Découvrez mes passions au quotidien

Arras 2010 : Soleil, Fête et bêtes d’orage !!!

Mardi 27 juillet 2010

orNon ce n’est pas le titre d’un vieux film de Comencini, mais ces trois mots résument à eux seuls la journée passée, où devrais-je dire, la fin de journée de ce 9 juillet 2010. L’annonce du concert m’avait mis en émoi car à ce moment là, trois dates se profilaient et celle çi, ARRAS, à une heure de chez moi, laissait présager un bon moment, en tout cas, si je me référais à mes deux derniers concerts (Montreux et Grand Palais). Travail oblige, nous ne sommes partis qu’en tout début d’après-midi, sous une chaleur étouffante et un ciel plombé de gris. Première désillusion, le parking carré Or est une foutaise ! J’ai bien vu quelques panneaux l’indiquant puis…plus rien. Où c’était mal fichu où je suis passé à côté. Au passage, lors de mes vaines recherches, j’ai du « laisser passer » un véhicule de la maréchaussée qui ouvrait la route à une énorme limousine noire…la même que…j’ai pas eu l’temps de lui faire coucou…Qu’importe, on trouve à se garer, à 2 km du site quand même et on arrive tranquilles dans la queue déjà importante, sur le coup de 16 heures. Il fait chaud…très chaud…et en bon gars du Nord, la chaleur j’aime pas trop, je ne me sens bien qu’entre 20 et 24 degrés ! Là, on est à plus de 30 et le soleil fait son apparition pour élever encore la sensation de chaleur mais c’est moins étouffant. Voilà pourquoi le soleil est dans le titre de cet article !thrips

L’attente va être longue, épuisante pour mon corps qui surchauffe trop vite et lentement un mauvais pressentiment s’insinue en moi : je ne vais pas kiffer ma race ! Déjà la photo de ce petit monstre qui illustre cet avant propos ne reflète pas le haut degré d’emmerdement maximum qu’il peut engendrer. Ces gentilles bestioles qui pullulent les jours d’orage dans certaines régions françaises se sont donné rendez vous à Arras afin de parcourir nos corps à la recherche d’on ne sait pas quoi ! Toujours est-il que ça gratouille, que ça démange, que ça se met à dévaler votre cuir chevelu tels des amazones pourchassant des mâles en rut, bref, des chieuses. D’où leur présence dans le titre de cet article. Toute l’eau a déjà été bue, le pulvérisateur d’eau a déjà bien fonctionné et nous sommes encore derrière les premières barrières. Au fil des minutes, nous commencons à progresser. Premier barrage où le contrôle est on ne peut plus léger, mettage du bracelet Carré Or (ca y est…on est des VIP…) et course modérée vers le site. Nous sommes canalisés pour arriver finalement à environ 10 mètres de la scène, sur la droite et…stationnement.

photo0431Il nous faut encore attendre ! J’ai toujours aussi chaud et ça en devient désagréable (d’où ce look à la Fonzie…), en plus j’ai le soleil pleine figure côté droit. Les filles souffrent en silence mais elles sont tellement impatientes qu’elle supportent. Ma copine découvre l’ambiance « concert » et s’étonne de certains égarements du public présent (bousculades…passages en force…discrétion peu présente…) Bref, je suis bien content de voir arriver MINT CONDITION, mais mon plaisir sera de courte durée. Le son est pourri, limite insupportable et ça ne rend pas hommage au groupe qui m’a l’air trés bien. Mention spéciale à une reprise du « Atomic Dog » de Clinton qui pète un max. A écouter dans d’autres conditions. Puis arrive le « vieux » Larry GRAHAM qui va donner une leçon de funk à l’assemblée. C’est carré, ça donne, le son est déjà meilleur et y’a pas à dire, même si on lui prête une responsabilité dans les délires religieux du Kid, à la basse, Larry reste un tueur ! Tous les classiques y passeront de « Family Affair » à « Dance to the music » !

