Découvrez mes passions au quotidien

Anna Stesia

Lundi 25 septembre 2006

Anna Stesia

Quand j’ai écrit, il y a quelque temps, que cette chanson (sur l’album Lovesexy) était une « perle », je pense qu’elle mérite même un petit traitement particulier et c’est l’objet de ce nouvel article. C’est peu de dire que c’est une perle, c’est, je pense, le meilleur reflet du génie (reconnu) de Prince et de sa capacité, semble t-il si naturelle (mais l’est-elle vraiment), de composer des mélodies si simples, mais si évidentes, mais si magnifiques. Les quelques notes de piano égrenées dés l’intro vous dressent tout de suite le tableau. C’est vrai, elles semblent toutes bêtes ces notes, aussi basiques qu’Au clair de la lune, mais c’est précisément ce qui en fait la force. Le ton et les harmonies choisis mettent soudain en marche une rythmique envoûtante, mélange de basses, de synthés et de percussions, toute empreinte de mélancolie.
Là où beaucoup se perdent en conjectures, c’est à propos du texte qui est, au moins, aussi important que la musique. En effet, on ne parle pas suffisamment des textes que Prince écrit car on focalise trop souvent sur sa musique, j’en ai (suffisamment) parlé dans ma chronique de 3121. (C’est vrai aussi qu’à moins d’être un anglophone accompli on a du mal à suivre) J’ai donc traduit ce texte avec mes vieux souvenirs d’anglais, un bon dictionnaire et un soupçon d’interprétation, car je sentais bien que dans cette chanson, on n’était pas dans l’ambiance « Kiss » ou « Cream » mais dans quelque chose de plus personnel.
La muse de LOVESEXY c’est, d’après la majorité des informations recueillies, une artiste « protéiforme » répondant au nom d’Ingrid CHAVEZ. Elle est poète, musicienne, chanteuse et photographe (www.ingridchavez.com) Je ne sais pas si elle a inspiré Anna Stesia à Prince, en tous cas elle est qualifiée de « Spirit Child » sur le disque. C’est vrai que l’oeuvre globale est assez orientée vers un affrontement entre le bien et le mal, affrontement qui trouve un écho dans chaque texte.
Revenons à Anna Stesia. Certains ont cru y voir une allusion à la Princesse Anastasia Romanov, héritière du trône de Russie et massacrée avec toute sa famille au début du 20ème siècle. Sa dépouille n’ayant pas été retrouvée, une légende est née sur une éventuelle survie de la princesse, ce qui a donné lieu à diverses apparitions en France et en Angleterre de la soi-disant Anastasia. Pour ma part je ne pense pas qu’il y ait un lien avec le titre. Plus intéressant, le journaliste Adam Liebling dans le journal READ Magazine voit dans le personnage virtuel Anna Stesia la personnification de l’Amour et il fait un parallèle intéressant avec un poème de Charles BAUDELAIRE : « Hymne à la beauté » car il est vrai que les deux utilisent le même procédé à savoir une « prière » à la représentation d’un sentiment (chez Prince) et d’un concept (chez Baudelaire)
J’ai une vision un peu différente (et toute personnelle) des choses bien que proche de l’analyse de Liebling. « Anesthésie » en anglais se dit « Anaesthésia » ce qui phonétiquement se prononce pratiquement « Anastésia ». Je pense donc que Prince a voulu d’abord personnifier une sensation : « l’anesthésie » en en faisant un nom et un prénom « Anna Stesia » ! Je rejoins en cela plusieurs avis émis sur un célèbre forum…Vous allez me dire pourquoi anesthésie ? J’y arrive !
L’anesthésie c’est la privation de toute sensation. De nombreux poètes y voient également une certaine forme d’abandon à autrui ou à d’autres règles. En même temps, ils y voient un sentiment de félicité, voire de béatitude. Prince démarre son texte par deux questions pour le moins désabusées : « Avez vous déjà été si seul au point que vous vous sentiez seul au monde » et  » N’avez vous jamais eu envie de jouer avec quelqu’un, que vous auriez pris…n’importe qui (garçon ou fille) » . Suit le refrain :
« Anna Stesia, viens vers moi, parle moi, emmène moi, libère mon esprit, Dis moi ce que tu penses de moi, porte moi aux nues, rends moi fou, hors de cette dimension »
