Découvrez mes passions au quotidien

Résultat pour le mot-clef : Maxwell

Casino Royal !!!

Vendredi 6 novembre 2009

Il y a quelques semaines, j’apprends tout à fait par hasard ;-) que le sieur MAXWELL va revenir en France début novembre ! Si je dis « revenir », c’est bien parce qu’il s’agit d’un revenant…imaginez, dernier passage en France : 1997, à la Cigale, avec un album studio au compteur (Maxwell’s Urban Hang Suite en 1996) et un album Live unplugged à MTV (1997) ! Suivront Embrya (1998) et Now (2001). Puis…Nothing !!! Personnellement je l’ai (re)découvert l’an dernier et je n’avais jamais vraiment prêté attention à ce qu’il faisait. J’ai écouté…et j’ai sombré…j’ai acheté les quatre albums et pendant six mois j’ai fait chier tout l’monde avec Maxwell ! (ils ont pourtant déjà l’habitude avec l’autre…) j’ai regardé pas mal de vidéos…appris qu’il sortait enfin un nouvel album en juillet 2009 Black Summer Nights et qu’il faisait une tournée d’une vingtaine de dates aux States ! L’espoir est né…

lastscanAlors quand j’ai eu la confirmation qu’il revenait…le 3 novembre…au Casino de Paris, ni une ni deux, j’ai surveillé les sites de vente et dés l’ouverture, j’ai pris deux places pour Vanessa et moi et on a compté les jours…comme plein d’autres d’ailleurs, d’après ce que j’ai pu lire ici et là…Il faut dire que le coquin a un sacré potentiel de séduction auprès de la gent féminine.

Moi, ce qui me séduit, c’est la voix, la sensualité qui ressort de l’interprétation…que ce soit des titres rythmés ou moins ! Et quand on travaille avec des gens qui ont aussi avec travaillé avec « Madame » SADE, on a tout compris…je m’attendais donc à un show plutôt intime, plutôt tourné vers une ambiance feutrée qui laisserait toute sa place à ce qu’il sait faire comme personne…chanter l’amour !!!

Arrivés à destination en fin d’après-midi – après avoir trouvé un parking tout proche ;-) – nous nous rendons tranquillement vers le Casino de Paris où une trentaine de personnes est déjà à attendre, il est 16 heures 30 ! Ce n’est que deux heures plus tard que les portes s’ouvriront, juste après l’arrivée de Thierry, grand fan devant l’éternel et accessoirement mon frère de son ! On a bien choisi l’endroit pour attendre car ce sont « Nos » portes qui s’ouvrent et de ce fait on se retrouve à 2 mètres de la scène, un peu à la gauche du micro central…ou du moins, ce qui sera l’emplacement du micro central, car pour l’instant il y a du matos de DJ qui attend (??) Pendant une heure, de la musique passe, puis pendant une heure également, un espèce de DJ Poulbeau va mixer tout un tas de vieilleries funky & soul d’un air entendu…on commence à se lasser et à se dire « Bon c’est pour aujourd’hui ou pour demain ??? » quand les lumières baissent…

sans-titre-11J’ai pris le soin (idiot…) de dire à quelques jeunes filles qui sont à mes côtés de ménager mes oreilles quand IL va arriver (car je sais inconsciemment ce qui va se passer…) mais rien n’y fera…le rideau se lève, les premières mesures de Dance with me s’élèvent…il arrive tout en haut de l’escalier et c’est à cet instant précis que je me prends 200 décibels dans l’oreille droite, décibels qui jaillissent des gorges de mes voisines surexcitées à la vue du cador ! Car c’en est un…la classe à l’état pur…joli costard croisé noir sur chemise cintrée blanche (Max, donne moi l’adresse de ton tailleur…) et Ray Ban fumées. Vont suivre Sumthin’ Sumthin’ et Get to know ya ! Trio de choc pour démarrer !! C’est le moment qu’il choisit pour ôter ses lunettes et mes voisines achèvent le travail commencé quelques minutes auparavant en transformant mes tympans en steack tartare !!! Je glisse à Thierry « On s’croirait à un concert des Beatles » tellement ça braille, mais bon lui est content de l’accueil, il lui semble même inespéré…

