Découvrez mes passions au quotidien

Casino Royal !!!

Vendredi 6 novembre 2009

Il y a quelques semaines, j’apprends tout à fait par hasard ;-) que le sieur MAXWELL va revenir en France début novembre ! Si je dis « revenir », c’est bien parce qu’il s’agit d’un revenant…imaginez, dernier passage en France : 1997, à la Cigale, avec un album studio au compteur (Maxwell’s Urban Hang Suite en 1996) et un album Live unplugged à MTV (1997) ! Suivront Embrya (1998) et Now (2001). Puis…Nothing !!! Personnellement je l’ai (re)découvert l’an dernier et je n’avais jamais vraiment prêté attention à ce qu’il faisait. J’ai écouté…et j’ai sombré…j’ai acheté les quatre albums et pendant six mois j’ai fait chier tout l’monde avec Maxwell ! (ils ont pourtant déjà l’habitude avec l’autre…) j’ai regardé pas mal de vidéos…appris qu’il sortait enfin un nouvel album en juillet 2009 Black Summer Nights et qu’il faisait une tournée d’une vingtaine de dates aux States ! L’espoir est né…

lastscanAlors quand j’ai eu la confirmation qu’il revenait…le 3 novembre…au Casino de Paris, ni une ni deux, j’ai surveillé les sites de vente et dés l’ouverture, j’ai pris deux places pour Vanessa et moi et on a compté les jours…comme plein d’autres d’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire ici et là…Il faut dire que le coquin a un sacré potentiel de séduction auprès de la gent féminine.

Moi, ce qui me séduit, c’est la voix, la sensualité qui ressort de l’interprétation…que ce soit des titres rythmés ou moins ! Et quand on travaille avec des gens qui ont aussi avec travaillé avec « Madame » SADE, on a tout compris…je m’attendais donc à un show plutôt intime, plutôt tourné vers une ambiance feutrée qui laisserait toute sa place à ce qu’il sait faire comme personne…chanter l’amour !!!

Arrivés à destination en fin d’après-midi – après avoir trouvé un parking tout proche ;-) – nous nous rendons tranquillement vers le Casino de Paris où une trentaine de personnes est déjà à attendre, il est 16 heures 30 ! Ce n’est que deux heures plus tard que les portes s’ouvriront, juste après l’arrivée de Thierry, grand fan devant l’éternel et accessoirement mon frère de son ! On a bien choisi l’endroit pour attendre car ce sont « Nos » portes qui s’ouvrent et de ce fait on se retrouve à 2 mètres de la scène, un peu à la gauche du micro central…ou du moins, ce qui sera l’emplacement du micro central, car pour l’instant il y a du matos de DJ qui attend (??) Pendant une heure, de la musique passe, puis pendant une heure également, un espèce de DJ Poulbeau va mixer tout un tas de vieilleries funky & soul d’un air entendu…on commence à se lasser et à se dire « Bon c’est pour aujourd’hui ou pour demain ??? » quand les lumières baissent…

sans-titre-11J’ai pris le soin (idiot…) de dire à quelques jeunes filles qui sont à mes côtés de ménager mes oreilles quand IL va arriver (car je sais inconsciemment ce qui va se passer…) mais rien n’y fera…le rideau se lève, les premières mesures de Dance with me s’élèvent…il arrive tout en haut de l’escalier et c’est à cet instant précis que je me prends 200 décibels dans l’oreille droite, décibels qui jaillissent des gorges de mes voisines surexcitées à la vue du cador ! Car c’en est un…la classe à l’état pur…joli costard croisé noir sur chemise cintrée blanche (Max, donne moi l’adresse de ton tailleur…) et Ray Ban fumées. Vont suivre Sumthin’ Sumthin’ et Get to know ya ! Trio de choc pour démarrer !! C’est le moment qu’il choisit pour ôter ses lunettes et mes voisines achèvent le travail commencé quelques minutes auparavant en transformant mes tympans en steack tartare !!! Je glisse à Thierry « On s’croirait à un concert des Beatles » tellement ça braille, mais bon lui est content de l’accueil, il lui semble même inespéré…

D’autres titres vont suivre…je ne vous les donne pas forcément dans l’ordre, mais il y aura Lifetime, Fortunate , une version sublime de Simply Beautiful je suis aux anges car même s’il ne chante pas les titres en entier, tous ceux que j’aime défilent et sa voix me ravit à nouveau. Par contre, je découvre un artiste qui bouge, qui danse, qui vit son trip à fond, qui communique, bref, loin de l’image que je m’étais faite. Après les lunettes, il a laissé tomber la veste, retroussé les manches et il va enchaîner une brochette de titres extraits de son nouvel album Cold (Argh…) Bad Habits, un mix de Gravity et de Help somebody qui me laisse sur le cul !!! un Pretty Wings qui le sidère LUI, car il se rend compte qu’on connait tous les paroles et au fil du concert, je me rendrais compte que cette attitude n’est pas feinte ! Il est réellement heureux d’être là, heureux et surpris de l’accueil chaleureux qui lui est réservé et il échange des regards avec ses musiciens qui en disent long sur le plaisir qu’ils prennent. Musiciens d’ailleurs que je salue car il n’y a que du très bon, même si les réglages « son » ne sont pas ce que j’ai vu de mieux…sans-titre-3

Il y aura également un Playing Possum toute en retenue et en sensualité. C’est d’ailleurs le maître-mot de la soirée car elle transpire de tout ce qu’il fait sur scène et les filles ne s’y trompent pas. Le pauvre ne peut plus se toucher le sourcil sans déclencher l’émeute et malheur à lui s’il joue avec le pied de micro car certaines se voient bien revêtues d’acier inoxydable !!! En plus j’ai remarqué qu’il a l’index plutôt virevoltant car son doigt rythme les tremolos de sa voix quasi indéfiniment, ce qui vaudra plus tard à Thierry une remarque toute en délicatesse ;-) Peut être que…non…je n’ose pas y penser…

Mes oreilles ont rendu les armes, elles vibrent comme de vieux GSM à intervalles plus ou moins réguliers, au gré de la gestuelle du boss de la soirée. A ce stade du concert, je me dis « il y a encore quelques titres que j’aimerais entendre » et mes voeux vont être exaucés. J’oublie peut être un ou deux titres dans cet article mais ces trois là je ne peux !!!