Prince traverse à cette époque (87/88) une crise « existentielle » qu’on pourrait qualifier plus simplement de syndrome dépressif. Après tout il n’est pas plus à l’abri que vous et moi de semblables épisodes. Sa carrière est pourtant au top, sa tournée « Sign O’ The Times » a été un succès phénoménal, mais je pense que la surenchère de travail qu’il fournit, un disque par an (et pas des moindres), plus tout ce qu’il crée pour les autres, les tournées marathon et peut être des déboires amoureux, l’ont certainement conduit au trop plein. D’aucuns prétendent que cette crise a donné naissance au Black Album qui serait censé représenter le côté négatif de son âme. Moi je pense que ces deux phrases toutes simples veulent dire beaucoup et dénotent de la détresse dans laquelle il est. « Anna Stesia », représentation virtuelle de l’abandon de soi viendrait alors le libérer, le transporter, le soustraire à sa dépression. Cette interprétation est renforcée par le fait qu’il utilise ensuite la dualité noir/blanc, nuit/jour, semblant penser provisoirement que le Noir est la solution. Il semble qu’il ait écrit ce titre fin 1987/début 1988, aurait-il eu à cette époque des idées suicidaires ? Cette dualité personnifie t-elle plus simplement l’affrontement du bien et du mal comme je l’évoquais précédemment ?
Je suis obligé de parler d’un autre évènement qui semble avoir été également déterminant : celui de la première et unique expérience avec la drogue qu’aurait connue Prince à cette époque. Il semblerait que cette expérience l’ait profondément perturbé (et détourné d’ailleurs) et qu’il ait eu une révélation sur le sens qu’il devait donner à sa vie. Il est vrai que la drogue « anesthésie » en quelque sorte les sensations même si, paraît-il, certaines les transcendent. Beaucoup d’artistes ne pouvaient (ne peuvent ?) créer que sous l’emprise de substances hallucinogènes, drogues ou alcool. Malgré tout, je reste persuadé que l’utilisation de drogues est-elle aussi une forme d’abandon. En fait, on abandonne ses sensations à « autre chose » et l’on n’est plus maître de la situation. Cette dépression supposée l’a t-elle conduit à expérimenter des « paradis artificiels » et cette expérience a t-elle eu l’effet inverse de celui escompté. Rien n’est moins sûr car la « drogue » de Prince serait plutôt le travail. Toujours est-il qu’il a peut être voulu transcrire cette « dérive passagère ». Ces deux hypothèses conduisent de toute façon à la même conclusion.
La suite de son texte évoque une rencontre dans une soirée (mortelle), où « la plus belle fille de la soirée » (ah…son ego revient ?) lui propose un bout de chemin « s’il apprend juste à sourire « . On rejoint là mon sentiment sur sa déprime. Revient alors le refrain qui prend, de ce fait, une autre dimension. En effet, l’Amour ne transporte t-il pas, ne libère t-il pas l’esprit, il peut rendre fou aussi. Il le dit alors :
« Peut être pourrais-je apprendre à aimer je veux dire de la bonne manière …de la seule manière Peut être pourrais-tu me montrer ? »
Je pense qu’il est conscient également, à cette époque, qu’il a un certain pouvoir sur la gent féminine, qu’il est toujours entouré de jolies femmes, qu’il joue de son pouvoir de séduction, mais qu’il est vraisemblablement assez « seul ». L’Amour doit être sincère et ne s’accommode pas avec les tableaux de chasse et les rencontres furtives. Je pense qu’il est tout bêtement en manque d’amour, mais d’un amour sincère et désintéressé. Il le dit, à mon sens, quand il dit : « Si j’étais plus proche de quelque chose, plus proche de ce que tu as de meilleur en toi…plus proche du ciel, plus proche de Dieu ». Certains ne trouvent jamais l’amour car ils sont très (trop…) exigeants ou idéalistes !