Il est plus de 21 heures 30 quand je sens le frémissement qui parcoure le public, annonciateur de l’arrivée des musiciens et du maître de cérémonie. J’ai déjà pu écouter ce qui s’est passé à Roskilde et à Berlin et je ne suis donc pas surpris d’entendre les premières mesures de Venus de Milo couvrir la clameur qui monte de la foule. Il n’est pas encore là car le niveau de décibels reste supportable mais je sais, sans le voir, qu’il pénètre la scène car la clameur se transforme en hurlement primaire, comme dirait Bigard, et il apparaît, dans sa tenue presque virginale, Hohner dans les mains, pour démarrer l’intro de Let’s go crazy intro qu’il perdure comme s’il freinait encore l’énergie qu’il va libérer. Et CA part, la version est classique mais tellement dynamique qu’on voit tout de suite qu’il a une pêche d’enfer et que ça va être chaud (no…no…let’s go). L’ennui avec les sons qui circulent c’est qu’on est tellement gourmand qu’on sait déjà ce qui va suivre et sans surprises, il enchaîne un Delirious trés primesautier puis revient à Let’s go crazy ! Des sons se baladent dans tout ça mais je ne cherche pas à les reconnaître. 1999 nous ramène presque 30 ans en arrière et je me dis : « Et voilà…30 ans de carrière et la magie opère encore sur des titres qui ont 25 ans ou plus et qu’il a du jouer des centaines de fois, mais rien à faire, le riff est tellement prenant que tu pars au 1/4 de tour et pour le coup la version est hautement entraînante. Little Red Corvette me propulse dans le passé récent ! Montreux 2009 et ces concerts d’anthologie, c’est presque la même version et des frissons me parcourent.  Les sons sortant de sa guitare accompagnent la nuit qui doucement s’installe. Mais ces frissons ne sont pas totalement dûs à mon émotion…j’ai du prendre un coup de chaud et je ne tiens plus. Décidément, je ne suis pas fait pour la chaleur et ma copine ne le supporte plus non plus. Nous devons battre en retraite vers la buvette aux sons de Take me with U ! Je vais entendre plus qu’écouter Guitar bien que je perçoive le traitement guitaristique proprement hallucinant qu’il lui fait subir (ça le fait rire le bougre…) puis des fragments de Hot Summer car il faut absolument que je me procure de l’eau et du soda sucré pour à la fois me rafraîchir et ne pas friser la syncope. Nous sommes assis dans l’herbe et assistons à l’évacuation de plusieurs personnes victimes de malaises et je peux me requinquer sur une version mortelle de Controversy assaisonné de Sexy dancer passé à la moulinette CHIC. Ce « Sexy dancer » est vraiment intemporel…comme semble l’être PRINCE d’ailleurs. Il est dans une forme exceptionnelle, danse, saute, sourit, virevolte partout. Opération ou pas, quelle énergie et quelle joie de vivre et de jouer. D’où le troisième mot du titre de cet article…c’est la Fête…comme si c’était « la Ducasse » comme on dit chez nous ! Nous sommes tous à la Ducasse de PRINCE…et c’est bon même si je ne le vis pas comme j’aurais voulu. It’s time to get funky !!! Mais je l’ai toujours été  ;-) )photo0435

Shelby J nous gratifie d’une reprise de Angel toute en puissance…quel organe…et suit une version inédite, qu’il a quelque difficulté à démarrer, en duo avec Shelby, de Nothing compares to U qui nous change un peu des dernières versions entendues…celle là est un peu plus bluesy teintée de gospel je trouve ! Après avoir totalement émergé de notre coup de chaud, on se rapproche de la scène mais on est plus aussi prés et on se contente de l’écran géant. Néanmoins j’exulte intérieurement aux premières notes de Mountains… j’adore ce titre, comme tout « Parade » d’ailleurs, et quelle n’est pas ma surprise de constater que le mix avec Shake your body des Jacksons est parfait. Bon…PRINCE laisse le soin aux choristes de chanter la chanson mais bon…petit hommage à « Maïkeule » au passage…l’hommage se poursuit d’ailleurs, celui qu’il fait à l’une de ses influences majeures : Sly & The Family Stone ! Avec la présence une fois encore de Larry Graham, membre du groupe à l’époque, ça semble en même temps normal mais aussi…récurrent ! Un peu trop même, car même si le set Everyday people et I wanna take you higher est trés entraînant, plaisant, et qu’il transforme ARRAS en chaudron, personnellement ça commence à me saouler un peu. J’aurais préféré qu’il me fasse « Shhh » ou encore « A love bizarre » avec Sheila aux percus mais malheureusement Monsieur décide et nous on aura eu Larry…ce double hommage est suivi par un Alphabet Street trés enjoué, comme PRINCE, qui continue à jouer comme jamais avec le public (on en reparle ensuite …) c’est vraiment la fête !!! Serait-ce fini ??? Je commence (un peu) à en avoir l’habitude, on est toujours à deux rappels minimum mais les « encore » se situent actuellement plus vers trois, quatre, voire cinq mais là c’est miraculeux. Je me dis donc : « Ouais c’est ça…Good Night…il est 23 heures passés, c’est trop pour repartir  » ! Et il revient…comme prévu…et démarre un Kiss qui met Arras en ébullition. Moi j’apprécie comme je peux mais le coeur n’y est plus depuis un moment, je me contente de ressentir les ondes positives qui s’échappent de cette foule…de cette marée de têtes levées vers la scène et éclairées à intervalles réguliers par les éclairagistes qui, par contre, ne comprennent pas trop bien les instructions de Maître…la version de Kiss est très bonne et me rappelle les versions données lors des concerts de 86 avec cet espèce de dédoublement de la guitare par les synthés et ces incursions du remix au sein du titre. Trop fort ! Il poursuit ce premier rappel avec l’incontournable Purple Rain ! Il aura ainsi joué, coup sur coup, les deux titres que toute personne associe directement à l’Artiste quand on lui en parle. Tout a été dit sur ce titre, invariablement il provoque une communion d’esprit avec le public, comme si à chaque fois on se prenait à s’imaginer être dans le public du First Avenue, à écouter pour la première fois le titre du Kid…