Les premières mesures de This woman’s work résonnent dans cet antre de chaleur humaine qu’est devenu le Casino de Paris…la voix de Maxwell s’élève et les femmes, pour qui cette chanson de Kate Bush est dédiée…ces femmes…toutes les femmes reprennent en choeur cette sublime chanson…la preuve…

La communion avec le public est totale…à genoux sur scène à effleurer les mains qui se tendent…Maxwell a définitivement conquis la salle !!!

sans-titre4Le second titre Til the cops come knockin’ va prendre une mesure inattendue en s’éternisant dans un long break où les musiciens font preuve de leurs talents respectifs et comme j’adore la chanson, ça ne me gêne pas ! L’ambiance est de plus en plus chaude et franchement on a pas envie que les keufs débarquent !!! ils le feront quand même… ;-) Je jette un oeil sur mon phone…presque une heure trente de concert…c’est peu et en même temps le temps semble suspendu et j’ai l’impression de l’écouter depuis des heures…

Le dernier titre va soulever une clameur dans la salle qui nous fait rire nerveusement mais surtout qui me ferait presque pleurer tellement elle est pleine de ferveur et d’amour ! Ascension (don’t ever wonder) Cette intro mortelle…cette voix qui démarre dans les aigus et redescend lentement pour démarrer ce qui va être un final d’enfer, avec des musiciens qui se lâchent, un Maxwell qui devient danseur et déclenche à nouveau l’hystérie par ses mouvements chaloupés et ses grands écarts à la James ! Allez…un extrait car elle a duré beaucoup plus longtemps que ça

Et puis il part après un final avec présentation des musiciens façon « au théâtre ce soir »…et il ne reviendra pas ! On est un peu déçus quand même de la durée assez courte mais il y a une salle pleine à craquer témoin du fait qu’il reviendra l’an prochain !! On y sera !!!

Petit coucou à Semia en sortant ;-) et on va boire un coup juste à côté (j’y aperçois Vanessa Demouy et des potes qui y dînent…mais si les pubs Aubade…les leçons…ça vous dit rien ???) et retour chez Thierry après avoir récupéré la voiture au parking non sans avoir été obligé de passer par l’entrée véhicules car j’avais laissé le ticket dans la voiture et donc j’avais pas le code pour entrer par la porte piétons ;-) -bon c’est un mini truc Alice ;-) -  Une chose encore…

Je comprends « un peu » l’ami Prince quand il interdit les portables à ses concerts car, en dehors des problèmes liés à l’image, c’est assez ridicule de rater tout un concert parce qu’on a le bras tendu à tenir son appareil…là c’était quand même plus de 50 % de la salle !!! Et c’est pas trés respectueux pour l’artiste ! (En même temps, ça me permet de vous mettre des vidéos mais bon…)

Voilà…encore une magnifique soirée…et la suite est alléchante car Maxwell prévoit un album pour 2010 et un pour 2011…que des bonnes nouvelles :-)

PS : On se fera contôler par les keufs à 50 mètres de chez Thierry…ils ont du me prendre pour un trafiquant dans ma belle voiture noire…voyez qu’ils ont fini par débarquer ;-)


Paris sera toujours Paris…(updated)

Mardi 13 octobre 2009

1254855520795Les fans le savent…mes amis le savent…donc pour ceux qui passeraient ici et ne le sauraient pas encore : PRINCE SERA CE 11 OCTOBRE A PARIS AU GRAND PALAIS !

Dit comme ça, ça peut paraître innocent, mais pour moi c’est forcément une annonce qui met automatiquement la boule au ventre car il FAUT que j’y sois ! Notre ami, après une semaine « emplettes » pour sa brunette (voir photos…) a décidé de jouer au Grand Palais après être tombé amoureux de l’endroit…c’est donc reparti pour la chasse aux billets !

1254997607937J’y emmène mes filles qui vont découvrir ce que peut représenter la folie d’un concert du Kid, avec sa part d’émotion, de groove, de « bouche ouverte » devant les solos et comme je serais donc avec deux « jeunes qui en veulent » j’espère bien être au pied de la scène !!!

Je suis également en course pour assister éventuellement au Grand Journal de Canal + le mercredi 14 octobre mais là je dois m’en remettre au sort qui me sera peut être propice…je croise les doigts !!!princefendi2

A suivre…

Vendredi 9 octobre 11h09…

Ca y est, après quelques tentatives avortées, les cieux se sont éclairés et j’ai eu la grande joie d’imprimer les confirmations de réservation (Merci Fauve d’avoir été au taquet…première servie en quelques secondes…). Je pars donc entre midi à Valenciennes pour retirer les « précieux » !!! A suivre…

img_02532

Dimanche 11 octobre 23h59…De retour et avant de vous narrer par le détail, écoutez d’abord ceci :

[audio:00-all-day.mp3]

Lundi 12 octobre 21 h45

Première chose…vous ne trouverez pas de photos ici !!! (hormis les photos « officielles » de l’A.F.P ! ) D’abord parce que l’on a été briefé plus qu’il ne le fallait sur le « Pas de photos…même avec les portables car ça fait flipper l’artiste !!! » Et » si on veut le garder en France faut pas le shooter » apparemment…à la place je mets donc une photo de…moi ;-)

p111009_1047Paris sera toujours Paris !!! On a beau dire…on a beau faire…débarquer à Paris pour le provincial que je suis conserve chaque fois son potentiel de découverte, de sentiment d’être dans un ailleurs rêvé tant de fois ! Savoir qu’on y vient pour voir un artiste admiré depuis vingt ans ajoute à ce sentiment. Parti trés tôt avec mes filles pour qui ce sera la « grande découverte », nous sommes arrivés comme prévu (!) à 10 heures 30. Direction le parking programmé de longue date (tu vois Alice j’avais tout prévu…), malgré le déploiement des forces militaires, policières zé gendarmesques qui font « leur fête » pour nous prouver qu’on peut dormir tranquilles !!! Quelques centaines de mètres et nous découvrons cette cathédrale de pierre, de verre et d’acier qui va servir d’écrin à l’artiste. Direction la seule entrée ouverte au public où une trentaine de fans piétine déjà, Schkopi Crew en tête. Premiers échanges sympas, distribution de « laminates » ! On part manger un petit truc et à 11 heures tapantes, retour à la file qui n’a pratiquement pas grossi et…début de l’attente.