Et le texte bascule à nouveau car cette fois la spiritualité transpire du texte et pour la première fois il évoque sa foi (sa rencontre) dans un écrit. Plus tôt, il y a bien eu « The Ladder » qui évoquait à demi-mots la recherche d’un idéal et d’une plénitude que l’on pouvait trouver dans une croyance, et par la suite -et même si le titre est plus « ciblé »-, « The Cross » (la Croix) évoquera ouvertement le caractère salvateur de la foi en Dieu. Néanmoins, on reste dans une certaine notion généraliste (voire simpliste) du message divin. A part ces deux textes, Prince n’a jamais évoqué Dieu dans ses textes, il est plutôt orienté Amour et Romance, et surtout Sexe ! (avec tout de même quelques textes où il s’engage plus sur le terrain politique et sociétal).
Je ne suis pas croyant, ou pour être plus exact je ne le suis plus, l’avais-je été finalement ? Je crois que la foi, la « croyance », ne se trouve sur « commande ». C’est, je pense, quelque chose qui doit être ressenti au plus profond de soi et moi, je ne ressens rien. Il l’a, apparemment, découvert après cette expérience malheureuse avec la drogue et cette découverte aurait été une révélation et lui aurait inspiré l’album. Par delà ces supputations, Prince, à partir de là, continuera d’évoquer de plus en plus ouvertement sa foi, dans ses chansons, c’est donc bien qu’il a décidé qu’il devait en parler. La relation qu’il entretient, par contre, entre l’amour et le divin est plus…comment dire…sibylline (pas claire, si vous préférez). Il semble dire que c’est l’Amour qui rapproche de Dieu. Dans mes souvenirs de cathé, je sais que Dieu est Amour, mais on ne nous a pas appris l’inverse : l’Amour c’est Dieu ! Donc « faire l’amour » c’est se rapprocher de Dieu ! J’ai déjà lu ça quelque part, je ne sais plus où, cette notion qui voudrait que l’acte d’amour fasse toucher Dieu du doigt (si je puis me permettre, Dieu ?). A ce titre, ses dernières lignes, qui servent d’ailleurs de « gimmick » en fin de prestation live, sont assez évocatrices : « Dieu est Amour, Amour est Dieu, filles et garçons aiment Dieu au Ciel »
C’est habile en fait. Il conjuguerait ainsi ses deux préoccupations principales : le sexe et Dieu. Car il ne faut pas se méprendre, quand Prince parle d’amour c’est surtout dans ses composantes charnelles, je ne vous ferais pas le catalogue de ses textes mais pour les avoir lus, il ne fait pas dans la Comtesse de Ségur, lui c’est plutôt ménage à trois, pratiques buccales, et sexe échevelé. Il est même carrément macho dans certains textes et certaines attitudes, mais cela doit plaire à certaines.
Plus la chanson avance et plus le rapport au divin se précise, les dernières lignes étant carrément une « prière » pleine de ferveur et appelant un « sauvetage » : « Sauve moi Jésus, j’ai été un fou, comment ai-je pu oublier que tu es la Règle ? » Cette notion de règle traduit une certaine forme de soumission ce qui n’est pas innocent chez lui car il est connu pour être un « petit chef » et ne s’en laisse pas compter. On revient donc sur la notion d’abandon à une « règle », (à un dogme ?) et donc à l’anesthésie.
La suite tourne à la dévotion et relève véritablement d’une « déclaration »
« Tu es mon Dieu, je suis ton Enfant, Dorénavant je serai enthousiaste, Je serais rapide, je serais fort, Je raconterais ton histoire, peu importe la longueur , Nous sommes juste un jeu dans Ton schéma directeur , Maintenant, Seigneur, je comprends, L’Amour est Dieu, Dieu est Amour, Filles et garçons aiment Dieu au ciel »
Les termes sont forts, ils sont choisis, avec une notion de « parentalité » et ils sont également positifs à l’inverse du thème général de la musique qui est plutôt mélancolique. Là il parle de force, de rapidité, de « parole » qui va être apportée malgré la difficulté, on le sent « apôtre » plus que « fidèle », mais on sent également la soumission à une puissance supérieure. Bon c’est ce qui m’a toujours gêné dans la religion mais mon but n’est pas de réfuter ou soutenir, mais d’interpréter un texte avec mes sensations.
Sans être dans le secret des Dieux, il a du effectivement se passer quelque chose d’important dans sa vie à cette époque pour que cette révélation donne lieu à ce texte. C’est le premier véritablement « orienté » et par la suite, il y reviendra régulièrement, avec les évolutions que l’on connaît, mais celui là reste, parce qu’en live il a pris plus d’une fois une dimension certaine .