p1030997aJe ne sais pas quelle mouche a piqué notre homme pour qu’il revienne pour le second « encore » avec Dance Disco Heat ! J’ai entendu qu’il l’avait joué au Danemark et en Allemagne et nous y avons droit également. Il s’agit d’un titre disco datant de 1978, reprise de Sylvester, artiste disco de la fin des années 70 et qui fût une figure importante du mouvement disco avec l’immortel « You make me feel » ! Va savoir pourquoi il décide de cette reprise ?!? c’est le titre idéal en tous cas pour faire remuer les « ch’ti ass » d’un soir, les faire jumper sur des parties de « Housequake » et même nous faire reprendre en choeur : « Tonight…I love everybody & everybody loves me » ! On est, au moins, contents de savoir qu’il nous aime…et là ! Enorme surprise (en tout cas pour moi) PRINCE descend de la scène, se dirige vers le public massé en première épaisseur et se met à prendre un mini bain de foule…allez juste les doigts…mais c’est proprement hallucinant venant de quelqu’un qu’on imagine hyper protégé et surtout qu’on perçoit depuis quelques années, comme un artiste qui a mis une « certaine distance » avec le public. Bref, je suis sidéré et j’espère que les filles en prennent plein les yeux et les oreilles. 10 minute de folie !!! Vont suivre un Peach pêchu comme jamais et il en profitera pour présenter ses musiciens qu’il affuble à nouveau du patronyme de NPG pour New Power Generation. Il me semble qu’il n’en avait plus parlé depuis un moment…puis surtout un des quelques titres que je voulais entendre en live Ol’Skool Company qui vient combler mes oreilles après l’avoir attendu en vain en Suisse et à Paris (non…je n’étais pas à La Cigale…) je ne boude pas mon plaisir et on rigole bien sur les déhanchements quelque peu perturbés d’une fan légèrement enbierrée…