Ce qu’il y a de bien avec les files d’attente des concerts de Prince c’est que tu as affaire à toute la gamme de fans, de celui qui l’a vu 30 fois depuis 25 ans qu’il est fan, à celle dont c’est « la première fois » et qui ne se doute pas encore de ce que peut représenter le déflorage princier !!! Pendant plus de 4 heures on va ainsi échanger avec cet « échantillon » ma foi très sympathique ! Je ne cite pas toutes les personnes vues, aperçues, cotoyées ce jour là car ça devient compliqué de ne pas oublier quelqu’un et j’aime pas… A 15 heures, premiers remous et premières frayeurs car ça pousse derrière et la fébrilité ambiante n’a fait que s’accentuer…on sent les gens « en manque » de Prince ! Sept ans quand même qu’il n’a pas foulé la terre de FRANCE !! La file, elle, n’a fait que s’allonger et remonte jusqu’au Pont Alexandre III…voire plus loin…! Les premières personnes s’extirpent du bouchon principal et s’élancent vers l’escalier d’accès, les vigiles gueulent, doivent avoir un peu la frousse du débordement mais gèrent quand même. On se dit qu’on a quand même de la chance et qu’on est payé de notre patience car on doit être dans la première centaine de personnes à passer ce qui gage d’un excellent placement. Tel un nouveau-né jaillissant brusquement du ventre de sa mère, j’arrive enfin à passer ce premier barrage et encadré de ma progéniture, nous filons vers un deuxième poste de filtrage ! Repos et break !!

Petit aparté : Je suis la malheureuse victime de ce qu’il est dorénavant convenu d’appeler les « trucs à la Didier » ! Cet aphorisme est l’oeuvre de ma chère amie niçoise et il définit des évènements qui n’arrivent qu’à moi et qui, en général, déclenchent stupeur puis franche rigolade ! J’avais tout prévu pour que cela n’arrive pas mais c’était sans compter sur ces espèces de distorsions de l’espace temps qui génèrent ces trucs. Tout allait donc bien mais… ! Je m’explique !! La veille de partir ils annoncent de la pluie ! Je me dis : t’as beau aimer Purple Rain, quand c’est sur ta gueule pendant 4 heures c’est moins purple, c’est surtout rain ! Comme je ne suis pas Dany BOON, je ne veux pas de wayka et j’achète pour quelques euros trois sublimes coupe-vent-pluie pour préserver notre santé ! Comme j’ai toujours trop chaud, au bout de 2 heures j’ai noué élégamment le mien autour de ma taille ! Quand ça a commencé à pousser je me suis retrouvé pris dans la nasse telle une daurade du Pacifique et j’ai glissé, plus que marché, vers l’entonnoir cerné de Men in Black…et c’est arrivé au deuxième poste frontière que : « MERDE…ma veste !!! » A cause de cette matière hautement imperméable mais également hautement synthétique, je n’ai pas senti les manches se dénouer et le vêtement glisser lamentablement pour finir sous les pieds de dizaines de fans princiers !!! Fort heureusement, elle n’avait pas de poches, donc vide, donc rien à foutre, je ne voulais pas perdre une place si chèrement payée tout ça pour retourner chercher un blouson !!!dsc00136

Petite halte donc pendant une demie heure à ce poste avancé sur le futur champ de la bataille qui s’annonce ! Un grand black qui fait bien un tronc de plus que moi me dit de ne pas s’énerver et qu’il y aura de la place pour tout l’monde ! Je lui dis (courageusement…) qu’il ne peut pas comprendre !!! Il me répond, souriant, « Ce serait un match de foot je comprendrais !!! » Quand je vous dis qu’il pouvait pas comprendre…Le sarrasin nous laisse alors pénétrer au pas de charge par l’immense porte d’entrée…fouille rapide mais efficace…contrôle des billets…contournement du bloc gradins car je « sens » qu’il faut aller tout droit…je découvre la scène et fonce avec Justine aux basques de Fauve qui a 20 mètres d’avance et mes yeux grossissent au fur et à mesure de l’approche finale car on se retrouve au pied de la scène…au pied du micro…mes filles au deuxième rang et moi en troisième épaisseur comme disent les turfistes !!! C’est un miracle…mon souhait se réalise. On se « plante » et on ne bougera plus jusqu’à 19 heures !!!

p111009_1052L’attente est encore longue…très longue…les sons qui passent sont trés agréables…James Brown, Yvonne Fair, Curtis Mayfield, etc…et même DAG ! Brusquement une grande clameur s’élève…il arrive…passe sur le côté de la scène…j’ai juste le temps de voir qu’il est habillé tout de noir avec des empiècements blancs sur la veste ! Puis la musique s’arrête…je pince les filles…attention ça va commencer ! Le « tonnerre grondant » emplit la salle, un gigantesque cri sort des milliers de poitrines réunies dans ce lieu surrréaliste, Morris Hayes fait son apparition et le gimmick de la soirée s’élève dans une salle qu’on sent chauffée à blanc : « All day ! All night ! U can be my baby, I’ll make U feel alright » …Le trio de « poumons », Shelby Johnson, Elisa Fiorillo et Liv Warfield, fait à son tour son apparition, puis les « époux du beat », Josh et Cora Dunham et enfin Sa majesté fait son entrée…il va enchaîner tel un stakhanoviste du hit : 1999, I feel for you, Controversy, Sexy dancer/Le Freak, Why you wanna treat me so bad (Aaaaaargh….), Take me with U, Anotherloverholenyohead, Guitar et Raspberry beret ! Tout le monde est sur le cul même si la plupart, lui en premier, se rend compte que le son est…pourri ! Il va même vanner l’ingé son qui fait mal son boulot car aucun son ne sort de l’harmonica de Fred YONNET sensé balancer un solo d’enfer…le pauvre finit au micro de Prince à se péter la carotide pour sortir un son ! En même temps c’était à prévoir…
Puis le groupe se barre…et Prince nous gratifie d’un petit set acoustique, seul, à la gratte qu’il a échangé plus tôt suite à un pétage de corde. Vont suivre : Girl (ouchhhh !) mâtiné de All day All night, I could never take the place of your man, The 1 you wanna C et Sometimes it snows in april ! L’instant est plutôt magique…imaginez « Girl » en live, dans une version toute en retenue…la lumière est magnifique…tous comptes faits c’est pas si mal ce concert « lumière du jour » (au passage, il se moquera de lui même et de sa phrase fétiche sur les lumières qu’il faut braquer sur lui, en regardant vers le ciel avec une mimique genre « Ca sert à rien ! ») Le chant préliminaire est prémonitoire puisqu’il reprend ce titre écrit pour Jill JONES, « All day All night » et il prend (peut être) conscience que le public français non seulement lui est fidèle mais qu’en plus il est « créateur » !!! Puis le groupe réintègre the stage, s’enrichit d’un clavier, Cassandra O’Neal, et entame une partie du concert très funky qui met l’assemblée en transe avec : Mountains (je meurs…) additionné de Shake your body (to the ground)(!!!), Everyday people, I want to take you higher, Long train runnin, Play that funky music, What have you done to me lately et Partyman !!! A ce stade je n’ai plus de voix…mes bras pèsent deux tonnes chacun mais bizarrement je n’ai plus mal aux jambes…elles sont comme anesthésiées ! Lui continue à virevolter sur scène, il est très en forme, il est très très beau y’a pas à dire…demandez aux filles…et à presque une heure de concert, moi je dis qu’on en a eu pour notre argent !!! A l’occasion de ce passage groovesque, une quinzaine de personnes sont montées sur scène pour l’entourer et danser ! Malheureusement force est de constater qu’ils étaient nuls en danse à part une jeune femme à lunettes ! Par contre y’avait une grande dinde qu’avait envie de « j’sais pas quoi » car elle s’est mise à genoux devant lui avant de quitter la scène manu militari presque ! Quand je pense qu’il y avait DEUX spécialistes de la danse dans la salle…En parlant de danse, l’hommage à Jackson a bien lieu avec Shake your body…mais les mimiques du Kid me semblent « limite moqueuses » du fait qu’il laisse à Elisa le soin de chanter le titre et qu’il va et vient sur scène genre « Dépêchez-vous…j’ai pas q’ça à faire… » Bref…
imageThank U & Good Night ! Je n’y crois guère car il nous a fait le tour à Montreux et effectivement après quelques minutes insoutenables quand même car je commence à douter, ils réapparaissent et là pendant 15 minutes…je plane : Uptown, Let’s work et Cool !!! le Grand Palais est devenu un chaudron bouillonnant et brusquement il s’arrête : « So many Hits… » minaude t-il avec des mimiques dont il a le secret..et après quelques propositions, il balance l’intro de Kiss puis All the critics love U in…Paris/Housequake et All day All night tout ça mélangé dans un shaker et servi sur fans pilés pour un cocktail détonant !!! Et il se casse !!! J’essaie de le suivre à m’en décrocher les cervicales et aperçoit…hoooouuuuuu ! BRIA…et sa lotusflower dans les cheveux !!! « Vindieu ti…qué feume » comme on dit din ch’Nord ! Elle est toute mince et elle est très belle…loin de l’image de pouliche de concours qu’elle donne à ses côtés…On me tape brusquement sur l’épaule et Thierry « mon frère de son » parvient à me retrouver dans la foule…on papote sur le concert et d’un coup un mouvement de foule nous fait croire à un nouveau retour…mais on n’y croit plus ! Puis j’aperçois sa brune longer la coursive d’une allure très féline et revenir s’asseoir dans sa mini loge et je commence à y croire…surtout que je le vois revenir…que je LES vois revenir et c’est parti pour Cream et U got the look ! Je suis tellement heureux de ma soirée et de ce retour inespéré que je passe volontiers sur le dernier titre que je n’ai jamais aimé !!! Le concert est alors terminé et il faut se résigner à sortir…à se dire que dans 3 heures il recommence et qu’on n’y sera pas…mais il faut savourer son plaisir et se dire que ce que l’on vient de vivre était grandiose, même si pour moi, c’est en dessous de Montreux ! Je me mets à la place de mes filles qui connaissaient quasiment tous les titres du concert et qui sont aux anges ! Retour dans le Nord sans encombres…plus de truc « à la Didier »…on a plus de jambes…les oreilles qui sifflent…mais on est heureux…heureux….