Je sais, ça fait beaucoup pour une seule chanson mais je pense qu’elle le mérite ! Ben voilà, j’espère avoir des commentaires, ça m’intéresse de savoir comment vous percevez cette chanson, croyant ou athée, elle ne laisse pas indifférent…

Compilations

Mardi 15 août 2006
le 5 novembre 2006
J’ai été « interpellé » pour une compile traitant du « sexe » chez Prince et je vous livre ici le fruit de ma réflexion, des écoutes et de la lecture des textes. Parler de sexe avec Prince est un euphémisme ! Si son tout premier disque ne parle que d’amour et de romance (il n’a que 18 ans), dés le second il amorce un virage à 180 degrés dans ses textes, et devient plus que sulfureux, les textes sont très explicites et d’ailleurs les paroles ne sont même pas imprimées sur les jaquettes, pas besoin d’étiquette « Explicits lyrics ». J’en veux pour preuve le titre « Head » qui traite sans ambages et très clairement de la fellation… Pendant 20 ans, Prince va traiter ce sujet régulièrement dans ses disques sans que cela soit obsessionnel non plus, vous verrez qu’il sait aussi écrire de très belles choses (une autre fois…), mais chaque fois qu’il parle de sexe, c’est très ouvertement, on sent le mec très « concerné ». Mais, après tout, y’a pas de mal à se faire du bien, et c’est bien une des rares choses « gratuites » qui fasse plaisir… !!! J’ai donc essayé de compiler les titres qui, selon moi, sont les plus représentatifs du traitement qu’il a réservé à ce sujet. Cela n’a pas été simple car compiler 12 titres sur la masse disponible…il y a donc des titres qui n’y sont pas mais je voulais aussi une certaine harmonie dans la musique et puis toujours ma petite histoire…(cette fois, j’ai respecté son style à lui, enfin j’ai essayé…) ! Il n’y pas de titres récents car Prince, avec le temps, s’est assagi. Par ailleurs, il a eu une période « Témoins de Jehovah » où il avait banni certains mots de son vocabulaire. Mais je crois beaucoup plus simplement qu’à partir de 40/45 ans, chanter : « Je veux te sucer, tu seras ma chose … » ça ferait un peu désordre !!! Donc le fichier est…chez moi, contactez moi pour le récupérer !!! et voici, tout de même, et pour vous mettre en appétit, un florilège d’extraits des titres présents (Je m’excuse par avance pour certains mots utilisés dans cet article.) :
Love machine
J’ai les jouets qu’il faut pour exciter ton corps, J’ai la chose qu’il faut pour te faire hurler et crier
Sexy Motherfucker (qu’on pourrait traduire aujourd’hui par « chaudasse »
Cette chaudasse est tellement fine ( je boirais l’eau de son bain…), Un long Levi’s de 1 m 40 emballe un cul aussi serré qu’une grappe ! Et son célèbre refrain… Chaudasses, bougez-moi ce cul, bougez-moi ce cul, bougez-moi ce cul !
Come
Quand je te sucerais là, je ne veux pas t’entendre crier, ne parle pas, ne respire pas, ne tousse pas, n’éternue pas , Oh, rêve …rêve tout simplement , Chérie, ma langue va faire des trucs que tu n’as jamais vus
Mad sex
J’ai l’habitude de baiser comme une folle le « matin-en-rut », J’ai l’habitude de baiser comme une folle l’après-midi, J’ai l’habitude de baiser comme une folle avec ce métis, pour ravager à nouveau ma chambre
Hot with U
Je veux te débaucher, Te mettre sous de la crème et… ooh, Te faire faire des choses que tu n’aurais jamais faites Te faire mordre ta langue et faire « ouh »
Head
Je n’ai jamais voulu te tromper (sur mes intentions), Mais d’une manière ou d’une autre chérie
Je devais t’avoir dans mon lit, Et tu m’as dit : « Je suis encore vierge et je vais me marier,
mais elle est si grosse, et pleine de sperme…Je te ferais une pipe »
Jack U off (en argot américain : se branler)
Si ton mec est un bon à rien, Viens dans mon quartier, On peut sauter dans mon pieu et je te branlerais, Si tu en as marre du vibromasseur Petite fille, on peut sortir ensemble Et si tu veux je te branlerais
Pheromone
Je sens la tension monter par l’entrebâillement de la porte, Il la force alors qu’elle est dégoûtée, Je suis en feu, Parce que je ne l’avais jamais vue nue auparavant, Je veux la sauver, je veux regarder, Tous mes sens sont en éveil quand il la détache, Et qu’elle court vers la porte,
Il lui fait une croche-pied l’accable juste là, sur le sol
Scandalous
Scandaleux
Je parle de toi et moi
Merveilleux
Chérie, chérie ne vois tu pas ?
Tout ce dont tu as toujours rêvé
Je veux bien l’être
Ce soir ça va être scandaleux
Parce que ce soir je vais être ton fantasme
Rock hard in a funky place
Voici une femme, alors tu te caches
Elle est presque effrayante,
Une fille « électrique » avec une forte poitrine
Elle dit : toi, tu peux te défiler si tu en as envie
Car quelque chose près de ta jambe
Semble avoir très peur, quelle déception
T’es comme une roche dure dans un endroit mou
Get off
“Je les aime grosses et fières… tu pourrais me trouver une « maman » !
Maintenant amène un peu par ici ton gros derrière
Que je puisse travailler sur cette fermeture éclair
Ce soir Tu es une Etoile, Je suis la Grande Ourse
Orgasm
Viens
Viens
Ne sois pas timide, rien que toi et moi
N’est-ce pas ce que tu veux?
Oh yeah