Pour la deuxième fois consécutive nous avons droit au tonnerre annonciateur habituellement de fin de concert, mais aujourd’hui on ne peut jurer de rien et après nous être dit que p1040014bcette fois c’est fini, la rythmique si particulière du titre Forever in my life retentissent sur l’esplanade classée Patrimoine mondial de l’UNESCO mais qui ce soir est le patrimoine d’un artiste qui reste définitivement le showmen qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie ! Des partants reviennent en galopant vers la scène et nous vivons avec les filles ces derniers titres car elles aussi, pensaient que c’était fini. J’adore ce titre et là aussi, je ne boude pas le plaisir qui est le mien devant ce quasi a capella. Il en reste d’ailleurs à cette version dépouillée et il l’enchaîne avec un 7 tout aussi envoûtant avant de terminer sur quelque chose d’inédit…qui ne sortira peut être jamais sous quelque forme que ce soit ! On tient peut être là une perle à savourer de temps en temps. Obligé de baptiser ce titre Let go…let God car ce sont les uniques paroles que PRINCE nous fera répéter en une sorte d’incantation divine, genre : « Laisse béton, Laisse faire l’éternel » ! C’est pas trop mon genre mais le trip est prenant car le petit riff de guitare qui accompagne ce onzième commandement est hypnotisant et quand tout s’arrête…bein justement on a pas envie que ça s’arrête. Quatre minutes de magie !!! Mais la messe est dite…cette fois il ne reviendra plus…il est minuit et c’est l’heure où les carrosses redeviennent citrouilles et les chevaux des souris !!! c’est l’heure de quitter le lieu…tranquillement, des sons plein la tête et des images aussi. Celle qui me reste est celle d’un homme heureux, qui nous gratifié de beaucoup de marques de sympathie et d’amour mais aussi de ses mimiques et blagues qu’on ne le voyait plus trop faire. Par contre je décide que c’est la première et dernière fois que je le vois dans ces conditions. Je me contenterais de petites salles (Olympia ou Zenith) ou d’afters si j’arrive un jour à m’en faire un ! Bilan mitigé pour moi, vous l’aurez compris, mais je n’étais pas dans les meilleures conditions. Bon je me console en me disant qu’il a dit vouloir vivre en France et faire toutes les salles de Paris à la rentrée. Y’aura bien une petite date pour moi…

PS : J’ai déjà raté le New Morning où j’aurais donné cher pour y être mais c’était pas possible…trop juste…trop court…trop loin…

PS2 : Photos de PRINCE « piquées » à JC08 du forum schkopi…Merci ;-)

Touentitaine ! (20Ten) updated…

Jeudi 22 juillet 2010

22/07/2010

Finalement, il aura encore joué au furet avec nous et après un report de sortie dû, paraît-il, au remixage d’un titre, le CD « 20ten » est finalement paru avec l’édition du 22 juillet de « Courrier International. Hier soir je passe chez le Marchand de journaux pour réserver un exemplaire et je tombe sur la marchande qui me dit ne pas pouvoir m’en réserver un et qu’elle est même pas sûre qu’il sera dedans et que ils n’en auront certainement qu’un ou deux…patati patata ! Je décide de laisser tomber et de passer à l’ouverture ce 22 juillet. A huit heures pétantes je pénètre l’enceinte de la Maison de la Presse et de suite je reconnais le bruit si familier aux oreilles princières, celui de la linn drum, ce son si particulier qui est presque comme un marque de fabrique du son de PRINCE. Je me dirige vers le comptoir où le patron me dit : « Oui je l’ai…j’en ai eu quelques uns et il m’en reste deux ! » J’en prends donc un et laisse le dernier pour faire un heureux ! On discute un peu car le patron est un amateur de musique et il connait un peu l’oeuvre du Kid ! Il diffuse d’ailleurs l’album dans son échoppe d’où le bonheur fait à mes oreilles lors de mon arrivée. On parle d’Arras…(je lui promet un exemplaire du son qui circule) et il me dit qu’il est plutôt bon cet opus…un retour aux sources me précise t-il ! Je vais donc écouter ça…une bonne trentaine de fois avant de faire mes devoirs. Car j’ai envie cette fois ! La fleur de lotus ne m’ayant pas inspiré, pour l’instant en tout cas, je vais me rabattre sur celui là et récupérer les lyrics avant toute chose. Restez branchés !

01/07/2010

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’y s’est pas foulé pour le titre du prochain album le PRINCE : 20Ten !!! Deux mille dix quoi…Bon ce qui me rassure c’est que le dernier concept « à chiffres » c’était « 3121″ et que finalement ce fût un très bon album dans le déroulé de son oeuvre et qu’il avait donné naissance à une série de concerts assez importante même si très loin de chez nous (Las Vegas).

Le concept Planet Earth mort-né…le concept Lotusflower fané avant d’éclore, prions que le concept « 2010″ rehausse un peu le niveau !!! Premiers éléments dans le teaser du lancement prévu en France le 8 juillet avec le magazine Courrier International (commandé chez mon « Presseux »)((J’aime bien le son de grat’ en fond sonore…)

Plus intéressant encore, l’apparition du Kid chez Stevie ce 1er juillet à Bercy…! ENORME la prestation aux côtés de Stevie, j’adore le côté « touriste de passage »…chemise 80′s…lunettes presque SOTT…et ce titre est vraiment…euh…MIRIFIQUE !!! Au fait, Sheila E dans les bagages du vacancier…ça aussi c’est intéressant…et dernière chose, Prince…tu peux pas demander la « choriste en rouge » en prêt pour Arras ?!? ;-) ) Allez…prochains rendez-vous pour moi : le 8 juillet sortie de 20Ten et chronique à la clef (autant LFlw3 ne m’a pas inspiré, autant là…je le sens bien) et le 9 juillet in ch’timi land !