Prince à Montreux : VENI…VIDI…VICI !!!

Lundi 20 juillet 2009

2009-07-19t123146z_01_btre56i0yt800_rtroptp_2_entertainment-us-montreux-prince-dmn350

Premier Set

Second set

Ce sont les trois mots qui me viennent à l’esprit maintenant que la pression est retombée…sauf qu’un pronom personnel détone dans le dicton : JE suis venu…J‘ai vu…mais IL m’a vaincu ! Mais reprenons les choses telles qu’elles ont commencé…

Descendu la veille chez mon frère du côté de Montbéliard (Merci Patrice…Merci Florence…) j’étais frais et dispos samedi 18 juillet pour entamer mon périple, si minime soit-il, vers le Saint des Saints ! Conciliabules matinaux avec mon frère pour l’itinéraire évitant le péage annuel (des p’tits malins les suisses…), réglage de l’oncle Tom Tom et me voilà parti à 9 heures…sans carte d’identité !!!

« Quoi ??? t’as pas de carte d’identité ??? » me dit mon frère,

« ouh là tu sais qu’ils peuvent t’empêcher de rentrer !!! »

« M’en fous, quitte à passer par les alpages, je rentrerais en Suisse ! ».

Mais la pluie battante qui s’abat sur le canton de Vaud réfrène les ardeurs toutes relatives des douaniers suisses qui me font signe de passer allègrement et je leur adresse mon sourire le plus angélique…Tout ça pour arriver vers midi trente à Montreux ! Découverte du paysage…le lac Leman…les montagnes…les vignobles…le fric…et miracle, il arrête presque de pleuvoir. Première difficulté : trouver à se garer ! Mon choix se portera sur « Le Parking de la Gare » (j’y reviendrais :-) …) Je sors du parking, avec mon pépin quand même, et me dirige vers l’Auditorium Stravinski que je viens de dépasser quelques minutes auparavant. Je téléphone à Alice de Nice

« T’es où ? »,

« A Aoste ! »,

« Comment ça à Aoste…t’es pas à Montreux ? »,

« Bein non quelle idée…j’arrive aujourd’hui ! »,

« Ah… ! je croyais ! »

Bref !!!

Je passe devant le lieu des futurs forfaits où une gigantesque affiche annonce la venue du Prince et me dirige derrière l’Auditorium car j’entends de la musique et parce que je sens l’odeur du kebab !!! En effet, j’ai faim !!! et comme je sais que ce soir je n’arriverais pas à manger (dans ces cas là mon estomac est réfractaire…) je suis les stands à l’odeur…afin d’en repérer un qui satisfasse mon palais délicat ! Je jette mon dévolu sur une marchande de hamburgers (pas sur la marchande…) et lui soutire deux énormes « classics » que j’aurais le plus grand mal à dévorer ! Essayez de manger deux hamburgers en tenant un parapluie et en écoutant un groupe de jeunes jazzmen ma foi forts sympathiques et très entraînants !! Il est 15 heures…je passe par le Tropical où il n’y a déjà plus personne, je file donc vers l’Auditorium en me disant « je vais aller faire la queue avec les autres » ! Mais j’oublie…j’ai dit à Alice, son mari Stéphane et à Stéphanie que je les attendais devant la salle !!! Qu’à cela ne tienne, je ne ferais pas faux bond à mes amis et je me mets à poireauter…

