque chose de « neuf » ! Difficile de qualifier ce que j’entends, seule surnage une sensation, celle d’une énergie folle…il y a du manouche (Reinhardt…), du jazz (Grapelli…), du funk (Clinton….), de l’electro (Daft Punk) ! Bref…allez mélanger tout ça et lui donner un nom ??? Le meilleur moyen c’est d’écouter un extrait…caravan1

[audio:06-suzy.mp3]

Le public tressaute sur les accents martelés par…mais où est le batteur ??? Ah y’en a pas, par contre y’a un bidouilleur de sons qui se pose là…ça cogne…ça bat et ma foi…ça me plaît…mais la suite…!!! Arrive sur scène la chanteuse du groupe…une vraie femme (Zoé qu’elle s’appelle…) je veux dire une femme, comme je les aime…je veux dire une belle brune ténébreuse bien roulée…je veux dire « pas une conne héritière avec un pois chiche en guise de cerveau » !!! Excusez moi pour ces digressions juvéniles mais tous les mecs présents ont flashé comme moi ! Et elle chante en plus…

caravan2Le reste du set fut du même tonneau…la demoiselle a troqué sa jolie robe noire pour un duo short/résille du plus bel effet et le funk manouche a repris de plus belle ! Pour un peu on se voyait autour d’une roulotte…près d’un feu de camp…sauf que le galurin remplace les coupe afro…les godillots, les platform boots…et le ciel étoilé, les boules à facettes ! Ca déménage grave sur scène…une véritable musique de pois sauteur ! Après un peu plus d’une heure de show endiablé, le groupe doit céder la place à Monsieur Keziah !

Allez faire un tour sur leur page http://www.myspace.com/caravanpalace

et procurez-vous d’urgence leur album et si vous le pouvez allez les voir sur scène (sur leur page y’a toutes les dates…), vous ne le regretterez pas !!! Foi de moi ! Leur album tourne en boucle depuis…

keziahjonesEt Keziah parut ! Alors…si les mecs avaient flashé sur la « Jolie coquine », les filles, elles, ont craqué sur les tablettes de la bête façon « Nigerian wood » !!! Le bougre est affûté je peux vous le dire et il a foutu l’bourdon à tous les chasseurs de bourrelets…bref…il est 20 h 35 et l’heure et demie qui va s’écouler ne connaîtra aucun temps mort. Keziah va enchaîner les titres à vitesse grand V ! Pas qu’il soit pressé de partir mais j’ai l’impression qu’il ne conçoit la chose que comme ça…dans une énergie brute et unique ! Ca ne l’empêche pas de dialoguer avec le public…en français quelquefois car il le parle très bien…et il y a beaucoup de complicité ! J’ai oublié de dire que durant le ballet des roadies, j’ai joué les « Mongola » du Kakou…hop…hop…hop…hop…et me suis retrouvé au pied de la scène !  Tout de suite, sa façon de bouger sur scène me fait penser aux grands félins d’Afrique qui ont cette élégance naturelle…rien n’est surjoué…il EST comme ça !! D’ailleurs il nous montre comment on marche à Lagos !!!

Par instants, je m’échappe de ce que je vis et je le regarde jouer…ils ne sont que trois sur scène, guitare, basse, batterie et je suis sidéré des sons qu’il arrive à sortir de guitare maigrelette. En plus, il joue avec une technique bien à lui, toute en slap…en pick…en « j’sais pas quoi », il nous fait même un titre en se servant de sa guitare comme d’une percussion ! Plus tard il empoigne une basse et au travers d’un duel avec son bassiste, il nous démontre qu’il se débrouille aussi bien à la basse…en même temps vu sa façon de jouer…mais quand même…balèse le mec ! Et ce duel a lieu sur « Pass the joint » !!! Inoubliable !!!

keziahjones-2La reprise d’ « All along the watchtower » est sidérante et quand les premières mesures de « Rythm is love » démarrent, le délire, forcément, s’empare de la salle, même si la version est honnête sans être transcendante ! Je kiffe beaucoup plus la reprise du « War » de Bob MARLEY ! Je l’ai dit, le set va être court mais intense, il nous salue et s’échappe de la scène tel un guépard trop pressé….pas de possibilité de rappel…car l’on nous « invite » à quitter la salle…vraiment ballots ces organisateurs…bref…z’ont oublié les us et coutumes à Maubeuge…

Vous allez me dire que ça n’a rien à voir avec Prince…ben non ;-)

Bon allez…Keziah le cite quand même dans ses influences…


Au jour le jour

1234567Suivante