20ten Tour 1st part

Vendredi 9 juillet 2010

09/07/2010

arrasPlus que quelques heures…nous serons in ze citadelle en milieu d’après-midi ! Le temps s’annonce chaud et lourd avec un léger mais très léger risque d’orage ! M’en fous…j’ai mon « waika »… Je rappelle aux possesseurs de tickets carré Or qu’ils ont droit à une place de parking ! Pour tout savoir…   le site

08/07/2010

itwLe concert de Berlin ayant été visiblement une réussite, on se prend à rêver encore mieux pour demain !!! Voyons voir…trois heures de funk…se peut-il qu’il nous sorte un « Hide the bone », un « Billy Jack bitch », ou un « Schokadelicka » ?!? Ou va t-il nous faire un best of de Sly Stone parce qu’il y aura Larry « Big nose » Graham ?!? Les paris sont ouverts ! Je ne prie que pour deux choses « Ol’Skool Company » et « Shhh » ! Voilà les deux titres que je veux vivre en direct.

A part ça, la sortie de 20ten est repoussée, mon marchand de journaux n’a pas fait de miracles, en revanche il m’a vendu « Aujourd’hui en France », avec des infos intéressantes sur les velléités princières de résider en France mais surtout de jouer beaucoup, et dans « toutes les salles de Paris » !!!  Mais également quelques révélations intéressantes sur les répétitions du Kid qui avaient échappé à beaucoup d’experts ;-) A voir, extrait de l’article (clic droit dessus, vous l’aurez en plus grand) ^-^

06/07/2010…

Nous voilà à trois jours à peine du grand concert « funk » qui devrait nous être servi à Arras ! Si j’en crois les set list des deux premières apparitions de Prince à Roskilde et à Berlin, on peut s’attendre à quelque chose de « choisi », à savoir une liste adaptée à l’endroit, à l’humeur, au public !!! Pourquoi ??? Voici la list de Roskilde ce 4 juillet :

DENMARK ROSKILDE

01.Venus de Milo 02. Let’s go crazy 03. Delirious 04. Let’s go crazy 05. 1999 06. Little Red Corvette 07. Controversy 08. Sexy Dancer vs le Freak 09. Controversy 10.Why you wanna treat me so bad 11. Take me with U 12. Guitar 13. Angel 14. Lean on me (Bill Whiters cover) 15. Nothing compares to U 16. Purple Rain 17. Mountains 18. Shake your body 19. Everyday people 20.I want to take you higher 21. Kiss 22. Dance disco heat

Voici celle de Berlin ce 5 juillet:125525102

01. Venus De Milo 02. Let’s Go Crazy 03. Delirious 04. The Bird 05. Jungle Love 06. The Glamorous Life 07. A Love Bizarre 08. 1999 09. Little Red Corvette 10. Controversy 11. Sexy Dancer 12. Le Freak 13. Controversy 14. When You Were Mine 15. Guitar 16. Hot Summer 17. 7 18. Crimson And Clover 19. Nothing Compares 2 U 20. Peach 21. Spanish Castle Magic 22. Ol’ Skool Company 23. Forever In My Life 24. Purple Rain


23/06/2010…

werchter

La date approche et pour se remettre de nos émotions footballistiques somme toutes si dérisoires…rien de mieux que de se replonger un peu dans son histoire princière ! Deux mois ont passé, deux mois où il ne s’est pas passé grand chose hormis peut être les dates distillées jour après jour et qui font qu’on peut parler aujourd’hui de mini tournée puisque dans les jours qui ont suivi l’annonce des trois concerts (Arras Main Square Spécial le 9 juillet, Werchter Festival le 10 juillet et Roskilde Festival le 4 juillet), ont été ajoutés les 5 juillet (Berlin), 12 juillet (Genève), 13 juillet (Vienne), 18 juillet (Sesimbra) et finalement (?) Nice le 25 juillet pour clore en beauté ce périple estival !!!  HOTTER THAN JULY !!! On doit se réjouir de voir ainsi PRINCE revenir dans son fief européen. En tout cas je ne boude pas mon plaisir et sans doutes que les fans portugais et danois non plus, d’autant que c’est maintenant sur scène que j’attends le plus l’artiste !