« You sell tickets…You search tickets ! » Non, ce n’est pas le nom d’un nouveau titre princier ou le cri de guerre du schkopiteux en rut, mais pendant une heure, cette phrase va rythmer mon attente. En effet, des petits malins jouant d’abord les ingénus « cherchant », soit disant, des tickets, dévoilent bien vite leurs vrais visages de camelots à la manque cherchant à se faire du fric sur le pèlerin un peu niais qui va se laisser tenter. Je dois dire que dans leur genre ils sont pas mal et ils cherchent absolument à me racheter les miens ! « C’est ça, tu sais l’effet que ça fait un parapluie ouvert dans le c… ». Dans ces cas là, faut pas le chercher le corbac, ou il rejoue les oiseaux d’Hitchcock !!! Ils en seront pour leurs frais à brader des tickets en fin de soirée…

Le premier visage connu et toujours sympathique est celui de Laurent « Calhoun » avec qui je bavarde quelques minutes, puis je repère Chak qui, lui, doit me repérer à mon joli tee-shirt estampillé « princepassion » ;-) Arrive LaRouge, toujours aussi détachée, relax et M!les dont je fais la connaissance et avec qui je discute un bout de temps…et toujours pas de Niçoise…encore à se maquiller certainement…

Je croise d’autres schkopiteux mais je ne connais pas tout l’monde…je reconnais quand même Vincent2Paris ;-) qui, comme d’hab, n’est jamais à une boutade près, accompagné de Nicolas…l’autre Nicolas…celui que je confondais avec l’autre Nicolas…Bref ! Heureusement que je rencontre V2P d’ailleurs car il m’informe d’un scoop : le tir du feu d’artifice de 22 h 30 sur le lac avec éclatade de lovesymbol dans les cieux alpins ;-)…Tout ce petit monde est cool…ne semble pas fébrile mais je m’y connais en nature humaine, je sais que chacun a une petite boulette dans le ventre qui commence à naître car l’heure approche. Bon ! Alice ! t’es où ??? « J’arrive…je prends le bus ?!? » Ma niçoise débarque enfin (oui…c’est MA niçoise..) et on ne perd pas de temps pour aller grossir la file qui doucement se crée derrière les barrières ! Tu fais quoi de ton pépin ??? Ah oui c’est vrai…direction le vestiaire où on rigole bien car le mec plutôt que de me donner un ticket de consigne me rend mon parapluie !!! Passage des portiques…vérification des tickets…fouille…attente…ouverture des portes…course intelligente vers le coin gauche de la scène et waiting…il est 18 h 00…!1st Set

Après avoir enduré plus d’une heure de fado (j’en peux plus…), les facéties des éclairagistes, les lumières se baissent enfin et la voix, décidément un peu nasillarde par instants, s’élève et présente un trio que l’on connaît déjà mais qu’on fait mine de découvrir…John BLACKWELL à la batterie…Rhonda SMITH à la basse…Renato NETO aux claviers et synthés…et My name is…prince2m

Commencent alors à planer quelques notes orientalisantes avant les premières mesures de « When Eye lay my hands on U » ! Je SAIS, à cet instant, que je vais vivre une grande soirée. Le quatuor tisse une toile sonore qui va emprisonner les 3 500 insectes insignifiants installés dans la salle. Prince semble en grande forme, plus beau que jamais, coupe façon NewPowerSoul, costard rouge, guitare déjà chauffée à blanc, il fait de ce titre, obscure balade héritée de l’époque NPGMusic Club, une bulle de sensualité violente qu’il laisse finalement éclater sur les premières notes de « Little Red Corvette » ! Je ne l’ai jamais entendu jouer ce titre de cette manière, avec cette espèce de gravité qui donne le frisson, celui que je ressens depuis le démarrage du set, celui qui démarre à la base du cou et qui se propage au reste de votre corps pour finir par embuer les yeux…et ses « slow down » sur fond de clapclap m’achèvent…

Il embraye sur « Somewhere here on Earth » ! C’était déjà un de mes titres préférés de Planet Earth et là, sa voix semble encore plus limpide même si je prise peu ses trémolos. Renato est fidèle à lui-même et le duel entre les deux hommes sera continuel…il y a certainement une grande complicité entre ces deux là et beaucoup de respect, un peu comme avec Leeds et Sheila…mais cette voix…cette voix ! La première « giflette » personnelle arrive avec « When the lights go down »…c’est pas possible…je ne peux y croire ! Un titre d’un disque oublié de la majorité des fans…je zieute Alice qui, comme moi, ne semble pas en revenir de ce qu’il aligne…la guitare s’échevèle en solos santaniens…j’aimerais que « Maîtresse Rhonda » joue avec moi comme elle joue avec sa basse et John, pour une fois, cogne ses fûts avec une délicatesse inusitée…Renato lui nous entraîne vers un « Willing & Able » qui va permettre au Kid de jouer un peu avec nous au « tennis vocal » entre le côté cour et le côté jardin ! Et là…je n’en crois pas mes oreilles de romantique invétéré…peut pas me faire ça…cet album tant décrié et pour moi si important car il y a tant de titres où sa voix est si belle…« I love U but I don’t trust U anymore » emmène Montreux sur un nuage avec peut être l’intention de l’y laisser…mais NON ! Le ceprin ne veut pas d’une cohorte de marchands de sable et se charge de nous faire redescendre vite fait bien fait et de quelle manière. Il attaque un « Spoke to me » (j’y crois plus à cette set-list…je suis en train de me liquéfier sur place) qui donne des rougeurs à mon autre joue. Renato est virevoltant, Prince lui répond par banderilles scintillantes et le public assiste, médusé, à l’empoignade, aux impros jazzy !!! Aaaaaaaaah le mot est lâché !!! Prince a-t-il fait du jazz ? On s’en tape ! Il y a belle lurette que le Festival de Montreux n’est plus 100 % jazz ! Une preuve ??? Programmation 2009, entre autres bien sûr ;-) : Steely Dan, Lily ALLEN, Alice COOPER, Wycleef Jean, Third world, Ray PARKER, Status Quo, Kool & the Gang, etc…etc… allez fermons la parenthèse ! Revenons à cet échange musical entre deux artistes surdoués soudain relayé par les entrechats manuels du cogneur de service ! Ah ! Enfin un titre de Lotusflow3r, « Love like jazz »  malheureusement pas celui que j’attendais mais bon, ça permet de se calmer un peu après ce qui vient de se passer et c’est ma foi fort agréable. Prince se lâche un peu à la gratte et embraye sur une reprise d’un titre de sa brunette « All this love » et comme d’hab il réussit à faire d’un titre moyen écrit pour sa dulcinée ( ?) une merveille de groove qui lui permet de nous faire participer…mais, également, de me faire passer l’envie d’être le jouet de Rhonda…

