Découvrez mes passions au quotidien

Résultat pour le mot-clef : méconnu

Etrange Relation !

Mardi 8 janvier 2008

La vie est parfois bien étrange, elle vous réserve des surprises, des joies, des drames, des douleurs, difficile de dire pourquoi « certains » évènements arrivent à « certains » moments. Destinée, Karma, volonté divine, hasard, etc… les alibis sont nombreux et relèvent tous d’une certitude : on n’en sait fichtre rien ! Je suis néanmoins sûr d’une chose, ces évènements ont une finalité, à nous d’en découvrir le sens.

Il y a peu, je prenais (enfin) le temps d’imprimer de jolies pochettes pour mon « Work », enfin, le sien pas le mien…et ce faisant, je me suis mis à écouter à nouveau certaines de ces démos, essais, ces titres différents car, ou non aboutis, ou non sortis, et là j’eus un coup de cœur pour un titre qui colle bien à l’étrangeté de mon préambule : « Strange Relationship » ! Alors, j’aime ce titre, mais la version de l’album où il est sorti officiellement « Sign O’ The Time » n’est pas ma préférée. J’ai quelques versions live qui me ravissent beaucoup plus, mais là, bizarrement j’ai eu un « truc ». Sont-ce les premières sonorités tout droit sorties des profondeurs hindoues (spéciale dédicace à Ravi Shankar qui a bercé les quelques mois « cool/zen/hare-Krishna » pendant mon service militaire…) qui m’ont bizarrement rappelé des émotions passées, toujours est-il que j’ai fait tourner le morceau pendant un bout de temps et que je me suis mis à revoir la version officielle d’un autre œil, comme quoi même après tant d’années on peut encore varier dans l’opinion qu’on peut avoir de l’œuvre. Ces fameuses sonorités n’ont pas disparu finalement, on les entend en fond sonore, très loin, comme en filigrane, mais là elles se révèlent et je découvre, ébahi, que vingt ans après on peut encore (re)découvrir certains aspects ou subtilités d’un titre.

Prince a écrit ce titre pendant l’été 1982, à Minneapolis, il vient de termine signo r l’album de Vanity 6 tout en travaillant à l’album 1999 et de retour dans son fief natal, il se met à enregistrer comme un fou un tas de titres qui serviront pour la plupart sur des albums à venir. Qu’on se rende compte quand même, il attendra près de quatre ans avant de ressortir ce morceau ! Pourquoi spécialement sur cet album, même si S.O.T.T est le sub-résultat d’un projet avorté « Dream Factory » ? le titre a du être retravaillé en 1986 pendant les premières configurations de ce projet car il apparaît sur la première set-list de l’album prévu (avril 1986). Une dernière mouture (juin 1986) n’aura plus les faveurs de son créateur après les départs de Wendy et Lisa et il continuera de travailler tout de même à ce projet, tout en sortant d’autres albums entre-temps. De « Dream Factory » il deviendra donc « Crystal Ball », des titres étant ajoutés, d’autres supprimés, mais « Strange Relationship » tient bon et il est de toutes les configurations. Le problème c’est que de simple album, devenu double, c’est maintenant un triple album qui sera refusé par la maison de disques. C’est la mort dans l’âme que Prince amputera son œuvre de 7 titres afin de revenir à un double album « Sign O’ The Times » qui sort en mars 1987. La version de l’album, je l’ai dit, n’était pas ma préférée, je la trouvais…comment dire…un peu molassonne, voire pachydermique ! J’avais l’impression de revoir la troupe des éléphants dans le « Livre de la Jungle »…mais je dois dire que cette « révélation » m’a ouvert les oreilles sur la qualité de ce titre, sur l’ironie du texte qui a sûrement son influence sur la tonalité du titre (Quelle est cette étrange relation…je ne peux pas vivre avec toi…je ne peux pas vivre sans toi…)

Il y a bien sûr des dizaines de versions live, je ne les ai pas toutes, loin s’en faut, et j’ai volontairement fait dans la simplicité. J’ai préparé un mini fichier avec : la démo datant de 1982 et ses sonorités si spécifiques que j’évoquais, la version finale extraite de « Sign O’ The Times » en 1987 que tout le monde connaît, et deux lives, d’abord Dortmund en 1988 pendant la tournée Lovesexy pour une version très courte piano/voix et enfin le seul live officiel, la version du ONA live en 2002. Mais quelle est cette étrange relation… ?