3121

Jeudi 3 août 2006

Je reprends la plume quelques instants pour vous reparler encore une fois de la perf réalisée il y a quelques semianes maintenant lors des B.E.T Awards 2006. J’avais mis en téléchargement la version totale du spectacle et bien que ce soit sur un écran miniature on voyait déjà ce que cela pouvait donner. bet1J’ai pu obtenir une version 16/9 digne de ce nom avec un son qui décoiffe et c’est là c’est moi qui l’a été (décoiffé). Bien sûr les passages chantés avec Stevie, Chaka, India sont de bonnes prestations, faites par des pros qui n’ont plus rien à apprendre, mais les six dernières minutes sont une pure merveille et m’ont profondément marqué.

Je ne peux pas vous mettre les images car le fichier est trop gros, par contre je mets en téléchargement la prestation sonore de 3121 et un p’tit conseil : encodez ça vite fait en format audio pour l’écouter sur une source CD avec de grosses enceintes style 2 x 200 watts…et vous verrez, vous aussi vous n’aurez plus un poil au repos !!!

Mamma mia !!!

Ps : Au fait le rap sur la fin c’est Will I Am des Black Eyed Peas qui est monté sur scène ! (prévu ou pas : ???)

Vous les femmes…

Jeudi 8 juin 2006

Comme promis et pour me remettre des émotions de l’article précédent, une petite série sur les femmes qui ont traversé la vie de Prince, certaines ont fait partie de sa vie intime d’autres pas nécessairement, mais connaissant (un peu) le bonhomme, je doute qu’une femme le cotoyant régulièrement ne tombe sous le charme…On commence par :