Je ne sais pas encore que la tuerie de la soirée va arriver car il nous dit Bonne nuit ! Aaaargh !! Non !!! Mais non…il revient et entonne « Empty room »…alors…j’avais un peu de mal au début avec ce titre…le trouvant un peu trop « larmoyant » puis à force d’écoutes, j’ai découvert la puissance de ce morceau et les potentialités d’en faire…presque un hymne ! Le 18 juillet 2009…il est quoi…20 h 15…et les cieux s’ouvrent pour laisser monter cette ode à la musique…le solo en devient distordu tout de rage dévoilée, presque faux par instants et nous sommes tous abasourdis. Je ne regarde pas Alice, ni Stéphanie car j’ai trop peur de craquer. Et comme seul Prince en est capable…après ce diamant brut taillé sous nos yeux, il nous balance la daube à 2 balles écrite pour sa mucho caliente…« Elixer » ce qui permet à Alice de me sortir une vanne ma foi, de bon aloi… « He licks her »…sacrée Alice !prince6

Bon faut bien qu’il se repose aussi ! Passons vite. La suite remonte bien vite le niveau « In a large room with no lights » car même si le titre ne me transporte pas, les trois dernières minutes sont à couper le souffle !!! On le croit à nouveau parti…un peu déçu par la durée si courte mais tellement ébloui par la densité de cette heure passée, mais non, il lui reste le carré à abattre, comme au poker, et quel carré, le carré du séducteur, le carré du « Who wants to B in my bed tonight ?», et les nommés sont « Insatiable », « Scandalous », « The beautiful ones » et « Nothing compares to U » ! Que dire ? pas de perf musicale mais LA perf vocale de la soirée ! Et moi…désolé mais Scandalous y m’retourne toujours…pas la peine de nous dicter Prince…et la voix a presque toujours 20 ans…les dernières minutes sont proprement magiques et il s’en va…

Passé cette mandale sonore, je me dis : « Ouh Ouh…t’as un deuxième ticket !!! Tends l’autre joue mon gaillard !!!» On sort tranquillement en se demandant comment tout ça va être géré, entre les 1st set, les two sets, les 2nd set…je croise Raphy qui est retombé en enfance et me saute au cou…ça va je suis pas le seul à avoir apprécié le concert ! La gestion va être…disons le…catastrophique…mais bon, je dirais que ça me passe au dessus de la tête ! Dans le no man’s land où on nous a parqués avec Stéphanie, je retrouve Vincent et plein d’autres, Flokhan, Jonathan, Reflection (le ch’ti exilé…) et d’autres (pardonnez mon manque de mémoire, la prochaine fois je prendrais des notes…) Tous sont sur le cul et ont une seule hantise je crois…un second set identique ! Après nombre d’allées et venues avec Stéphanie car nous avons perdu Alice et Stéphane, nous finissons par nous retrouver tous les quatre assis par terre dans l’auditorium à essayer de digérer ce que l’on vient de vivre et à extrapoler sur la suite. Je retrouve LaRouge qui m’avoue avoir été scotchée par ce premier concert ! Le carnet à spirales est déjà chaud bouillant et quand on voit ce que ça donne : RESPECT ! Je salue également Olivier (TB1) et Alice essaie de retrouver Christophe, que j’avais croisé à Nice et que j’ai vu aussi dans l’après midi avec David, un autre « fanmeetingueur » niçois ! Il n’a pas fait le premier concert le bougre et se prépare, sans le savoir, à une gifle monumentale ! On est moins bien placés qu’au premier concert mais on se rabattra sur les bigscreen et le kiff va être monumental, mais on ne le sait pas encore !!! Stéphanie…réveille toi…ah, tu dors pas ;-)…Il est minuit Docteur Prince !!! 2nd Set

Timing quasi respecté cette fois et à nouveau présentation des musiciens avec quelques variantes dans la formulation…gage d’un autre show ?? Aïe…les premières mesure de « When Eye lay my hands on U » résonnent à nouveau dans l’auditorium Stravinski et je lance une moue dubitative à Alice qui doit penser la même chose que moi : « C’est mal barré ! »…Les cris de joie des nouveaux spectateurs se mêlent aux quelques sifflets de ceux qui se disent qu’il va faire le même show ! La version est un peu plus longue, un peu plus électrique et pêchue, un peu plus âpre aussi…le signe d’une suite qui va nous changer ?? fin de titre…j’attends les premières mesures de Little…et ô surprise il balance…euh…bein un truc que je connais pas !!! Je sais aujourd’hui qu’il s’agit de « Stratus » de Billy Cobham, ex batteur de Miles Davis et du Mahavishnu Orchestra qui a bercé mes premiers mois de service militaire ! Je connais pas mais ça déménage sévère, Morris Hayes s’est déjà réinstallé et là, je sais qu’on part pour autre chose. L’auditorium aussi qui retient son souffle sur le solo purement stratosphérique que le sieur dispense, Renato prend le relais pour un passage psychédélique avant que Blackwell ne fasse à nouveau montre de toute sa maestria, je le suis sur l’écran géant, ce mec est un monstre ! et le riff repart de plus belle avec un Prince qui nous interpelle pour des « Oh Oh » prémisses d’un « All shook up » qui doit donner des « suaires » froides au vieil Elvis, les solis se succèdent à vitesse grand V et Montreux arrive à la rescousse ! La suite me crucifie sur place car les accords distordus qui arrivent balance le titre qui me rappelle que longtemps je n’ai écouté que du rock…avant de le connaître quoi ! « Peach » A ce moment là du concert, je me dis il peut reprendre le premier…m’en fous…j’ai mon compte ! Et il demande si on aime…pfff ! Sacré Prince ! Nos cris de rameur biélorusse le rassurent je crois car la version s’éternise ;-) Le public ne s’y trompe pas d’ailleurs et laisse éclater son kiff !

