Découvrez mes passions au quotidien

Résultat pour le mot-clef : Gréements de Fortune

Captain George et les Gréements…

Vendredi 12 septembre 2008

Depuis le temps que mon cher ami Thierry (Junior pour les intimes) me vantait la qualité des Gréements de Fortune et après avoir écouté une bonne centaine de fois leur album « MUSIC », j’ai dit banco ! Je savais qu’ils faisaient la première partie du vieux George…CLINTON…comment résister au vieux clebs…au pape du P.Funk…so…tickets and go ahead man ! C’était le 27 août dernier…oui je suis un peu à la ramasse question actualité mais changement de job oblige, j’ai peu de temps à l’heure actuelle…dans quelques mois je serais « installé », ça ira mieux ! C’était donc…au Bataclan, à Paris et je me souviendrais au moins d’une chose…la prochaine fois « habille toi plus léger car c’est l’enfer là dedans !!! « 

greements6-big Alors…les Gréements de Fortune, si vous connaissez pas, il faut immédiatement combler cette lacune car voilà un groupe qui a tout compris du groove qui traîne dans nos oreilles depuis 25 ans. Ils ont ingurgité les meilleures influences possibles de James BROWN à Barry WHITE, en passant par Stevie WONDER, Isaac HAYES ou Billy PAUL et en restitue une musique moderne qui ne sonne pas 80′s.

Leur premier album (fort justement baptisé MUSIC…) est excellent de bout en bout, je l’adore !!! « ANTHEM » a la funkytude classy et les cuivres scintillants, « MUSIC U’RE MY LADY » le groove du meilleur du Gang des Kool, « DANS LA PLACE » te pète dans ta face avec ses cordes à la Whitfield, « JUSQU’A M’EPUISER » te force à ramener « ur funky ass on the dance floor » avec cette basse omniprésente (je l’ai vu en direct maintenant…Bibi u’re the One !) et cette guitare so CHIC !, « LA MAGIE DE LA VIE » a la beauté des ballades d’Al Jarreau, « SOLITUDE » nous rappelle que le groove universel passe par les îles et le ventre de l’Afrique, et « IS THERE A PLACE » que le groupe est français et peut inventer une exception bien à nous…et le final aux accents Blackstreet quand même, quand je vous dis qu’ils ont tout compris, « EXCUSE MOI » me ramène à la découverte de CHIC en 79, « JAM » alors là c’est l’extase car je suis quasi sûr que ces messieurs ont biberonné de l’Al HUDSON & Partners/ONE WAY plus que de raison ! et on termine avec un morceau inclassable « ETINCELLE », (un peu comme sur les disques de Prince LOL où il y a toujours un titre qui dénote…) qui démarre par une ballade un peu nonchalante mais qui débouche au bout de quatre minutes sur un break qui doucement vous enivre et vous hypnotise par la voix grave à la Barry, le doux clavier de Jay Murphy (que j’ai eu le privilège de croiser et saluer au Réservoir…) et le cuivre du Freak ! Fellas ! If U love somebody, U’ve got to set them free !!!….et tout ça se termine sur une pirouette Clintonienne justement « ALLEZ HOP », tiens c’est vrai ça allez hop…shake what u mama give ya !!!
C’est avec quelques uns de ces titres qu’ils ont entamé cette soirée mémorable du 27 août ! Prestation trop courte à mon goût mais qui je pense a laissé un sacré goût dans la bouche de ceux qui étaient dans la salle !!! Je pense les revoir assez vite pour une vraie perf rien qu’à eux. (Dés qu’je peux, je déboule Junior… !)
Vous voulez voir ce que ça donne sur scène ???

Et si vous voulez tout savoir sur le groupe :
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=57585976

George…CLINTON…Quand j’ai vu sa face sur les flyers, ma mémoire a fait un bond de 25 ans en arrière et m’a ramené aux doux accents d’une berceuse canine qui a enchanté certaines de mes soirées « Atomic dog » et son riff dobermannien ! Je ne pouvais rater ce vieux matamore (presque 70 ans quand même…), l’un des Rois mages du funk avec James BROWN et Sly STONE ! Surtout qu’il a su se distinguer parmi « l’élite funkeuse » en mettant au point sa marque de fabrique : le PFUNK ! Alors, ne me demandez pas les détails sur la rhétorique du funk, allez à gauche sur le site www.funkhome.com vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour comprendre, c’est fait par des passionnés pour des passionnés. Juste dire que c’est un funk qui…vous troue l’cul, je crois qu’y a pas d’autres mots…désolé pour cet écart de langage qui je vous le promets ne se reproduira pas ;-)