susan Susan est la petite amie de Prince durant ses années de fac (high school), elle est plus jeune que lui et d’ailleurs elle conserve ce look « virginal » (guepière et bas blancs quand même…) quand elle intègre le groupe Vanity 6, groupe fondé par Prince en 1982. Ce groupe compte également Denise Matthews rebaptisée « Vanity » (j’en reparle après !) Susan rejoindra plus tard le groupe Apollonia 6 en 1984, groupe qui remplace le groupe Vanity 6 après le départ de Vanity. Il est avéré que le hit « When Doves Cry » sur Purple Rain a été inspiré par la relation entre Prince et Susan. Après l’aventure Appolonia 6, elle s’est mariée avec un acteur américain David Garfield en 1988 qui est décédé en 1994. Elle n’a plus fait parler d’elle depuis.
vanity Denise Katrina MATTHEWS est Canadienne, née d’une mère allemande et d’un père afro-américain et elle était mannequin avant de rencontrer Prince et de devenir « Vanity » au sein du groupe de filles « VANITY 6 ». Ce groupe initialement appelé « Hookers » est devenu « VANITY 6 » à l’arrivée de Denise. Bizarrement, c’est souvent le cas avec Prince, son nouveau nom de baptême devait être « Vagina », mais elle a refusé devant l’évidente énormité de la chose ! Elle était pressentie pour jouer dans Purple Rain mais finalement elle n’obtiendra pas le rôle du fait de sa rupture avec Prince. Elle a tourné dans quelques téléfilms où elle jouait souvent des filles perdues où à problèmes. En effet, elle s’adonne énormément à la drogue alors que lui se refuse à toute addiction (tabac, alcool, drogues) et leurs disputes sont fréquentes. Peintre surréaliste à ses heures perdues, et après avoir failli mourir à cause de la drogue, elle dit avoir rencontré Dieu et Jésus et s’est refait une virginité si je puis dire. Elle se consacre beaucoup à Dieu, est devenue Evangéliste, elle a son site internet et donne des interviews aux radios américaines.
appolonia Elle a été remarquée par Prince lors d’un casting et à 22 ans elle intègre l’équipe qui prépare le film Purple Rain. Comme à son habitude Prince baptise Patricia du nom d’Apollonia et le groupe devient forcément « APOLLONIA 6 ». Le groupe hérite d’ailleurs du disque prévu pour VANITY 6 avec notamment les hits « Sex shooter » et « Blue Limousine ». Elle chante également en duo avec Prince sur « Take me with U ». Elle ne le fréquentera pas très longtemps et démarre une carrière d’actrice télé dans des « soaps ». Elle sortira par la suite un album à elle seule, mais sans grand succès. J’avoue qu’à l’époque je la trouvais très jolie, plus que Vanity…
susannah Susannah est la sœur de Wendy Melvoin, guitariste emblématique du groupe de Prince « THE REVOLUTION » et elle est la fille d’un musicien de jazz assez connu, Michael Melvoin. C’est une famille de musiciens car le frère Jonathan jouera dans le groupe « Smashing Pumpkins » Elle fera partie du groupe « THE FAMILY », groupe lancé par Prince et qui aura un succès relatif avec l’album « The screams of passion » que j’adore pour ma part et qui contient le single « Nothing compares to U » immortalisé plus tard par Sinnead O’Connor. Prince et Susannah se sépareront après quelques mois de vie commune. Il faut dire qu’il ne doit pas être facile de vivre avec un homme avec un tel égo. Un peu dommage quand même car elle n’était pas seulement et loin de là, une belle plante aux basques de notre ami !
sheena Si je suis sûr des aventures qu’il a eues avec les quatre pré-citées, je ne suis pas certain qu’il en ait eu une avec Sheena Easton. Ce qui est certain c’est qu’il lui a écrit des chansons et qu’elle a chanté en duo avec lui sur « U got the look » et « The arms of Orion. C’est une chanteuse anglaise de sa génération qui continue à chanter aujour’dhui. J’avoue que je la connais peu…
sheilae Alors là attention, gros dossier ! Sheila Escovedo dite « Sheila E » est la fille de Pete Escovedo, célèbre percussioniste mexicain qui a joué avec les plus grands. Elle aussi est aux percussions et de bien belle manière. Elle est également excellente à la batterie mais c’est aux congas qu’elle se déchaîne !Elle va accompagner Prince pendant quelques années, surtout à partir de la tournée « Sign O’ the Times (S.O.T.T) et restera parmi ses fidèles. Elle a une place importante dans son équipe, mais je ne sais pas s’il y a eu romance… Il lui écrira , en tous cas, trois albums.
Je me souviens de la tournée S.O.T.T et de ses tenues minimalistes, trés… »à fleur de peau »… si je puis dire.Elle est toujours aussi belle, témoin sa prestation aux Brit Awards avec Prince en 2006. Ah…ce remonté de robe pour être mieux assise à la batterie…
vanessa Vanessa Ortiz dite Vanessa Marcil décroche son premier rôle dans « 976-Wish ».
Elle se tourne ensuite vers les séries télévisées (General Hospital, Beverly Hills).
En 1995, élue parmi les 50 plus belles personnalités du monde, elle découvre l’univers de la musique puisque le chanteur Prince la fait tourner dans son clip « The Most Beautiful Girl in the World ». Elle fait ses débuts au cinéma dans le film Rock. En 2003 elle rejoint le casting de la série « Las Vegas ». Je ne sais pas s’il y a eu aventure, mais encore une fois, je suis certain que pour une femme, vivre au plus près de l’Artiste doit générer pas mal d’envie !
carmen Tara Leigh Patrick de son vrai nom, Carmen Electra voit le jour le 20 avril 1972. La jeune femme décide de partir pour LA afin de lancer sa carrière. Elle prend alors la décision de poser pour Playboy afin de se faire remarquer et débute alors une relation passionnée avec le chanteur « Prince » qui devient son mentor. Cette relation ne durera pas mais c’est grâce à Prince que sa carrière décolle. Prince lui écrira un album qui n’a pas connu une très grande gloire. Je pense qu’à cette époque la libido de notre ami était pour le moins exacerbée.
Carmen devient par la suite présentatrice de shows sur MTV. Plus tard, elle est repérée par David Hasselhof et commencera à jouer dans « Alerte à Malibu », puis plus tard dans quelques films (Scary Movie, Starsky et Hutch). Elle reste ma préférée…
ophelie Son père est le chanteur hollandais David Alexander Winter. Elle a également un frère, Mickael Winter. Ophélie poursuit ses études jusqu’au lycée et part avec son frère aux Etats-Unis pour apprendre le chant et la danse. Revenue en France, elle enregistre trois titres. Deux ans plus tard, elle fait la connaissance de Prince mais aucun titre enregistré en duo ne verra le jour. Il « paraît » qu’il a écrit « The most beautiful girl in the world » pour elle. C’est vrai qu’à l’époque elle était plutôt mignonne. Romance, pas romance, elle dit que OUI, lui…
basinger Là c’est plus qu’une rumeur il y a eu aventure entre les deux après la rencontre sur le tournage de Batman. Mais apparemment ce fut très bref !
madonna Là aussi, on dépasse le cadre de la simple rumeur, mais là aussi ce fut court, la faute à Prince selon La madone qui aurait une vie pour le moins curieuse. Personnellement, je penche plus pour une incompatibilité entre deux « stars » avec tout ce que cela comporte d’excentricité, de part et d’autre !