The Early years

Vendredi 27 octobre 2006
…….Les puristes vont me lyncher mais figurez-vous que j’ai eu l’occasion d’écouter il y a quelques semaines le titre « Scarlett Pussy » que je ne connaissais pas, car ce titre n’est sorti qu’en face B d’un titre issu d’un album, et sur lequel il ne figurait pas. Et je me suis rendu compte en fouinant un peu qu’il y a plusieurs dizaines de titres qui ont connu le même destin, à savoir n’être « qu’une face B ». C’est frustrant car quelques titres sont sortis plus tard, sur des compils officielles, mais la grande majorité de ces titres n’a pas connu de large diffusion. Ils ne sont pas connus de la majorité mais seulement des fans purs et durs et des collectionneurs. J’ai envie, non seulement de les connaître, mais de vous les faire partager. J’ai donc fait les recherches qui s’imposaient, contacté des « spécialistes » et je vais vous en livrer le résultat. Le parti-pris a été le suivant : j’ai collationné les titres sortis officiellement en face B sous le nom Prince, Symbol ou NPG, je n’ai pas retenu les versions dites « extended » (sinon j’en finirais jamais), je n’ai pas retenu non plus les « artistes associés » à savoir ceux pour qui il a écrit ! Les titres sont repris dans l’ordre de leur sortie officielle et non de leur création (vous verrez que c’est pas simple avec lui…)
Au bout du compte, j’ai retenu 3 périodes qui me semblent correspondre à trois tournants dans sa carrière : La première que je baptiserais tout bêtement « The Early years » les premières années et qui s’arrête en gros à la période Sign o’the times (1987). En effet, suit alors la charnière « BlackAlbum » et « Lovesexy » et on part, à mon sens, pour une deuxième période qui va aller à peu prés jusqu’en 97/98 que j’aurais tendance à baptiser ‘The Funky years » car c’est l’orientation majoritaire de ses compositions. La troisième période est beaucoup plus sprirituelle et s’oriente de plus en plus vers l’internet, avec non plus des faces B, mais des titres à télécharger. Ce sera donc « the Cyber years » ( c’est fou c’que t’es original en c’moment …)
Voici la track-list de « The Early years » avec dates de création, de sortie et single concerné, plus…mon humble avis (bien entendu, si des visiteurs hautement qualifiés tombent sur des erreurs, surtout qu’ils me le disent)
Le fichier son a été là, maintenant il faut me le demander
Gotta stop (messin about) – Ecrite en 1980 lors des sessions pour « Dirty Mind », elle n’est pas retenue sur l’album et elle est sortie plus tard en mai 1981, en Angleterre en face A avec Uptown en face B, et par la suite en février 1982 en face B de let’s work (album « Controversy »). Naturellement le titre est dans la veine de « Dirty Mind », c’est un titre très rock comme l’album avec beaucoup de synthés et une rythmique très sèche. Allez savoir pourquoi il l’a écartée de l’album…C’est en tous cas la toute première véritable face B inédite de l’Artiste
How come you don’t call me anymore – Ecrite en 1982 lors de sessions en avril pour un album qu’il prépare pour Vanity, elle sortira finalement en août 1982 en face B de l’album « 1999 » qui sort quelques semaines plus tard. Il va falloir vous y habituer, Prince sort ses titres comme il veut, quand il veut et quelquefois pas du tout ! C’est une très belle chanson, comme lui seul sait les chanter, sur une base simpliste de quelques accords de piano acoustique, il pose sa voix en falsetto et en joue comme d’un instrument. C’est ce que j’appelle un titre « mûr », qui reste très moderne, même avec les années.
Horny toad – Ecrite également en 1982 pendant l’été, elle fait partie d’un lot important de titres qu’il met en boîte et qu’il sortira quelquefois plusieurs mois plus tard, voire quelques années . Elle sortira en août 1983, en face B de Delirious (album « 1999 ») dont elle se rapproche beaucoup au niveau rythmique. C’est une mini pépite (2 minutes) dans ce style syncopé qu’il adopte quelquefois comme dans Jack u off par exemple ou plus tard Courtin’ time.
Irresistible bitch – Encore quelques années entre la première mouture de ce titre, en 1981 et la sortie en face B de Let’s pretend we married (album « 1999 ») en novembre 1983. La reprise du titre est heureuse et le son correspond bien à l’esprit qui anime l’album « 1999 ». On est, pour le coup, dans le « vrai » funk, qui cette année là, inonde les ondes radio. Un titre que l’on aurait pu retrouver sur « Sign O’ the times » ou plus tard le « Black album » et qui fait furieusement penser à ce qu’il a composé pour le groupe « The Time » (rappelez-vous : My jungle love……hé…….oh..oui..oh…oui…oh !)
17 days – Enregistrée en décembre 83 avec quelques autres pendant les sessions de « Purple Rain », la chanson sort en juin 1984 en face B de When doves cry (album « Purple Rain »). Un vrai bonheur que ces 4 minutes à la rythmique hypnotisante, aux trouvailles sonores qui vont faire sa « patte » et cette batterie synthétique qui, elle aussi, devient omniprésente et ce, depuis, et pour quelques années.