J’avoue j’y suis allé en me demandant bien si je n’allais pas être déçu car « Mon Clinton » à moi, c’est le « chien img_1027 atomique », « Loopzilla », « Nubian Nut », « Last Dance », « O.N.U.A.G », ou encore « Knee Deep »…oui je sais, un certain courant comme disent les caciques du PS, et avec lâge de certains de ses co-religionnaires, je me demandais si ça groovait encore chez l’ami George ? Eh bein les amis…je peux vous dire que question « groove » ils assurent et la soirée a tenu ses promesses !!! Après les Gréements qui avaient chauffé la salle à blanc (déjà perdu 500 grammes, moi…) et après avoir laissé le temps aux makinos d’installer le matos, les accents de « Funkentelechy » ont retenti en même temps que l’apparition 100% coton de Garry SHIDER qui décidément, porte la serviette blanche avec un élégance folle ! S’en sont suivi un « Bop Gun » et un « Gamin’on ya » de la meilleure augure mais point de Clinton au bout de trois titres. Belita WOODS nous a gratifié d’un « Undisco Kid » tout en puissance avant que la stratosphère ne s’entrouvre pour me geler sur place aux accents de « Cosmic slop » ! Malheureusement je suis pas resté gelé longtemps car avec la température qui règne dans cette salle, t’as vite fait de te transformer en fontaine humaine…puis de te foutre royalement de ce que tu libères puisque tu ne peux plus le contrôler…Bref ! « Cosmic slop »…mazette ! Quelle version ! avec un Michael HAMPTON trés en verve ! C’est définitivement un de mes morceaux fétiche, celui que je peux écouter 20 fois de suite et quand le vieux fait son apparition c’est du délire, l’espace d’un instant…je « sèche » !!! sur place !!! il est là…à quelques mètres de moi (l’avantage d’avoir été là en début de soirée, je suis quasi au pied de la scène…)…des dizaines de mains aux deux doigts dressés forment soudainement une forêt « so P« …ca y est je suis dans une autre galaxie ! La lave continue de sortir des instruments de musiciens qu’on ne parvient plus à suivre car ça bouge tout l’temps sur scène, le chien post-nucléaire rentre à la niche pour laisser place à l’hymne « Parliamentien » j’ai nommé « PFunk (wants to get funked up) » qui m’achève ! Je ne compte plus les grammes qui s’évacuent de mon corps par solution saline interposée !!!
img_0986 Plusieurs titres vont suivre, qui vont maintenir la pression mais l’acoustique assez « discutable » de la salle où les réglages, je ne sais pas, font que par instants, les sons semblent distordus et deviennent presque gênants d’autant que les solos commencent à devenir trés longs et petit à petit je sombre dans une espèce d’état second où je ne profite plus réellement de la musique (ou alors c’est la fumée environnante…) ! Heureusement il y a aussi des choses à regarder même si c’est secondaire et pas forcément indispensable, comme le musculeux « Sir Nose » qui déambulera régulièrement en faisant des simagrées au public avant dêtre touché par l’éclair de lumière de Georgy qui le transforme alors en « Funky worm », mais aussi une choriste poilue des d’ssous de bras montée sur roulements à billes et dont j’ai espéré en vain à un moment donné que le corsage finisse le glissement entrepris…
Mais je n’en avais pas fini avec le beat syncopé si cher à mes gambettes ! En effet, la demi heure suivante va aligner successivement « One Nation under a groove », « Aquaboogie », « Flashlight », et « Knee Deep », excusez du peu !!! J’ai pas les images mais ça donnait à peu prés ça…

George Clinton .Not Just Kneep Deep [Live]
Autant dire que je suis aux anges, vous vous rendez compte, mes must dans un quatuor royal. Le vieux fait des allers-retours incessants entre la scène et sa loge je suppose, il fatigue quand même. Comme tous les musiciens il doit aller se « resourcer » régulièrement backstage ! Il fumera même un joint sur scène, joint « échappé » du public, et en sera visiblement trés satisfait !!! Quand « Give up the funk » démarre, j’avoue que je ne tiens plus (l’âge peut être…où l’atmosphère…)…trop de sons ont vrillé par moments mes oreilles…décidément trop chaud et je ne tiens pas à me faire embarquer par le SAMU comme une adolescente à l’arrivée des jeunes teutons qui les font tant rêver…bref !!! JE SORS !!! J’ABANDONNE !!! La fraîcheur parisienne est alors une bénédiction pour mon corps img_1006 surchauffé et tout doucement je retrouve consistance humaine ! Je croise LaRouge qui, elle aussi, en avait marre et a abandonné. On a tous les deux un peu le même ressenti sans pour autant cracher sur ce qu’on vient de vivre. Comprenez-moi bien…la soirée a été dantesque…à tous points de vue…mais quand je suis parti j’avais ma dose ! Je ne regrette à aucun moment ma venue car j’aurais assité au moins une fois dans ma vie à une prestation d’un monument du Funk encore vivant. C’est vrai, c’est un des derniers dinosaures qui soit encore parmi nous et en plus qui continue à tourner. Bon d’accord, à un moment donné j’ai eu un peu peur car il est parti s’appuyer sur les enceintes du bassiste et tournait le dos à la scène…fatigue ou besoin de sentir le groove ??? Mais au fil du concert, il semblait s’améliorer, à croire que la musique lui insuffle de l’energie…ou alors c’est autre chose ;-)

Pour terminer je salue JuniorThierry bien évidemment (mon « frère de son »…) mais aussi Vincent2Paris que j’ai entrevu quelques minutes, ma petite normande CHANE que j’ai pas pu saluer par contre et je remercie ttora du forum schkopi à qui j’ai « piqué » les photos qui illustrent cet article (les miennes étaient trop nazes…) et pis allez…je ne résiste pas à conclure avec mon morceau « ever » !!! (cherchez pas…George est pas là…et les autres ont 30 ans de moins…)