D’autres titres vont suivre…je ne vous les donne pas forcément dans l’ordre, mais il y aura Lifetime, Fortunate , une version sublime de Simply Beautiful je suis aux anges car même s’il ne chante pas les titres en entier, tous ceux que j’aime défilent et sa voix me ravit à nouveau. Par contre, je découvre un artiste qui bouge, qui danse, qui vit son trip à fond, qui communique, bref, loin de l’image que je m’étais faite. Après les lunettes, il a laissé tomber la veste, retroussé les manches et il va enchaîner une brochette de titres extraits de son nouvel album Cold (Argh…) Bad Habits, un mix de Gravity et de Help somebody qui me laisse sur le cul !!! un Pretty Wings qui le sidère LUI, car il se rend compte qu’on connait tous les paroles et au fil du concert, je me rendrais compte que cette attitude n’est pas feinte ! Il est réellement heureux d’être là, heureux et surpris de l’accueil chaleureux qui lui est réservé et il échange des regards avec ses musiciens qui en disent long sur le plaisir qu’ils prennent. Musiciens d’ailleurs que je salue car il n’y a que du très bon, même si les réglages « son » ne sont pas ce que j’ai vu de mieux…sans-titre-3

Il y aura également un Playing Possum toute en retenue et en sensualité. C’est d’ailleurs le maître-mot de la soirée car elle transpire de tout ce qu’il fait sur scène et les filles ne s’y trompent pas. Le pauvre ne peut plus se toucher le sourcil sans déclencher l’émeute et malheur à lui s’il joue avec le pied de micro car certaines se voient bien revêtues d’acier inoxydable !!! En plus j’ai remarqué qu’il a l’index plutôt virevoltant car son doigt rythme les tremolos de sa voix quasi indéfiniment, ce qui vaudra plus tard à Thierry une remarque toute en délicatesse ;-) Peut être que…non…je n’ose pas y penser…

Mes oreilles ont rendu les armes, elles vibrent comme de vieux GSM à intervalles plus ou moins réguliers, au gré de la gestuelle du boss de la soirée. A ce stade du concert, je me dis « il y a encore quelques titres que j’aimerais entendre » et mes voeux vont être exaucés. J’oublie peut être un ou deux titres dans cet article mais ces trois là je ne peux !!!

Les premières mesures de This woman’s work résonnent dans cet antre de chaleur humaine qu’est devenu le Casino de Paris…la voix de Maxwell s’élève et les femmes, pour qui cette chanson de Kate Bush est dédiée…ces femmes…toutes les femmes reprennent en choeur cette sublime chanson…la preuve…

La communion avec le public est totale…à genoux sur scène à effleurer les mains qui se tendent…Maxwell a définitivement conquis la salle !!!

sans-titre4Le second titre Til the cops come knockin’ va prendre une mesure inattendue en s’éternisant dans un long break où les musiciens font preuve de leurs talents respectifs et comme j’adore la chanson, ça ne me gêne pas ! L’ambiance est de plus en plus chaude et franchement on a pas envie que les keufs débarquent !!! ils le feront quand même… ;-) Je jette un oeil sur mon phone…presque une heure trente de concert…c’est peu et en même temps le temps semble suspendu et j’ai l’impression de l’écouter depuis des heures…

Le dernier titre va soulever une clameur dans la salle qui nous fait rire nerveusement mais surtout qui me ferait presque pleurer tellement elle est pleine de ferveur et d’amour ! Ascension (don’t ever wonder) Cette intro mortelle…cette voix qui démarre dans les aigus et redescend lentement pour démarrer ce qui va être un final d’enfer, avec des musiciens qui se lâchent, un Maxwell qui devient danseur et déclenche à nouveau l’hystérie par ses mouvements chaloupés et ses grands écarts à la James ! Allez…un extrait car elle a duré beaucoup plus longtemps que ça

Et puis il part après un final avec présentation des musiciens façon « au théâtre ce soir »…et il ne reviendra pas ! On est un peu déçus quand même de la durée assez courte mais il y a une salle pleine à craquer témoin du fait qu’il reviendra l’an prochain !! On y sera !!!

Petit coucou à Semia en sortant ;-) et on va boire un coup juste à côté (j’y aperçois Vanessa Demouy et des potes qui y dînent…mais si les pubs Aubade…les leçons…ça vous dit rien ???) et retour chez Thierry après avoir récupéré la voiture au parking non sans avoir été obligé de passer par l’entrée véhicules car j’avais laissé le ticket dans la voiture et donc j’avais pas le code pour entrer par la porte piétons ;-) -bon c’est un mini truc Alice ;-) -  Une chose encore…

Je comprends « un peu » l’ami Prince quand il interdit les portables à ses concerts car, en dehors des problèmes liés à l’image, c’est assez ridicule de rater tout un concert parce qu’on a le bras tendu à tenir son appareil…là c’était quand même plus de 50 % de la salle !!! Et c’est pas trés respectueux pour l’artiste ! (En même temps, ça me permet de vous mettre des vidéos mais bon…)

Voilà…encore une magnifique soirée…et la suite est alléchante car Maxwell prévoit un album pour 2010 et un pour 2011…que des bonnes nouvelles :-)

PS : On se fera contôler par les keufs à 50 mètres de chez Thierry…ils ont du me prendre pour un trafiquant dans ma belle voiture noire…voyez qu’ils ont fini par débarquer ;-)