Erotic city – Fait partie du groupe de titres pré-cités issus des « Purple sessions », elle est sortie un mois plus tard en juillet 84 en face B de let’s go crazy (album « Purple Rain »). C’est un titre très funky qui va beaucoup passer en club et sur lequel Prince accélère sa voix (j’y reviendrais…). Il est inclassable ! un classique à lui seul.
God – En septembre 84, elle sort en face B du célèbre « Purple Rain ». Cette chanson, écrite en mars, parle de Dieu mais pas dans le sens où il en parlera plus tard. C’est une « célébration » classique sur une mélodie légèrement « sirupeuse » avec, par contre, des envolées vocales tout à fait surprenantes !
Another lonely Chritsmas – On est toujours dans les sessions « Purple Rain » et ce titre sort à la suite des deux autres en novembre 84 en face B de I would die for you (album « Purple Rain »). C’est un titre assez puissant même s’il est un peu brouillon dans les harmonies musicales, mais il est, en fait, dans « l’esprit » Purple Rain et annonce un titre comme Nothing compares to U.
4 the tears in your eyes – Là, il faut s’arrêter quelques instants. Fin 1984, Prince a déjà donné 60 concerts de la tournée Purple Rain. Il est contacté en janvier 85 pour participer au morceau « We are the world » célèbre titre écrit pour dénoncer la situation désespérée en Afrique. Or, Prince ne participe pas aux enregistrements, préférant sortir en club ! Il sera d’ailleurs critiqué pour ça. Néanmoins, il écrit un titre pour figurer sur l’album qui suit le single. Il l’enregistre, un soir de février 85, dans une unité mobile, mais la ré-enregistre plus tard en avril 85 au moment de la sortie de l’album « We are the world ». C’est une chanse assez tristounette mais ne l’étions-nous pas à l’époque à voir ce qui se passait en Ethiopie…
She’s always in my hair – Quatrième titre issu des sessions “Purple Rain” à être sorti en face B, c’est le seul qui n’est pas associé à un titre de cet album mais à Paisley Park, titre de l’album suivant “Around the world in a day”. C’est un titre pop/rock assez intéressant et qui prendra une certaine dimension en live car les solos de guitare sont généralement impressionnants.
Hello – Enregistrée fin mai 85, elle sort en face B de Pop life (album “Around the world in a day”). C’est une chanson trés autobiographique qui raconte trés clairement l’anecdote qui a précédé “l’affaire We are the world ». C’est un titre rapide, minimaliste et très techno et qui annonce très nettement la période Batman avec notamment le titre The Future auquel il fait furieusement penser. C’est à croire qu’il a déjà en tête l’ensemble de ce qu’il va composer dans sa vie.
Girl – Ecrite elle aussi pendant l’été 1982, elle sortira beaucoup plus tard, en octobre 1985 en face B d’America titre de l’album « Around the World in a day ». C’est un titre pop-rock qui bizarrement colle bien plus avec ce qu’il fait en 1985 qu’avec l’ambiance de 1982. La rythmique est assez lancinante et annonce des titres que l’on découvrira plus tard sur « Lovesexy » et « Sign O’ the times ».
Love or money – Date de juillet 85 et des sessions pour le nouvel album “Parade”. Le titre sort en face B de Kiss, titre phare de cet album en février 86. Ce titre est un petit bijou funky à la rythmique entêtante, il annonce les sonorités présentes sur « Sign O’ the times » et également sur l’album de The Family. Il est plein de trouvailles sonores et on retrouve la voix accélérée de Prince qui sera souvent reprise pour certains titres. Cette voix est censée représenter une « facette » de Prince baptisée « Camille », mais j’y reviendrais.
Alexa de Paris – Remonte aussi aux sessions de « Parade » et sort en face B de Mountains (album « Parade ») en mai 86. C’est un instrumental, chose assez rare chez notre homme, qui fait la part belle à la guitare et aux cordes. Par instants, avec l’effet de résonance, on se croirait chez Steve Hillage ou le groupe canadien Rush. Intéressant, sans plus.
La la la he he hee – Enregistré en janvier 87, après plusieurs projets avortés qui mettent en avant une capacité de création totalement délirante, le titre sort finalement en tant que face B du titre Sign O’ the times (album « Sign O’ the times) en février 87 . C’est un titre très « clintonien » avec ces chœurs « canins » et cette batterie « aboyeuse ». Je n’ai malheureusement qu’une version beaucoup plus courte que l’originale qui dépasse les dix minutes. C’est en tous cas un titre très festif et symbolique de la facette « black » de Prince.
Shockadelica – Enregistré en septembre 86, le titre sort en tant que face B du titre If I was your girlfriend (album « Sign O’ the times) en mai 87. C’est un titre coulé dans le « funk » pur et dur avec une basse lourde, une batterie martelante, un léger riff de guitare et à nouveau la voix accélérée de Prince. Ce titre n’aurait pas dépareillé un album de Cameo…
Au final, on ne couvre « que » sept ans de la carrière de Prince et on est face à une richesse monumentale de titres dont ces faces B valent largement le détour. Je ne sais pas si la charnière que j’évoquais se situe vraiment à cette époque, il n’en demeure pas moins que voilà 14 titres qui font une compilation fort intéressante pour le néophyte qui voudrait découvrir l’univers princier pendant cette période sans devoir acheter l’ensemble de ce qu’il a écrit durant ces quelques années