prince7La suite est un pur bonheur…que dis-je…retire ces mots tout de suite Didier…la suite est un shoot d’adrénaline pure à 100 % et pas coupée…trois minutes interstellaires qui ont du me mettre la bave aux lèvres et surtout me font devenir mauvais lorsque je lis « quelque part » des inepties aussi profondes que « ces concerts c’est du foutage de gueule »…c’est surtout qu’il y a des claques dans la gueule qui se perdent car à ce stade de débilité profonde c’est tout ce que ça mérite (ouah ça fait du bien…) « Spanish Castle Magic » car il s’agit de ce titre (Jimi Hendrix bien sûr…) renvoie tous les dubitatifs du génie princier à leurs chères études et les assidus du comparatif avec le Roi de la Pop à leurs chères études…aussi ! Le solo est meurtrier…assassin…Prince est habité par le fantôme de Jimi…possédé l’espace de deux minutes…et il nous laisse groggy !!! et le rock règne en maître ce soir car la suite n’est autre que « When you were mine » dans une version très guillerette qui permet à chacun de retrouver la banane après le coup de batte qu’on vient de prendre ! A ce stade là, personnellement j’ai oublié depuis longtemps le fric dépensé…les kilomètres depuis le pays ch’timi…le coup de fatigue qui va venir après certainement et surtout j’essaie d’oublier le manque qui va indubitablement s’installer quand tout CA va être terminé !!! Il le sait peut être car il reprend alors une partie de la première set-list…histoire de nous calmer ou comme m’a dit Alice, pour monter un beau DVD ;-) Vont suivre « Little Red Corvette », « Somewhere here on Earth », « Spoke to me », « I love U but I don’t trust U anymore » et « Love like jazz » dans des versions relativement similaires, les techniciens en musicologie y verront certes des différences, mais je ne suis pas musicologue, je ne suis qu’un homme ;-) Quelques minutes plus tard, je vais me demander si j’en suis encore un par contre…les premières notes sont reconnaissables entre des milliers, il l’a tellement joué celle là, normal vu le titre, chaque ville y a droit « All the critics love U in…Montreux » ce que je ne sais pas (encore) c’est qu’il va la mixer avec des nuages de « Housequake » et qu’au fil des secondes, cette perf va s’installer comme un must qui risque d’être resservi dans nombre de débats…je suis halluciné…incapable de jumper…si…mon estomac jumpe lui…je sens les regards de mes amis mais ils doivent se dire que je ressemble à un échappé de Saint Anne gavé d’anxiolytiques et me laissent planer !!! et ça dure…ça dure…ça n’en finit plus tellement c’est bon…je tape des mains comme un zombie et lui chante ses solos comme s’il était 20 heures et qu’il démarrait son set…dix minutes de folie pure…dix minutes d’orgasme musical…Stravinski a écrit L’Oiseau de Feu et Prince lui écrit son nom en lettres de feu dans cet auditorium entièrement dévasté par ce qu’il vient de vivre !!!

Comment le laisser partir après ça ??? Heureusement les nouveaux disciples de Raël ;-) se chargent de le rappeler à nous à coup de « Ahoum » (c’est nouveau ça…) et effectivement il revient nous balancer à nouveau le titre offert quelques jours auparavant sur le site officiel du Festival « In a large room with no lights » avec toujours son final sous acide qui me ravit et là surprise, Prince qui avait déserté la scène, revient s’installe dans un coin…au pied des enceintes et nous balance un solo habité au possible…ce mec est vraiment unique ! Ca fait l’ombre d’aucun doute !! Le public est littéralement hypnotisé avec Renato en plus qui part en vrille…huit minutes de magie cette fois !!!

Fallait il le faire ? Sujet de philo pour le bac 2010 J Bein ouais…il le fallait…impossible de ne pas la faire…entendue des centaines de fois mais chaque fois différente…ça finit par relever du surnaturel « Purple Rain » l’hymne de milliers de fans et des autres…le commun des mortels qui me chante Purple Rain quand je leur parle de Prince (en général ça suit ou ça précède Kiss…) ! Cette fois ci la version est classique mais empreinte d’une espèce de solennité qui lui rend un peu la puissance de la version du film…cette presque dernière demi-heure est gravée dans ma chair à jamais car elle représente à elle seule l’essence de ce que cet homme m’apporte…le groove…la magie…et l’amour !prince8

Il faut partir !! La sortie sera lente car on est tous fatigués…il est tard et certains commencent déjà à parler d’after au Jazz Café ! Stéphanie retrouve son sac et son chauffeur, bisous bisous, ravi de t’avoir retrouvée pour ces moments magiques, Stéphane part chercher la batmobile d’Alice avec qui je dévore un paquet de biscuits en attendant ! En parlant de biscuits…j’ai ramené quelques friandises du Nord à Alice car on lui a volé mon dernier envoi (oui…je tiens à ce que tout l’monde sache…) et je décide donc de les emmener à ma voiture pour leur donner. Le problème c’est que j’ai oublié où est le parking !!! C’est ce qu’on appelle un truc « à la Didier »…en même temps ça met du piment car avec moi y’a toujours un souvenir qui met la banane…après coup…parce que ce soir là, mes amis sont morts de fatigue et je pense qu’ils apprécient moyen le coup que je leur fais ! J’ai oublié de dire qu’on est allé au Jazz Café…trop de monde…pas sûrs que Prince vienne…trop de babaches bouré(e)s…donc on a décidé de repartir. Je dis à Stéphane : « Facile on va refaire le parcours que j’ai fait ce matin et on va retrouver mon parking ! » Et effectivement, on va le retrouver et je me rends compte qu’il est situé sur une rue parallèle à la rue principale…

Voilà pour l’anecdote…je deale ma cargaison à ma niçoise…smac…smac…et me voilà reparti…il est 4 heures du matin et j’ai trois heures de route jusque chez mon frère. Alice aura beau m’appeler pour me dire que Prince est finalement au Jazz Café, il est trop tard et je reprends la route ! En fin de compte il a pas joué !!!

A 5 heures 30, je me fais contrôler par la Polizeï !

« Bonsoir Monsieur, coupez votre moteur, Papiers du véhicule ! »

J’obtempère !

« Vous revenez d’où comme ça ? »

« De Montreux…du Festival ! »

« Ah…z’êtes allé voir Prince ! » (j’en crois pas mes oreilles…)

« Oui ! »

« C’était bien ? »

« Très…inoubliable ! »

« Avez-vous consommé de l’alcool ? »

« Non ! »

« Des produits stupéfiants ? »

« Encore moins…juste du coca ! » (j’aurais bien dit PRINCE mais il l’aurait peut être mal pris…)

« Attention…le coca ça excite ! »

« Justement c’est pour éviter de m’endormir ! »

« Bon allez…soyez prudents Monsieur…il est tard ! »

« Merci…au revoir ! »

Sympas ces flics suisses ! Mais il a raison…je fais les derniers kilomètres au radar…le pied devient lourd sur la pédale mais il faut croire que j’ai une bonne étoile et à 7 h un quart, après quelques mots avec Pat et Flo, je m’écroule dans mon lit d’où je n’émergerais qu’à 14 heures. Et retour din ch’Nord en fin d’après-midi !

La rumeur courrait d’un possible Olympia et il semble que les négociations se poursuivent…une chose est sûre…si ça se fait j’y retourne et cette fois, quitte à faire le pied de grue toute la journée devant les portes, JE SERAIS AU PIED DE LA SCENE !!!

PS : les liens des shows orientent vers des fichiers « bruts »…je pense que dans les jours à venir nous aurons des choses beaucoup plus abouties ;-)

Re PS : Je salue ici publiquement « Lex » du forum schkopi à qui j’ai « piqué » ces magnifiques photos pour illustrer mon propos. Thanks Man !!