En effet, il est clair que ça n’est plus dans les studios qu’il donne la mesure de son talent mais plus dans ses prestations scéniques. On peut toujours rêver à un album aussi intense que S.O.T.T ou Lovesexy mais il me semble que : soit, la source est tarie (et il faut tout de même saluer « l’oeuvre » car elle est immense), soit il ne veut plus parce que pris dans ses propres contradictions et, il faut bien le dire, ses délires philosophico-existentiels, il a décidé de la jouer en roue libre et de ne plus se casser la nénette !!! geneveTémoin ses dernières productions…tout d’abord un hymne sportif (si…si…) tout à la gloire des Minnesota Vikings, l’équipe locale de football américain de Minneapolis. Un hymne très modestement baptisé « Purple & Gold » ! Bref, un ovni princier à très vite oublier…Puis vint « Cause and Effect » début 2010. [audio:09-cause-and-effect] On ne sait pas exactement pourquoi il sort ce titre sur une radio « en exclusivité mondiale » sauf à interpréter les paroles de ce titre assez rock, plutôt sympa mais largement à la main d’un Prince en petite forme ! Un riff classique, un refrain aussitôt retenu, quelques solos rageurs…rien de nouveau sous le « Purple sun » ! Et côté paroles, rien de bien nouveau non plus hormis le leitmotiv actuel sur le « je suis comme je suis et je ne referais plus ce que j’ai fait » ! Peut être un clin d’oeil à ceux qui ont du mal à comprendre qu’à 50 ans passés Prince n’est plus le même homme…(il parle quand même de « Compassion » et de « Future soul song »…on en reparle…). Enfin, dans la foulée de l’annonce de cette mini-tournée estivale, enfin mini…pour l’instant (!) sait-on jamais, un nouveau titre destiné à lancer les festivités : « Hot summer » ! [audio:09-hot-summer] Un titre plus que moyen pour sa majesté…disons que toi tu roules un mickey le matin en partant au boulot…lui te pond un « Hot summer » ! (C’est juste pour situer, je ne roule JAMAIS de mickeys) Blague à part, c’est un titre sympa,  Bourré de tics princiers, que tu retiens vite et que tu oublies vite, peut être un titre qui passe bien aux Etats Unis mais ici :-(

28/04/2010…

Le Carré OR est (semble t-il) complet !!!

sans-titre-12

26/04/2010…

Pour cette fois ci, j’ai laissé le stress de réservation de billets à ma progéniture avec (quand même) un « cahier des charges » à respecter et je dois dire que « Bon sang ne saurait mentir » !!! puisqu’à 8 heures 6 minutes très exactement, les places étaient in ze pocket et les billets sont imprimés. Faut dire qu’apparemment ça a été assez facile ! Bonne ou mauvaise augure ? L’avenir nous le dira ! Y’a plus qu’à patienter. Restez branchés, toutes les infos seront distillées ici-même…

20/04/2010…

Avec l’ami Bidasse
On ne se quitte jamais,
Attendu qu’on est
Tous deux natifs d’Arras-se,
Chef-lieu du Pas de Calais…chantait Fernandel il y a fort longtemps…

arras_hero_template_prince_fr1Il est pas d’Arras…moi non plus…je sais même pas si on est amis…mais je serais le 9 juillet à ARRAS dans le cadre du Main Square Spécial pour assister à un nouveau concert de PRINCE !!! (Main Square Spécial est tout de même une nouveauté de ce festival, c’est dire l’influence du Kid…)

Alors OUI ! on va souffrir…on ne sait pas encore dans quoi on s’embarque…la foule (même en carré OR…) l’attente (si on veut être bien placés quand même…) le temps (peut aussi bien faire 30 degrés à te griller la tête, comme 10 degrés sous une pluie fine mais qui mouille quand même B…..de M….) MAIS… PRINCE à 1 heure 15 de chez moi, pour un set annoncé de 3 heures 30 de funk, je peux pas rater ça !!!