nona
Nona Gaye a partagé quelques années de la vie de Prince mais sa dépendance à la drogue aura raison de leur liaison. Dommage car c’est une femme magnifique. Fille du célèbre Marvin Gaye, elle va participer à quelques disques et à une vidéo « The Beautiful expérience ». Aujourd’hui libérée de la drogue, elle poursuit une honnête carrière d’actrice et a participé à « The Polar Express », « Crash », les seconds « Matrix » et plus récemment « Ali ».
Il faut voir le clip « Lovesigne », elle y est sublime !

mayte
Née aux Etats Unis de parents porto-ricains, Mayté a grandi entre les Etats Unis et l’allemagne. Danseuse professionnelle, elle parcourt plusieurs pays dés l’âge de 8 ans et à seize ans, elle va voir Prince en concert en Allemagne et elle lui envoie une cassette de danse sur un de ses titres. Prince la voit mais à cause du jeune âge de Mayté, il se borne à rester en contact avec elle pendant deux ans. Ils s’envoient mutuellement danse et musique. En 1992, elle le rejoint et devient une de ses danseuses attitrées ainsi qu’une choriste. Elle prend petit à petit de plus en plus de place dans la vie de Prince qu’elle professionnelle ou personnelle. Ils finissent par se marier le 14 février 1996.
Mayté participe à beaucoup des productions princières devenant presque « pénible » pour certains de par sa présence continuelle. Pour lui, il semble qu’elle soit une muse ! C’est en tout cas une très belle femme !! Ca ne les empêchera pas de divorcer en février 1999. Ils ont eu un enfant en octobre 1996 qui malheureusement décède quelques jours après sa naissance d’une maladie rare.
manuela Et enfin, Manuela Testolini !
Manuela est originaire de Toronto et très jeune, elle est une admiratrice inconditionnelle de Prince, ses amies racontent qu’elle cherche sans arrêt des enregistrements pirate sur le net.
Après études et diplômes elle part s’installer à Minneapolis et réussit à intégrer l’équipe administrative de Paisley Park, vaste complexe créé par Prince pour enregistrer sa musique. Elle devient assez vite a=importante au sein de l’équipe et encore plus vite son assistante personnelle. Son nom apparaît sur les disques à partir de l’album « New Power Soul ».
Prince a dit « OUI » la nuit de la St Sylvestre 2001 à Manuela Testolini. La cérémonie s’est déroulée à Hawaï et, d’après l’équipe de la télé locale, aurait été conduite selon le rituel des témoins de Jehovah, car il semble qu’elle l’ait converti à cette croyance. Une information que les attachés de presse de la star n’ont pas confirmée…C’est donc le second mariage de Prince et j’espère que cette fois il pourra avoir un petit prince ou une petite princesse…

Update !!! Prince et Manuela ont divorcé après cinq ans de mariage ! pas de gosses, plus de nouvelles d’elle, c’est peut être aussi bien ainsi.