Didier à MONTREUX ! (updated…avec nouveau titre…)

Lundi 13 juillet 2009

4 juillet 2009.

Plus fort que les « Aventures de Tom Sawyer »…plus sexy que « Martine en voyage »…plus excitant que « Oui-Oui voit du pays »…c’est Didier à Montreux…et c’est pour le 18 juillet, soit dans exactement quinze jours !!! Comme d’habitude ça s’est fait « à la Didier » !!! C’est à dire avec beaucoup de rebondissements. D’abord les annonces…début mai, on commence à parler de Prince à Montreux pour trois concerts…on parle de trois groupes différents, un peu ce qu’il a fait il y a pas longtemps à los Angeles, on parle aussi de plus gros cachet de l’histoire du Festival puisqu’il s’agit bien de cela  : Le Festival de Jazz de Montreux ! Mais comme avec sa seigneurie, on sait qu’une rumeur vaut autant qu’une « merda de can » je laisse passer les jours. Malgré tout, au fil du temps, les choses se confirment de plus en plus même si les infos changent régulièrement…on passe fin juin à UN seul concert à un prix dérisoire : 65 euros ! (au moins ça avait le mérite de couper court aux sombres calculs d’apothicaire…1 ticket pour 3 concerts ?? 3 tickets pour 3 concerts ?? 3 tickets pour 1 concert -non…ça, ça veut rien dire) .

photoartiste_17575603072009Mais foin de tout cela, le 2 juillet la nouvelle tombe sur le telescripteur de Pierre Tchernia qui s’était endormi sur une vieille bobine des Gaspards : PRINCE à MONTREUX pour deux concerts le 18 juillet à 19 heures et à 24 heures…prix des billets identiques pour chaque concert 130 euros en fosse, 320 euros assis au balcon. Tout de suite je me dis…déjà…t’auras pas le cul sur le velours parce que 640 euros pour être assis à 100 mètres de la scène, ça m’f'rait mal aux seins !!! En plus si c’est pour finir debout….Donc je fais un calcul rapide…2 x 130 euros + le trajet…ouais, ça fait chérot. La nuit passe et ce matin, je me dis non…faut attendre qu’il vienne en France ça te coûtera moins cher…après tout on va pas subir ses caprices tout le temps ! Puis dans la matinée, je me dis : Avec la disparition de « Maïqueulle », on se rend compte qu’on est peu de choses et c’est valable pour Prince mais aussi pour moi, on ne vit qu’un fois Merde…je vous dis pas à 13 heures j’étais déjà sur mon ordi…page ticketcorner ouverte…avec Juju en « Reservation’s doublette » pour pécho des tickets ! Et on attend…

Je suis briefé à distance par « La Niçoise » (Mémère pour les intimes…) qui est pleine de ressources la bougresse…et miracle je démarre ma première réservation de billet : Concert 1…tout va bien…merde faut créer un compte, j’aurais du y penser avant…patati patata…envoi du paiement et là ?!? Samsperlizpopette !!! « Vous n’avez pas souscrit à l’option authentification des paiements sécurisés sur internet auprès de votre établissement bancaire » ! Qu’est-ce que c’est que cette merde ?? Je file sur le site de « $!§X* (ù%-:/ pour activer cette fonctionnalité (pas vu…) et hop, retour sur ticket corner et là : PLUS DE BILLETS !!! J’ai envie de pleurer …de rage hein…j’suis pas une chochotte ! C’est fini, plus de billets, ni pour le premier ni pour le second concert ! Et je meurs. Je m’épanche en lamentations contre cette banque de m…. qui m’a fait perdre plusieurs minutes précieuses dans ces cas d’extrême urgence. Mais au moment où je crie mon desespoir jusquezaux tréfonds des Alpes Maritimes, bingo ! des places sont à nouveau disponibles pour le second concert !!! Dans ma précipitation, je tape 2 billets et me retrouve comme un zombie à poursuivre la procédure jusqu’à l’impression des tickets et là je me dis : T’es vraiment une buse !!! Tu fais quoi avec deux tickets pour le second et rien pour le premier ! Bon, finalement je me dsans-titre-1is je trouverais bien à l’échanger avec un zyg qui a deux tickets pour le premier. Rapport à Mémère qui elle, a déjà fait le plein, la finaude : 2 + 2 ! et au même moment ils remettent des places pour le premier, j’embraye à nouveau comme un malade et peux enfin, au bout de quelques instants, pousser ce cri ultime et libérateur (dit aussi « cri d’bûcheron…) synonyme de : « Ca y est j’ai mes billets pour les 2 concerts et ça va être génial«   Car je pressens qu’il fera deux concerts différents, je refuse de croire qu’il imagine une seule seconde que la plupart des fans n’auront pas pris DEUX tickets !!!

Bon maintenant faut organiser tout ça…Préparation physique (régime basse calorie pour atteindre le poids de forme idéal)…Préparation mentale (révision des concerts précédents pour extrapoler une set-list plausible)…Préparation logistique (calculs d’itinéraires et hypothèses d’impondérables) je vous raconte tout ça dans les jours à venir…

13 juillet 2009.

Ca a commencé par la logistique…après de sombres échafaudages de plans passant par Paris pour déposer mes filles qui pa0-f68c7e__385x290rtent en vacance, je me suis rendu compte que ça risquait d’être juste et là !!! MERCI chère belle soeur de m’avoir rappelé que vous habitiez à deux heures trente de Montreux ! Je vais donc partir la veille…aller les saouler un peu avec

« il va certainement jouer ceci… »,

« il va faire deux concerts différents » (avec force détails sur les différences de jeux en fonction des musiciens qui l’accompagneraient »

et eux : « P…. quand est-ce qu’y va s’coucher… »

Rassurez -vous ^_^ je vais me coucher tôt…pour me lever tôt…pour arriver tôt « dans la place ». Je dois d’abord y retrouver « ma grande amie » Alice, ainsi que Stéphanie et après, retrouver certainement le reste de la communauté française qui se déplace, pour aller faire le pied de grue là ——->

Pour le reste de la préparation qu’elle soit physique ou mentale, je me dis deux choses 1) Ca va être fatiguant…mais je crois qu’en ce moment j’abattrais des montagnes…suisses ou autres ;-) et 2) il peut jouer ce qu’ilveut…je prends !!! Ca fait quasi 7 ans quand même que je l’ai pas vu et comme c’était la première fois, ces deux concerts vont être une expérience assez marquante et je risque de vous en parler longtemps…

15 juillet 2009.

Grâce à « LaRouge »…toujours à la pointe de l’actu :

« In a large with no light » New version

Mamma Mia…je sens que ça va être bon !!!