Quand même…

A suivre…

B.E.T Awards 2010

Mardi 29 juin 2010

bet81Ca se bouscule un peu en cette approche de juillet, période estivale qui tient pour une fois ses promesses de chaleur !!! Gageons que l’ensemble du mois sera chaud à tous points de vue et que juillet 2010 sera à inscrire dans les tablettes princières à l’instar de glorieuses périodes passées !

Ca a démarré avec une cérémonie de remise de prix. En effet, le 27 juin 2010 a vu l’immense carrière de PRINCE être honorée lors de la désormais traditionnelle soirée des B.E.T (Black Entertainment Television) Awards qui récompense les personnalités afro-américaines dans divers domaines du divertissement et du sport. Les B.E.T Awards, rappelez-vous la version ultra lourde de 3121 qu’avait littéralement « vomi » PRINCE lors de l’édition 2006 et qui m’avait littéralement crucifié !!! Et bien, là il était honoré donc pour l’ensemble de sa carrière (au passage, j’ai lu sous la plume d’un écrivaillon que Prince était l’héritier naturel de Mickael Jackson…pfff…) et après une petite sauterie bien sympathique en forme d’hommage par « quatre mousquetairesses » du r’nb (le vrai…), notre éminence grise s’est fendu d’un discours oscillant entre passé (« J’ai fait des bêtises dans ma jeunesse, et vous n’avez pas à faire ce que j’ai fait. Ne reproduisez pas les erreurs que j’ai pu commettre. ») et futur (« Je crois que le futur est entre de bonnes mains, j’ai vu beaucoup de talent ce soir ».)

Un discours assez inquiétant tout de même car c’est presque l’aveu d’un futur retraité !!! Hé PRINCE, viens vivre en France, je vais t’en foutre moi des retraites à 52 ans…t’as pas tous tes trimestres !!!

A part ça il était plutôt pas mal, pas trop surfait, à part sa tunique René Dhéry (Put…PRINCE mets des costards merde !!!) et il était surtout très ému sur la perf d’Esperanza et surtout sur celle d’Alicia + la barre sur Patti Labelle…mais voyons tout ça…enfin…le peu qu’il reste car la censure est déjà passée par là et les vidéos proposées ont déjà été supprimées :-(

Bon allez…venons en aux perfs ! Quatre superbes titres interprétés par quatre personnalités tout à fait différentes. Tout d’abord Janelle Monae ! Petite bombinette soul dont j’écoute l’album depuis quinze jours et qui m’a emballé sur sa reprise de « Let’s go crazy ». Un mix de James Brown et de Little Richard à qui on aurait coupé les couilles et greffé deux nibards !!! Une tueuse sur scène !!! J’adore, mais vous ne pouvez plus la voir. Allez quand même faire un tour sur Youtube, on ne sait jamais !!!

Puis vint Esperanza…

Esperanza qui m’a littéralement envoûté (oui, y m’faut pas grand chose je sais…) Une voix sublime, une version parfaite musicalement parlant (si c’est lui qui a supervisé c’est un enfoiré !) mais dommage qu’on n’entende pas suffisamment sa basse ! Mais quelle belle femme !!!Profitez en vite avant qu’elle ne disparaisse…


S’avance alors sur scène Alicia Keys qui nous gratifie d’une version hautement sensuelle de « Adore » qui voit la diva grimper sur le piano et faire grimper la température du Kid qui brusquement se dit : « Merde, c’tait pas prévu dans mon petit scénario tout ça » mais ça lui plaît visiblement, comme quoi il reste encore une part d’humanité chez le bonhomme ! CHALEUR !!! Malheureusement supprimée…

Bon, c’est Patti Labelle qui a clôturé la séance en plantant un “Purple Rain” criard mais bon…c’est Patti Labelle et les années ont passé. Belle tranche de rigolade quand même en fin de parcours avec jeté de grole ramassée majestueusement par son altesse, humée au passage par une Shelby en mode « Bruce Willis » et un Prince comme on l’aime, souriant et cabotin ! Je sais pas ce qui se passe sur les dernières notes hurlées par Lady Marmelade mais ça fait bien rire le bonhomme ! Là aussi…vite…vite

Et vivement les concerts et le nouveau disque…on en reparle…

Bon bin voilà…grâce à Juju…  http://www.aliciakeys.com/us/home